Bébé

Breast is best: les conseils des experts sur l'alimentation des bébés

Allaiter jusqu'à l'âge de deux ans? Introduire les aliments complémentaires avec des légumes ou des fruits? Ce qui est le mieux pour l'enfant est souvent une question de point de vue. Cela ne vaut que jusqu'à un certain point dans l'alimentation des bébés. Des études ont montré ce qui est vraiment bon pour l'enfant. Lors d'un congrès spécialisé, des experts ont présenté les principaux résultats.

L'allaitement fait partie d'une alimentation saine pour le bébé.

Les experts recommandent d'allaiter les enfants pendant les quatre à six premiers mois et de n'introduire des bouillies qu'ensuite. Photo: iStockphoto, Thinkstock

En fait, c'est très simple. Du moins les premiers mois, a déclaré le professeur Christian Braegger de l'hôpital pédiatrique de Zurich lors du congrès de la Société Suisse de Nutrition en septembre. "Le lait maternel contient tout ce dont l'enfant a besoin". C'est pourquoi les experts comme Braegger recommandent, en matière d'alimentation des bébés, d'allaiter exclusivement l'enfant pendant les quatre à six premiers mois.

Mais même si le principe "Breast is best" semble évident pour de nombreux parents, ce n'est pas toujours aussi simple au quotidien, a fait remarquer son collègue, le Dr Peter Bähler, spécialiste en pédiatrie à l'Hôpital intercantonal de Payerne. Il pense surtout aux mères qui doivent reprendre le travail après 14 semaines de congé de maternité. L'allaitement n'est souvent plus réalisable.

"Mettre la pression sur les mères n'est pas juste", a estimé Christian Braegger. Si le bébé n'est pas allaité ou pas exclusivement, il faudrait utiliser des préparations pour nourrissons pendant les six premiers mois. Les deux experts ont reconnu que le lait industriel était de très bonne qualité. Néanmoins, des études ont montré que les enfants allaités bénéficient de nombreux avantages.

Les avantages de l'allaitement

Les enfants qui ont été allaités ont moins d'infections. Des études suggèrent également que le risque d'allergie et d'obésité diminue. Les scientifiques supposent même que l'allaitement a une influence sur le risque de leucémie. Une étude menée en Biélorussie sur environ 18.000 enfants a conclu que l'allaitement avait un effet positif sur l'intelligence d'un enfant. Les enfants allaités dans le cadre de cette étude avaient un QI jusqu'à 6 points plus élevé à l'entrée à l'école que les enfants non allaités. Les personnes qui peuvent allaiter devraient suivre la recommandation des experts et donner exclusivement le sein au bébé pendant les six premiers mois.

Alimentation des bébés: particularité du lait de vache

Dans leurs exposés, Braegger et Bähler ont attiré l'attention sur un autre facteur décisif dans l'alimentation des bébés: le lait de vache. On sait qu'il contient beaucoup de protéines et de calcium. Tout le monde sait que "le fromage blanc rend fort", mais chez les bébés d'un an, les produits à base de lait de vache ont l'effet inverse. Les nourrissons peuvent développer une anémie ferriprive s'ils ont régulièrement bu et mangé du lait de vache ou des produits à base de lait de vache avant leur premier anniversaire. "Le passage précoce au lait de vache a l'influence la plus négative sur le statut en fer, chaque mois d'alimentation majoritairement à base de lait de vache augmentant de 39 pour cent le risque de développer une anémie ferriprive", souligne Peter Bähler en se référant aux résultats d'études. En effet, le lait de vache ne contient que peu de fer et le fer qu'il contient est difficilement assimilable par l'organisme. Une carence en fer entraîne de la fatigue, des troubles du sommeil et des difficultés de concentration.

De plus, le lait de vache contient trop de protéines et de calcium pour la digestion d'un nourrisson. Les reins du bébé ont un travail supplémentaire et doivent éliminer l'excès de calcium. Pour ces raisons, Peter Bähler et Christian Braegger recommandent de ne pas donner de lait de vache avant l'âge de deux ans. Il en va de même pour les produits laitiers tels que le fromage blanc et le fromage.

Introduction de l'alimentation complémentaire

Même si le lait de vache ne fait pas partie de l'alimentation durant la première année de vie: Les parents ont d'autant plus de liberté pour d'autres aliments. Pendant longtemps, il fallait respecter un certain ordre et un certain choix d'aliments lors de l'introduction des aliments complémentaires. Cela n'était pas déterminant du point de vue de la physiologie alimentaire, a expliqué Christian Braegger.

Décidez vous-même si vous souhaitez commencer par une bouillie de légumes, une bouillie de céréales ou une bouillie de fruits. Il est important de ne pas commencer la bouillie avant le cinquième mois. Cela mettrait les reins du nourrisson à rude épreuve. Mais commencez à donner des aliments complémentaires au plus tard au septième mois. En effet, à partir de ce moment, le lait maternel ne peut plus couvrir les besoins nutritionnels du bébé. Les experts Bähler et Braegger recommandent d'allaiter exclusivement pendant les quatre à six premiers mois et de commencer à donner des bouillies en complément de l'allaitement entre le cinquième et le septième mois.

Les enfants en bonne santé montrent en outre quand ils sont eux-mêmes mûrs sur le plan psychomoteur pour leur première bouillie: Ils ouvrent la bouche de manière autonome lorsque les parents s'approchent avec une cuillère. Leur réflexe de recracher disparaît. Les premières dents sortent. Ils sont capables de se tenir assis et de tenir la tête droite pendant plusieurs minutes avec peu d'aide.

Si les bébés ne veulent pas manger certains aliments au début, cela ne signifie pas qu'ils ne les aiment définitivement pas. Christian Braegger a un conseil simple à donner: "Proposez toujours les aliments", car l'enfant doit s'habituer à la nouveauté. Il est utile que les parents donnent le bon exemple et essaient aussi de nouveaux plats avec les enfants.

Vous trouverez de plus amples informations dans la fiche d'information sur l'alimentation des bébés de la Société Suisse de Nutrition SSN sous www.sge-ssn.ch