Facebook Pixel
Enfant

Quand un accord de séparation est-il recommandé ?

Si un couple marié arrive à la conclusion que le mariage ne peut plus durer, il peut régler la séparation soit par voie judiciaire, soit à l'amiable dans un accord de séparation volontaire. Nous montrons dans quels cas un accord de séparation est utile et ce que vous devez garder à l'esprit.

Accord de séparation en cas de séparation

L'accord de séparation règle aussi contractuellement les droits de garde et de visite des enfants. (Photo: drxy/iStock, Thinkstock)

Dans un accord de séparation, les conjoints consignent leurs droits et obligations. L'accord ne règle que la séparation de fait et n'a pas les effets juridiques d'un divorce. Dans le cas d'un accord de séparation, les conjoints restent mariés, continuent d'être obligés de s'entretenir mutuellement et ont la garde conjointe de leurs enfants. Une séparation peut être annulée à tout moment sans procédure spéciale en cas de reprise de la cohabitation. Les conjoints séparés sont imposés séparément à partir du 1er janvier de l'année de la séparation.

Quand un accord de séparation est-il recommandé?

Un accord de séparation peut clarifier les questions de logement et de ménage, mais aussi les questions d'entretien, de garde et de fiscalité. Bien que les accords de séparation soient juridiquement contraignants, il se peut qu'ils ne soient que de courte durée si, par exemple, l'un des conjoints invoque un changement de circonstances et engage une procédure judiciaire de modification ou d'annulation.

Si les conjoints sont encore en mesure de communiquer l'un avec l'autre en recherchant des solutions, il est conseillé de conclure un accord de séparation, car l'étalement des problèmes conjugaux devant le tribunal est généralement perçu comme très désagréable. Un accord de séparation soulage également la procédure de divorce qui doit encore être menée devant le tribunal. En particulier dans des circonstances économiques moins complexes et lorsque les conjoints sont économiquement indépendants, un accord de séparation permet un règlement économique sans l'intervention d'avocats ou de tribunaux.

S'il n'est pas certain que le conjoint respectera les accords conclus, l'accord doit être approuvé par le tribunal de séparation (appelé "tribunal de protection matrimoniale"). Si les conjoints sont en désaccord ou s'il n'y a aucune perspective de solution à l'amiable, la seule solution qui reste est de déposer une "requête de protection du mariage" auprès du tribunal.

Qui est autorisé à séjourner dans l'appartement partagé?

Si les deux conjoints ont les mêmes droits de résidence dans l'appartement commun, il importe peu de savoir qui est propriétaire de l'appartement ou qui a signé un contrat de location. Si les époux ne parviennent pas à se mettre d'accord, le juge matrimonial décide qui peut rester au domicile familial pendant la durée de la séparation du mariage. Dans la plupart des cas, le droit de résidence est accordé au conjoint qui reçoit le droit de garde des enfants communs. S'il n'y a pas de caractère déraisonnable, le juge de protection du mariage accorde généralement au partenaire qui déménage un délai de plusieurs semaines avant son départ.

Au moment de la séparation, le régime matrimonial et donc les biens ne sont pas encore en cause, sauf si l'un des époux demande la séparation des biens. La mise en œuvre d'une séparation de biens n'est possible contre la volonté de l'un des époux qu'avec une décision de justice. Toutefois, il faut pour cela des raisons importantes, comme la dilapidation des biens par l'un des conjoints.

Articles ménagers et autres

La répartition d'autres biens tels que les effets personnels et les titres peut également être fixée dans un accord de séparation. Si les deux conjoints veulent empêcher l'accumulation de biens pendant la période de séparation, sur lesquels l'autre conjoint a un droit de moitié selon la loi en cas de divorce, un accord notarié de séparation des biens est recommandé. Dans le cas de la séparation de biens, les époux n'ont pas de biens ou de dettes communs et il n'y a donc pas de partage à la fin du mariage.

Les conjoints ont le droit de recevoir à tout moment des informations de l'autre conjoint sur ses biens, ses revenus et ses dettes. Cela inclut également le droit d'inspecter les reçus sans avoir à donner de raisons spécifiques. Ces droits s'appliquent également si le couple est déjà séparé.

Entretien et garde

Les droits et obligations concernant la pension alimentaire de séparation et la pension alimentaire post-conjugale font également partie de l'accord de séparation. Il est très important de clarifier le droit de garde ou l'organisation de la prise en charge des enfants mineurs communs, les droits de visite et le montant de la pension alimentaire. Les accords concernant les enfants communs, ainsi que les accords sur la pension alimentaire pour époux, ne deviennent juridiquement contraignants qu'avec l'approbation du tribunal.

L'un des inconvénients de l'accord extrajudiciaire sur les aliments est que les créances sont souvent difficiles à faire valoir. Il est vrai que l'accord de séparation est considéré comme un titre provisoire permettant d'engager une procédure judiciaire (voir le deuxième encadré pour l'explication), qui permet l'exécution par voie de recouvrement de créances. Toutefois, si, après la séparation, l'un des époux demande rétroactivement une fixation judiciaire de la pension alimentaire, l'ouverture d'une procédure judiciaire ne sera pas accordée en ce qui concerne la pension alimentaire convenue extrajudiciairement.

En outre, l'aide cantonale au recouvrement des pensions alimentaires et l'avance sur pension alimentaire requièrent généralement l'approbation du tribunal pour les contributions d'entretien des enfants. S'il y a donc un risque que l'époux redevable ne soit pas en mesure de payer la pension alimentaire, une séparation avec intervention d'un tribunal est recommandée. Dans le cas des bénéficiaires de rentes AVS, la séparation judiciaire peut également conduire à des rentes individuelles plus élevées. En tout état de cause, les accords extrajudiciaires doivent toujours être consignés par écrit.

Réglementation des droits de succession

Contrairement au divorce, la séparation n'a aucune signification juridique pour les pensions de veuf ou de veuve ou les droits de succession mutuelle. Toutefois, même avant le divorce, les conjoints peuvent renoncer mutuellement à leurs droits successoraux au moyen d'un pacte successoral notarié. Chaque époux peut placer unilatéralement l'autre époux sur la partie obligatoire en cas de décès de celui-ci pendant la séparation. La réglementation des droits de succession et de partage obligatoire semble logique, puisque jusqu'au moment du divorce, l'autre conjoint a toujours le droit d'hériter, ce qui n'est généralement souhaité par aucun des deux conjoints.

En un mot: Ce que vous devez rechercher dans un accord de séparation

  • Droit de séjour dans l'ancien appartement partagé: qui reste, qui déménage et jusqu'à quand ?
  • Division des effets du ménage
  • Partage de la garde et de la prise en charge des enfants communs
  • Droits de visite (également pendant les vacances)
  • Contributions d'entretien aux conjoints
  • Pension alimentaire pour chaque enfant
  • Le tribunal doit-il ordonner une séparation des biens? Si oui, à quelle date ?
  • Qui paie encore des impôts impayés ?
  • Frais de justice et indemnisation mutuelle pour la procédure judiciaire

Définition: Qu'est-ce qu'un ordre d'ouverture judiciaire ?

L'ouverture d'une procédure judiciaire permet au créancier de faire valoir une créance dans le cadre d'une procédure judiciaire. La personne A (créancier) exige une certaine somme d'argent de la personne B (débiteur). Par le biais d'une proposition légale, la personne B conteste la créance monétaire, c'est-à-dire qu'elle conteste qu'elle doit de l'argent à la personne A, et met ainsi fin à la procédure. La personne A peut demander au tribunal l'ouverture d'une action en justice afin d'éliminer cette proposition légale de la personne B. Avec cette ouverture d'une action en justice, le recouvrement de la dette peut être poursuivi. Avec cette ouverture légale, le recouvrement de la dette peut être poursuivi. Une ouverture légale n'est possible que s'il existe une déclaration écrite du débiteur dans laquelle il s'engage à payer une certaine somme d'argent.