Bébé

Late talkers et late bloomers: parlez beaucoup à votre enfant !

Déjà deux ans, mais toujours très économe en paroles? Sylvia Bieri, vice-présidente de l'Association des logopédistes de Suisse alémanique (DLV), sait si les parents de late talkers et de late bloomers doivent s'inquiéter. Dans l'interview, elle explique en outre comment les parents peuvent encourager le développement du langage de leur enfant.

Un enfant au téléphone

Les enfants qui ne prononcent leurs premiers mots qu'à l'âge de deux ans sont divisés en deux groupes: Late Bloomer et Late Talker. image: AaronAmat iStock, Getty Images

Madame Bieri, que devrait savoir dire un enfant de deux ans ?

Le développement du langage se fait à des rythmes différents chez tous les enfants. En règle générale, ils forment vers leur deuxième anniversaire des phrases de deux mots, comme par exemple "Ball weg", qui signifie "La balle a roulé", ou "Kuh essen", qui signifie "La vache mange". Au début du développement du langage, ils s'expriment surtout avec des mots qui sont importants pour la communication. Les petits mots, tels que "le", "la" et "le", sont omis. Les jeunes enfants utilisent également la forme de base des verbes et simplifient les mots, en disant par exemple "Fant" pour "éléphant". Il est normal qu'un enfant de cet âge ne parle pas encore tout de manière compréhensible.

Les parents doivent-ils s'inquiéter si l'enfant a deux ans ou plus, mais ne parle presque pas ?

Il est important que l'enfant ait un bon contact visuel avec la personne qui lui parle à chaque fois. Ce contact visuel est qualifié de triangulaire, car il relie le moi de l'enfant, la personne qui parle et l'objet. Le contact visuel constitue la base de la compréhension du langage. Par exemple, un enfant entend de sa mère une expression ou une demande telle que "Va chercher la fourchette ! Il regarde la fourchette, puis son regard se déplace vers sa mère pour vérifier comment elle l'a dit et si, le cas échéant, elle le redit même exactement de la même manière. Le contact visuel et la compréhension du langage sont donc des critères importants pour un développement réussi du langage.

Les enfants peuvent-ils rattraper le langage ?

Certains enfants ne prononcent leurs premiers mots qu'à l'âge de deux ans ou deux ans et demi. Ces enfants sont répartis en deux groupes: Late Bloomer et Late Talker. Les Late Bloomer rattrapent leur retard de manière autonome et se développent ensuite normalement. Les Late Talker, en revanche, ne rattrapent pas le langage par eux-mêmes. Ils ont besoin d'une thérapie logopédique pour surmonter le trouble du développement du langage. Si les parents ne savent pas à quel groupe appartient leur enfant, ils devraient s'adresser à un orthophoniste.

Comment une thérapie logopédique peut-elle aider ?

Après un bilan orthophonique, la décision de suivre une thérapie est d'abord prise avec les parents. Chez les enfants d'âge préscolaire, il est souvent judicieux d'effectuer la thérapie deux fois par semaine. L'orthophoniste se base sur le niveau de développement de l'enfant pour mettre en place la thérapie. Par exemple, si un enfant n'a pas encore de contact visuel, l'orthophoniste initiera le contact visuel par le jeu. En outre, elle conseille les parents sur la manière dont ils peuvent également aider leur enfant à apprendre à parler au quotidien.

Les filles apprennent-elles à parler plus vite que les garçons ?

Les garçons sont plus nombreux à souffrir de troubles du langage et de la communication. Mais nous ne savons pas si les filles apprennent à parler plus rapidement que les garçons.

Les parents doivent-ils encourager l'apprentissage de la parole ?

Oui, en parlant beaucoup avec l'enfant au quotidien ! Les parents peuvent parler de choses qui se passent ou qui sont déjà passées. Pour cela, il est utile d'impliquer les enfants dans les activités et les événements quotidiens. Il est important que les parents regardent très tôt des livres d'images avec leurs enfants ou qu'ils leur racontent des livres d'images.

En quoi les livres d'images sont-ils utiles ?

En racontant des livres d'images, les parents proposent du langage et l'associent à des images. Les parents sont ici un bon modèle de langage. Dans ce contexte, les parents ne devraient pas seulement demander "Qu'est-ce que c'est ?", mais aussi discuter de ce qui se passe actuellement dans le livre. "Où est l'ours ?" "Trouves-tu la balle rouge ?", "Oh, regarde, le ballon s'envole. Oh là là ! L'enfant peut ainsi développer ses propres idées et essayer de les exprimer par le langage. Les comptines et les chants favorisent également le développement du langage.

Dans quels cas les parents doivent-ils s'adresser au pédiatre ?

Si, à l'âge d'environ deux ans, les enfants ne prononcent pas encore de phrases de deux mots, n'ont que très peu de mots à leur disposition ou comprennent mal le langage, un examen logopédique est dans tous les cas nécessaire. Le pédiatre peut fournir des adresses. Dans de nombreux cantons, les parents peuvent également prendre directement contact avec un logopédiste. Le site www.logopaedie.ch fournit des adresses et des coordonnées.

Sylvia Bieri

Sylvia Bieri est membre du comité directeur depuis 2013 et vice-présidente de l'Association des logopédistes de Suisse alémanique(DLV) depuis 2018. Elle travaille comme logopédiste dans le canton de Schwyz. Les logopédistes y sont responsables des enfants de 0 à 19 ans.

Vous trouverez de plus amples informations ainsi qu'un dépliant ici :www.logopaedie.ch/kleinkinder