Facebook Pixel
Désir d'avoir des enfants

Fécondation in vitro (FIV): comment fonctionne l'insémination artificielle ?

Tous les couples ne peuvent pas concevoir un bébé naturellement. Dans ce cas, la fécondation in vitro (FIV) peut aider à réaliser le désir d'enfant. Comment fonctionne cette insémination artificielle? Nous donnons un aperçu de la procédure et montrons les facteurs de réussite et les risques de la fécondation in vitro.

La fécondation in vitro peut aider les couples à réaliser leur désir d'enfant.

La fécondation in vitro peut donner aux couples dont le désir d'enfant est inassouvi l'espoir d'avoir l'enfant qu'ils désirent. Photo: Ibrakovic, iStock, Thinkstock

Si toutes les tentatives de fécondation naturelle échouent, les couples qui souhaitent avoir un enfant ont encore recours à l'insémination artificielle, appelée. La fécondation in vitro (FIV), a lieu en dehors du corps de la femme. Le terme vient du latin et signifie littéralement "fécondation en bocal". En effet, dans une procédure de FIV, les ovules sont prélevés chez la femme et réunis dans une éprouvette avec les spermatozoïdes de l'homme.

Si le processus est réussi, les ovules fécondés continuent à se développer et sont ensuite transférés dans l'utérus. L'ICSI est souvent une mesure complémentaire à la FIV. Pour ungrand nombre de.

Pourquoi la recherche des causes est néanmoins importante

La fécondation in vitro n'est généralement utilisée que lorsque des tentatives de fécondation moins élaborées n'ont pas abouti à la grossesse souhaitée ou que les trompes de Fallope sont bouchées ou irrémédiablement endommagées. Avant d'entamer la procédure d'insémination artificielle, les deux partenaires doivent être examinés en détail et conseillés dans le cadre de plusieurs traitements.

En général, les chances de succès dépendent de la cause de l'infertilité, de l'âge de la femme et du nombre de thérapies effectuées. La qualité, c'est-à-dire la vivacité et la rapidité des spermatozoïdes de l'homme, joue également un rôle décisif dans le désir d'enfant et est, entre autres, la raison pour laquelle de nombreuses personnes en Suisse, mais aussi dans d'autres parties du monde, souhaitent que ce désir d'enfant soit réalisé en laboratoire.

Le boom des enfants issus de la FIV

Cette procédure a vu le jour en Angleterre en 1978. Le premier bébé-éprouvette y est né. Depuis lors, des millions de bébés sont nés grâce à l'insémination artificielle. Selon l'Office fédéral de la statistique, un enfant sur 40 en Suisse est déjà né grâce à l'insémination artificielle. En 2010, ce traitement a atteint son apogée. En 2018, 2 154 enfants sont nés grâce à l'insémination artificielle, dont 7,8 % de naissances multiples. Ce traitement est donc très populaire en Suisse et est utilisé encore et encore. Mais les chances de réussite dépendent de nombreux facteurs différents.

Les facteurs qui peuvent influencer le succès de la FIV :

Le fait que cela fonctionne dépend généralement des raisons pour lesquelles le désir d'enfant n'a pas été satisfait: Le taux de grossesse après une FIV dépend fortement du trouble à l'origine de l'infertilité.

Un deuxième facteur important est l'âge de la femme. Les femmes plus jeunes ont plus de chances de réussir leur fécondation.

Les taux de grossesse sont d'environ 25% par transfert. Toutefois, comme il faut tenir compte du fait qu'environ 20% des grossessesse terminentpar une fausse couche le plus souvent précoce, le taux de femmes qui ont effectivement un enfant est d'environ 20% par tentative.

Ce qui peut mal se passer avec la fécondation in vitro

- Les complications pendant la collecte des ovules sont très rares. Cependant, une lésion de l'intestin, des nerfs ou des vaisseaux ne peut être exclue.

- Par rapport aux grossesses naturelles, le nombre de grossesses extra-utérines est nettement plus élevé, soit environ 5 %. En outre, des fausses couches, des peuvent survenir.

- Selon des études, les femmes comme les hommes peuvent réagir au traitement par des problèmes psychologiques. En raison du faible taux de réussite d'environ 30 % par cycle de traitement, la fécondation in vitro nécessite souvent plusieurs tentatives et chaque cycle supplémentaire représente une nouvelle épreuve de patience pour le couple.

C'est ainsi que fonctionne un traitement IFV :

1 Prétraitement médicamenteux: Après un prétraitement médicamenteux destiné à créer des conditions hormonales optimales, la thérapie de stimulation est lancée. Lorsque suffisamment de follicules (follicule contenant l'ovule) se sont développés, l'hormone de grossesseHCG est injectée pour achever la phase de maturation de l'ovule. À l'aide d'une ponction folliculaire, plusieurs ovules sont maintenant récupérés lors d'un traitement de FIV.

2 Prélèvement d'ovules: 32 à 36 heures après l'injection d'HCG, des ovules individuels peuvent être prélevés dans l'ovaire sous anesthésie. Une aiguille de ponction munie d'une sonde à ultrasons est passée à travers la paroi du vagin jusqu'à l'ovaire. Un follicule d'ovule après l'autre est alors ponctionné. Le liquide est aspiré et le follicule est rincé. Dans la plupart des cas, le liquide aspiré contient un œuf.

3 Fertilisation : Les ovocytes sont placés dans une solution nutritive spéciale au laboratoire et mélangés à une certaine quantité de spermatozoïdes bien mobiles et cultivés dans l'incubateur. Après avoir déterminé combien d'ovules ont atteint le stade dit pronucléaire (un ovule au stade initial de la fécondation: à l'intérieur de l'ovule, les noyaux des cellules mâle et femelle sont encore visibles séparément), le couple doit décider du nombre d'ovules avec lesquels la fécondation doit être achevée. Ce nombre ne peut pas être arbitrairement élevé. Après environ 40 heures, lorsqu'un ou plusieurs embryons se sont développés, le ou les embryons sont transférés dans la cavité utérine.

4 Insertion de l'embryon: Au cours des deux à quatre jours suivants, l'ovule. Il en résulte un minuscule embryon, qui est ensuite inséré dans la cavité utérine via un cathéter. En préparation de ce transfert, la femme reçoit un médicament qui calme les muscles utérins. Dans la période qui suit l'opération, il faut éviter l'excitation et une activité trop intense, ainsi que le stress circulatoire, par exemple par le sport, et les fortes élévations de température, par exemple les visites au sauna, les bains chauds, les bains de soleil intensifs. 12 à 14 jours après la fécondation, une analyse de sang permettra de déterminer si la femme est enceinte.