Facebook Pixel
Enfant

Anxiété de séparation: faciliter le lâcher prise des enfants

L'anxiété de séparation a de nombreux visages. De nombreux enfants résistent aux sanglots lorsqu'on leur demande de rester seuls au jardin d'enfants, chez la baby-sitter ou à la fête d'anniversaire des enfants. La compréhension et la patience de leurs parents sont les plus utiles.

Les parents doivent faire preuve de patience lorsque les enfants souffrent d'anxiété de séparation.

Que faire lorsque l'enfant a du mal à lâcher prise? Image: Halfpoint, Getty Images

De nombreux enfants s'accrochent à leur papa, en sanglotant, lorsqu'ils doivent rester à la crèche. Les autres enfants ne veulent pas laisser maman se doucher seule, ils ne veulent pas être récupérés par grand-mère, ils ne veulent pas aller à la fête d'anniversaire des enfants sans maman et ils ne veulent surtout pas passer la soirée avec la baby-sitter. Ils ont tous quelque chose en commun: ils souffrent d'anxiété de séparation. Ils se sentent perdus sans leurs parents.

L'angoisse de la séparation provoque des troubles émotionnels chez les parents

Que faire lorsque l'enfant a tant de mal à lâcher prise? Après tout, maman doit aller chez le médecin - seule ! L'angoisse de séparation de l'enfant plonge souvent les parents dans un chaos émotionnel. D'une part, ils ne veulent pas laisser leur enfant dans le désespoir ; d'autre part, il existe des situations dans lesquelles il est nécessaire que l'enfant soit pris en charge par un étranger. Déchiré par différentes pensées, il est difficile de décider comment réagir de manière raisonnable.

Cela commence par l'étrangeté

Après la naissance, le bébé se promène toujours de bras en bras sans se plaindre. Mais avec l'étrangeté de la seconde moitié de la première année de vie, l'anxiété de séparation commence. Dans les bras de grand-père? Peu importe la façon dont le grand-père a joué avec le bébé au cours des derniers mois, le bébé réagit en pleurant et en criant. Son développement mental a fait un bond en avant. Il peut maintenant reconnaître et distinguer les visages. Cette capacité l'aide à retrouver ses parents encore et encore lorsqu'il rampe et se cache.

Compréhension et patience face à l'anxiété de séparation

Cela aide déjà de nombreux parents de savoir que l'anxiété de séparation est normale. Cela montre que leur enfant leur fait confiance. Devoir se passer de leurs parents, leur point d'ancrage dans la vie, leur fait peur. Les enfants ne s'accrochent pas pour embêter leurs parents. Ils souffrent eux-mêmes de l'angoisse de la séparation, mais ils ne savent pas comment y faire face. C'est comme s'ils se tenaient sur une planche dans la piscine sans avoir le courage de sauter dans l'eau froide. Des mots comme "il ne vous arrivera rien" n'aident guère. Les repousser? Le danger de jouer la confiance est grand.

Politique des petits pas

Il est important de comprendre l'anxiété de séparation. Néanmoins, il est important d'aider l'enfant à découvrir le monde de manière de plus en plus autonome. Cependant, il n'existe pas de solution brevetée qui puisse aider à surmonter l'angoisse de séparation. Il n'y a pas deux enfants identiques. Certains enfants sont de nature plus prudente - ils ont plus ou plus souvent une angoisse de séparation désespérée que d'autres. Ou bien ils se trouvent dans une phase de développement difficile. La sensibilité est donc nécessaire. C'est souvent la politique des petits pas qui fait avancer les enfants. "Laissez à votre enfant le temps de devenir indépendant à son propre rythme et à sa propre manière", écrit l'experte parentale Elizabeth Pantley dans son livre "Strangeness, Clinging, Separation Anxiety" (Trias).

Douze conseils pour faciliter les séparations

1Réfléchissez à votre propre anxiété de séparation

Il est logique de penser à votre propre anxiété de séparation. Les parents ont-ils aussi du mal à laisser leur enfant seul? Ne font-ils peut-être pas confiance aux grands-parents ou aux éducateurs pour s'occuper de l'enfant de manière appropriée? Cette inquiétude est-elle justifiée? Que peut-on faire pour que l'enfant soit rassuré? Ce n'est que lorsque les parents sont sûrs que l'enfant sera bien pris en charge que la peur qu'ils transmettent autrement facilement à l'enfant disparaît.

2Écoutez votre instinct

"L'enfant doit devenir indépendant", "L'enfant a un an - il peut sûrement rester avec la baby-sitter". Les amis et les parents ne se retiennent pas toujours de faire de tels commentaires. Mais les parents ne doivent pas laisser les autres les mettre sous pression. Il faut un peu de force intérieure pour faire confiance à son intuition et suivre sa propre voie.

3Annoncer la séparation

Se faufiler ne compte pas ! Le fait de s'éclipser déstabilise l'enfant et l'incite à s'accrocher davantage. Au contraire, il est important que l'enfant sache ce qui va se passer. "Cet après-midi, je vais chez le coiffeur. Grand-mère va jouer avec toi", doit être annoncé quelques heures à l'avance, de manière simple et sans dramatisation. Les adieux sont alors affectueux mais brefs.

4Lire des livres d'images

Lorsqu'un enfant s'accroche à un parent, il n'a souvent aucune idée de la situation qui l'attend. Les livres d'images peuvent préparer et donner une impression de ce que seront les heures passées sans papa et maman. La série "Bobo Siebenschläfer" et les livres "Conny" préparent à de nombreuses situations dans la vie d'un enfant.

5Ramassageà l'heure

Il est important que l'enfant ait une idée de l'heure à laquelle il sera récupéré. "Nous viendrons te chercher après le dîner" est une annonce que l'enfant peut mieux comprendre. Pour un enfant d'âge préscolaire, une boîte à musique est utile lorsque les mains sont mises à l'heure du ramassage. Lorsque les parents sont absents, il peut toujours comparer cette horloge avec la véritable horloge analogique. Une telle horloge est facile à fabriquer soi-même à partir de carton. Les mains sont attachées avec des clips à tête plate.

6Construire des ponts

" Rester seul à la fête d'anniversaire des enfants? Non, je ne veux pas de ça !" Le courage augmente lorsque maman ou papa reste un moment. "Je serai là jusqu'à ce que vous vous mettiez à table pour manger du gâteau", annonce-t-on alors.

7Emportez unepelucheavec vous

Rien ne fonctionne sans une peluche. La peluche est le meilleur ami. Il apporte un soutien lorsque maman ou papa ne sont pas là. Lors d'une soirée pyjama, un talisman donne également du courage aux parents.

8Accepter les séparations

Il existe des situations où la séparation est nécessaire. Il est alors important de mettre ses propres sentiments de côté et de se concentrer sur des faits clairs. "Le voisin s'occupe de vous. Je dois aider grand-mère maintenant, elle est malade. Papa viendra te chercher après ta sieste."

9Retour systématique

Maman est de retour ! La joie des retrouvailles doit avoir sa place, mais elle ne doit pas prendre trop de place. Après tout, il faut faire comprendre à l'enfant que les séparations sont tout à fait normales - et que les retrouvailles vont de soi.

10Sauver l'enfant

L'enfant voulait passer la nuit chez un ami, mais ensuite, sur l'étrange matelas , les craintes sont devenues très grandes ... Les parents devraient alors le prendre en charge - et l'encourager: "La certitude d'être récupéré en cas de doute donne à l'enfant la force d'essayer encore et encore.

11Pas de séparations lorsque l'enfant est à charge

Lorsqu'un enfant est physiquement ou psychologiquement faible, il a plus de mal à faire face aux séparations qu'à d'autres moments. Si, par exemple, l'enfant est particulièrement stressé par des conflits familiaux ou une maladie, les parents ne doivent pas s'attendre à une séparation qu'ils savent difficile.

12Resterconfiant

Chaque enfant grandit, l'un plus tôt, l'autre plus tard. "Tu veux repartir? Tu n'es presque jamais à la maison", se plaignent tous les parents à un moment ou à un autre. Elizabeth Pantley: " Avec le temps, votre enfant comprendra qu'il peut être sans vous, que vous reviendrez et que tout va bien en attendant. "