Facebook Pixel
Désir d'avoir des enfants

Diagnostic préimplantatoire: bientôt des tests génétiques sur des embryons en éprouvette

Le diagnostic préimplantatoire est toujours interdit en Suisse. Cela est sur le point de changer. Le Parlement veut rendre possible le test génétique des embryons créés par insémination artificielle avant qu'ils ne soient implantés dans l'utérus. Mais le projet de loi reste controversé.

Diagnostic préimplantatoire: des tests génétiques sur des embryons en éprouvette pourraient bientôt être possibles

Image symbolique: A l'avenir, les tests génétiques en éprouvette seront également possibles en Suisse. Photo: nandyphotos, iStock, Thinkstock

Qu'est-ce que ce sera - un garçon ou une fille ?" - "Peu importe, tant qu'il est en bonne santé !", répondent de nombreux parents. Après tout, l'enfant doit commencer sa vie dans de bonnes conditions de santé et être capable de mener une vie indépendante plus tard. Mais cela n'est pas possible pour tous les enfants, car les handicaps mentaux et physiques entraînent des dépendances à vie. Le diagnostic précoce permet aujourd'hui de détecter de tels handicaps, mais il n'est autorisé que dans une mesure limitée.

Mot clé: Diagnostic préimplantatoire

Le diagnostic génétique préimplantatoire (DPI) est une procédure médicale au cours de laquelle des tests génétiques sont effectués sur des embryons après une insémination artificielle avant qu'ils ne soient transplantés dans l'utérus. "L'objectif central du DPI est de s'assurer que le futur enfant ne souffrira pas d'une maladie génétique spécifique pour laquelle les parents sont porteurs d'une prédisposition", explique l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Les embryons affectés sont donc écartés.

Le diagnostic préimplantatoire interdit en Suisse

Le diagnostic génétique préimplantatoire est interdit en Suisse, contrairement à la plupart des pays européens. La loi sur la médecine de la reproduction du 1er janvier 2001 n'autorise donc pas les tests génétiques sur les embryons créés par insémination artificielle avant leur implantation dans l'utérus. À l'avenir, les tests génétiques en éprouvette seront également possibles en Suisse. Au nom des Conseils, le Conseil fédéral a préparé un projet de modification de la loi sur la médecine reproductive et de l'article constitutionnel 119.

Les tests chromosomiques, principal point de discorde

Quels tests génétiques peuvent être effectués sur les embryons avant leur implantation dans l'utérus? Cette question est au centre du débat. Selon le projet du Conseil fédéral, seuls les couples qui risquent de transmettre une maladie héréditaire connue à leur enfant devraient avoir la possibilité de tester les gènes des embryons pour détecter les défauts. Les couples qui n'étaient pas à risque, en revanche, ne devaient pas pouvoir recourir aux tests génétiques. Par conséquent, il n'y aurait eu aucune possibilité d'examiner le nombre de chromosomes et donc de détecter des maladies survenant spontanément comme la trisomie 21. Dans un premier temps, le Conseil des États était également favorable à cette position. Mais après que le Conseil national s'est prononcé en faveur de l'autorisation de ces tests chromosomiques (dépistage des aneuploïdies), le Conseil des États a également changé d'avis en septembre 2014 lors de sa deuxième discussion de la loi sur la médecine reproductive par 27 voix contre 18.

Diagnostic préimplantatoire: arguments en faveur des tests chromosomiques

Les couples qui ne parviennent pas à concevoir un enfant de manière naturelle placent beaucoup d'espoir dans l'insémination les partisans des tests chromosomiques. Leur désir d'enfant inassouvi ne leur pèse pas seulement sur le plan psychologique, ils souffrent également des procédures d'insémination artificielle en laboratoire. Il est compréhensible qu'après de telles souches, ils veulent des embryons qui s'implantent dans la muqueuse utérine. Les embryons sains ont les meilleures chances d'y parvenir. En outre, ils augmentent la probabilité d'une grossesse sans complications. Les tests chromosomiques effectués dans le cadre du diagnostic préimplantatoire pourraient permettre de filtrer les embryons présentant des anomalies chromosomiques.

En outre, le dépistage des chromosomes permet d'éviter une grossesse qui serait interrompue par la suite. En effet, les tests chromosomiques, qui sont interdits sur l'embryon avant la grossesse, sont autorisés pendant la grossesse. Si un trouble chromosomique tel que la trisomie 21 est alors découvert à la 10e, 11e ou 12e semaine, un avortement est souvent pratiqué. "Une grossesse en procès", c'est ainsi que la Bâloise Anita Fetz (SP) l'a décrit lors de la discussion au Conseil des États.

Le porte-parole de la Commission, Felix Gutzwiller (FDP/ZH), mentionne une troisième raison: "L'approbation des tests chromosomiques peut empêcher de nombreux couples de se rendre à l'étranger pour bénéficier de la procréation médicalement assistée". Car contrairement à la Suisse, le diagnostic préimplantatoire est autorisé dans la plupart des pays européens. C'est ce qu'on appelle le "tourisme de la médecine reproductive".

Diagnostic préimplantatoire: ce qui s'oppose aux tests chromosomiques

Les gens ont-ils le droit de rejeter les embryons présentant des défauts génétiques? Et si oui, pour quels défauts génétiques? Qui détermine quelle vie vaut la peine d'être vécue et laquelle ne la vaut pas? Est-il permis de se débarrasser d'une vie humaine? Cette question concerne les opposants au diagnostic préimplantatoire issus des milieux catholiques et protestants fondamentalistes, des organisations de personnes handicapées, des rangs des sociaux-démocrates, des Verts, du PDC et du PPE. Pour l'essentiel, ils souhaitent que les possibilités de diagnostic préimplantatoire ne soient accessibles qu'aux couples qui ont une prédisposition à des maladies héréditaires graves, par exemple la maladie métabolique "mucoviscidose" ou "atrophie musculaire". Parmi les 6 000 couples qui recourent chaque année à l'insémination artificielle pour réaliser leur désir d'enfant, environ 50 à 100 couples sont connus pour être atteints de telles maladies héréditaires.

La crainte est grande qu'à l'avenir, des embryons sains puissent être tués parce que les parents n'aiment pas le sexe, la couleur des yeux ou d'autres caractéristiques de leur futur bébé. "Combien de temps pensez-vous qu'il faudra que ce soit un enfant beau et intelligent, si aujourd'hui la demande d'un enfant en bonne santé est déjà répandue ?" a demandé le représentant du BDP bernois Werner Luginbühl, selon la NZZ. Les tests génétiques pourraient conduire à une sélection selon certains critères, a également averti le ministre de la Santé Alain Berset au Conseil des Etats. "Il est temps de tirer le frein d'urgence", a déclaré Peter Föhn (UDC/SZ). "Il ne doit jamais y avoir de sélection de la vie humaine."

L'Association des associations de parents de personnes handicapées mentales "insieme" émet également de grandes réserves sur le diagnostic préimplantatoire. "On peut supposer que les méthodes d'insémination artificielle et de diagnostic préimplantatoire vont constamment s'améliorer", argumente l'association. Le risque que le champ d'application des tests préimplantatoires s'élargisse est grand: plus ils seront précis et réussis, plus ils deviendront intéressants pour d'autres domaines d'application. Par exemple, après la fécondation réussie d'un couple âgé qui souhaite un autre enfant - si possible sans trisomie.

Référendum nécessaire

La loi n'est pas encore en vigueur. Lors de la session d'hiver, le Conseil national doit à nouveau discuter, entre autres, du nombre d'embryons pouvant être fécondés par couple lors d'un cycle de traitement. Actuellement, la loi ne permet que de féconder trois ovules et de les implanter dans l'utérus. Toutefois, comme il est prévu d'augmenter le nombre d'embryons fécondés artificiellement et d'autoriser leur congélation en vue d'une nouvelle tentative d'implantation, une modification de l'article 119 de la Constitution fédérale sur la médecine de la reproduction et le génie génétique dans le domaine humain est nécessaire. En définitive, c'est donc le peuple qui décide.

Autres liens sur le diagnostic préimplantatoire

  • OFSP: Autorisation et réglementation du diagnostic génétique préimplantatoire: www.bag.admin.ch
  • 19 Organisations contre le dépistage chromosomique: www.insieme.ch