Facebook Pixel
Enfant

Autocollants racistes sur les tchats: Ce que les parents peuvent faire contre cette tendance chez les adolescents

Chaque jour, les experts en médias de zischtig.ch se rendent dans les écoles suisses. Ces derniers temps, ils ont souvent abordé le sujet: les autocollants racistes sur WhatsApp. Ils sont envoyés dans les écoles secondaires et primaires, par des garçons comme par des filles. Beaucoup d'enfants et d'adolescents ne savent pas qu'ils se rendent ainsi punissables. Mais pourquoi les autocollants racistes se répandent-ils si rapidement parmi les enfants et comment aborder le problème à la maison ?

Logo de la vie de famille

Les enfants et les adolescents envoient généralement des autocollants racistes sans réfléchir - et ne connaissent pas les conséquences. Image: Kerkez, Getty Images

Quece soit dans la cour de récréation, sous les tables d'école ou à la maison: les enfants et les adolescents tapent des messages sur WhatsApp 24 heures sur 24 et envoient des photos ou des petites images animées. Selon la dernière étude JAMES de la Haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW), environ 68 % des jeunes Suisses déclarent utiliser WhatsApp plusieurs fois par jour.

Le racisme est de plus en plus présent sur WhatsApp

Le problème: WhatsApp ne sert pas seulement à échanger des informations sur l'Ufzgi, une fête d'anniversaire à venir ou les projets du week-end. Le service de messagerie est de plus en plus utilisé pour envoyer des contenus racistes ou faisant l'apologie de la violence - et ce notamment depuis qu'il est possible d'envoyer des "autocollants".

Qu'est-ce que les autocollants?

Depuis 2018 déjà, il est possible d'envoyer des "autocollants" via WhatsApp. Ce sont de petites images modifiées, parfois avec du texte, parfois sans. Les autocollants sont très appréciés des enfants et des adolescents. Ils les utilisent souvent de manière humoristique. Souvent, les autocollants virtuels sont même collectionnés, comme nous le faisions autrefois avec les "décalcomanies" et les "autocollants". Les enfants peuvent même créer eux-mêmes des autocollants à l'aide d'applications et les envoyer à leurs camarades. Pour de nombreux enfants et adolescents, les autocollants sont donc avant tout synonymes de plaisir. Les aspects problématiques sont souvent occultés.

Logo de la vie de famille

Les autocollants sont généralement utilisés de manière humoristique. Image: capture d'écran de la rédaction

Pourquoi les enfants et les jeunes envoient-ils des autocollants racistes?

Depuis l'apparition des autocollants, les cas d'utilisation abusive de ces derniers pour véhiculer des messages racistes se multiplient. Chez les enfants et les adolescents, la transmission d'autocollants racistes, violents ou sexualisés se fait le plus souvent sans réflexion et sans connaissances de fond importantes - "pour s'amuser". Beaucoup d'enfants ne savent tout simplement pas qu'il peut être punissable d'envoyer des autocollants racistes ou simplement d'en posséder. Pour eux, les autocollants ne sont pas sérieux. Beaucoup ne savent pas que la loi ne classe pas les autocollants différemment des images et des textes normaux. Souvent, les enfants ne savent pas non plus qu'en Suisse, ils sont punissables dès l'âge de 10 ans et qu'ils peuvent être eux-mêmes sanctionnés. Mais comment se fait-il que de tels autocollants soient de plus en plus souvent envoyés ?

1 Les commentaires racistes sont très répandus sur Internet

Sur les médias sociaux et les plateformes de streaming comme YouTube ou Instagram, mais aussi dans les jeux en ligne, les commentaires et les insultes racistes ne sont pas rares. Certes, le racisme y est également interdit, mais les applications et les pages ne parviennent souvent pas à trouver et à supprimer de tels propos. Les enfants ne le savent pas et en concluent donc rapidement que ce qu'ils lisent doit être correct.

2 "Si d'autres le font, je peux aussi le faire !"

Les discussions de groupe peuvent donner lieu à de véritables batailles d'autocollants. Chacun veut surpasser les autres avec des images encore plus amusantes ou plus cool. Les contenus les plus choquants, par exemple ceux qui sont racistes, attirent le plus l'attention. On se dit alors: "Si d'autres le font, je peux aussi le faire" !

3 De nombreux enfants ne reconnaissent pas le racisme

Il est difficile pour les jeunes enfants de reconnaître le racisme, car le sujet est lointain pour eux. Ils n'envoient généralement pas de tels autocollants parce qu'ils défendent la vision du monde qui se cache derrière. Beaucoup d'enfants trouvent les images plutôt "bizarres" et les envoient à d'autres pour voir comment les autres y réagissent. Ils ne savent pas qu'ils propagent des préjugés négatifs avec de tels autocollants, car ils ne connaissent même pas ces préjugés.

4 Les personnes concernées n'osent souvent rien dire

Les enfants et les jeunes qui sont eux-mêmes victimes de racisme participent souvent au rire. Sinon, ils se font remarquer négativement ou "ne comprennent pas la plaisanterie". Cela est à son tour utilisé par d'autres pour justifier l'envoi d'autocollants racistes: "Nico a la peau foncée et trouve quand même ça drôle ! Donc c'est bon !" ou "Lakshmi est elle-même originaire d'Inde. Et elle n'a rien dit contre. Alors ça ne peut pas être grave".

Voici ce que vous pouvez faire en tant que parents

Même si les enfants et les adolescents n'envoient généralement des autocollants racistes que "pour s'amuser", ils peuvent se rendre punissables en un seul clic. Il est donc crucial que les parents informent leurs enfants et les accompagnent dans le monde numérique.

💬 Informez votre enfant de la situation légale: "Envoyer des autocollants racistes est interdit en Suisse. Si tu le fais, tu peux avoir des problèmes avec la police". Abordez également la question de la majorité pénale: "Dès que tu as 10 ans, tu es toi-même puni pour ce genre de choses".

💬 Montrez à votre enfant où sont les limites: Les enfants et surtout les adolescents essaient beaucoup de choses. Les réactions de nous, adultes, sont élémentaires pour qu'ils apprennent ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas. Prenez clairement position si vous voyez du racisme quelque part, que ce soit dans la vie quotidienne hors ligne, dans des films ou dans des colonnes de commentaires en ligne: "Je ne trouve pas ça drôle du tout. De telles images blessent les autres".

💬 Parlez du racisme avec votre enfant. Il est important que votre enfant comprenne pourquoi le racisme fait du mal et est interdit. Expliquez à votre enfant que les autocollants racistes renforcent les préjugés.

💬 Montrez à votre enfant les effets du racisme. Les livres documentaires et les romans sur le sujet, adaptés à l'âge des enfants, sont un bon moyen de développer l'empathie. Demandez des recommandations à votre librairie préférée. Pour les enfants plus âgés et les adolescents en particulier, les vidéos YouTube dans lesquelles des personnes victimes de racisme parlent de leurs expériences peuvent également être utiles, par exemple la vidéo de Baba News ou de la Radio et Télévision Suisse (SRF). Demandez à votre enfant s'il connaît lui-même des exemples: "As-tu déjà été confronté au racisme? Est-ce que toi ou des amis à toi ont déjà été moins bien traités en raison de la couleur de leur peau, de leur origine ou de leur religion ?"

💬 Apprenez à votre enfant qu'il peut et doit se défendre contre la haine sur YouTube, Instagram ou TikTok. La meilleure et la plus sûre façon de le faire est d'utiliser la fonction de signalement. Elle signale à l'application les contenus et commentaires racistes et autres interdits. Ceux-ci peuvent ainsi être supprimés et les utilisateurs qui propagent la haine peuvent être bloqués en cas de récidive. Les personnes signalées ne voient pas qui a fait le signalement: les enfants restent ainsi en sécurité. Souvent, les enfants et les adolescents ont besoin d'aide pour trouver la fonction de signalement.

Conclusion

Le racisme est un sujet complexe. Il doit souvent être abordé plusieurs fois et, selon l'âge et les expériences, d'autres aspects sont mis en avant. Malgré cela, les enfants et les adolescents s'inspirent souvent de leurs parents, voire les copient, en particulier sur les questions idéologiques. Montrez l'exemple et rendez votre enfant attentif au racisme et au fait que les propos racistes sont dangereux et blessants - que ce soit dans le monde numérique ou dans la cour de récréation.

Compétence médiatique avec l'association zischtig.ch

L'association zischtig.ch s'engage à protéger les enfants et les jeunes de la dépendance en ligne, du cyberharcèlement, du cybergrooming et d'autres dangers de manière attrayante, compréhensible, touchante et efficace. L'accent est mis sur un style de transmission enthousiasmant et sur la capacité à utiliser les médias de manière profitable, créative et sûre. Sur le site Familienleben.ch, Kim Gray de l'association écrit régulièrement sur des thèmes liés à la compétence médiatique.

Plus d'informations sur zischtig.ch et d'autres articles de Kim Gray.