Facebook Pixel
Enfant

Garde partagée: le quotidien vécu est décisif

L'autorité parentale conjointe est la règle depuis le 1er janvier 2014 après un divorce ou une séparation. Ce qui semble de prime abord une bonne solution pour l'enfant ne signifie pas dans la réalité que les parents se partagent effectivement la garde.

Un enfant regarde ses parents se disputer

La garde partagée ne résout pas automatiquement tous les conflits habituels lors d'un divorce. Image: Pixland/Pixland, Thinkstock

Lorsque la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a annoncé en novembre 2011 la décision du Conseil fédéral de faire de l'autorité parentale conjointe la règle, un débat de près de huit ans a pris fin. "Nous introduisons ainsi l'égalité des droits dans le domaine de l'autorité parentale", avait alors déclaré Sommaruga devant les représentants des médias. Entre-temps, l'autorité parentale conjointe est devenue la règle en cas de divorce et l'attribution de l'autorité parentale exclusive fait partie des cas exceptionnels. Bien que les nouvelles dispositions prévoient l'autorité parentale conjointe après un divorce, ce sont encore en grande partie les mères qui assument la garde principale des enfants.

Autorité parentale conjointe: les règles

Avant la modification de la loi, l'autorité parentale conjointe n'était possible que si les deux parents déposaient une demande d'autorité parentale conjointe. Aujourd'hui, l'autorité parentale conjointe est la règle, quel que soit l'état civil des parents. Cela signifie qu'après une séparation ou un divorce, la mère et le père obtiennent automatiquement l'autorité parentale conjointe. Des exceptions ne sont possibles que si une autre solution s'impose pour le bien de l'enfant, par exemple en cas de maladie, de violence ou d'absence de l'un des parents.

L'autorité parentale conjointe place l'intérêt de l'enfant au premier plan et responsabilise les parents dans la recherche de solutions communes pour leurs enfants. En effet, les parents doivent en principe régler ensemble tout ce qui concerne l'enfant. Cela vaut surtout pour les décisions importantes concernant les interventions médicales, l'éducation religieuse ou le choix de l'école. Toutefois, celui qui s'occupe principalement de l'enfant peut décider seul des affaires quotidiennes ou urgentes. Il peut par exemple décider de la manière dont l'enfant doit se nourrir, des vêtements à acheter et de l'organisation de ses loisirs.

Les deux parents peuvent changer de domicile à l'intérieur de la Suisse sans se mettre d'accord avec l'autre. Cela n'est toutefois possible que si le trajet pour rejoindre l'enfant n'est pas plus long après le déménagement qu'avant. Celui qui déménage à l'étranger doit toutefois demander au préalable l'accord de l'autre. Les parents qui se sont déjà séparés doivent avoir la possibilité de demander l'autorité conjointe avec effet rétroactif jusqu'à cinq ans. En règle générale, le tribunal ou l'autorité compétente doit alors établir l'autorité parentale conjointe.

La garde partagée n'est pas une solution miracle

L'autorité parentale conjointe ne signifie toutefois pas que les parents se partagent équitablement la garde de l'enfant. C'est ce qu'a montré l'étude du Fonds national suisse "Les enfants et le divorce: L'influence de la pratique juridique sur les transitions familiales", dans le cadre de laquelle plus de 2000 pères et mères divorcés ont été interrogés entre 2004 et 2006, l'a clairement démontré. Chez 71 pour cent des parents ayant l'autorité parentale conjointe, un modèle traditionnel de répartition des tâches parentales est vécu. La mère s'occupe principalement des enfants et ne travaille donc généralement qu'à temps partiel. Le père n'entretient que des contacts de visite avec les enfants et travaille à plein temps. Seuls 16% des parents ayant l'autorité parentale conjointe se partagent la garde des enfants.

L'avocat zurichois Linus Cantieni a également pu le confirmer dans sa thèse "Gemeinsame elterliche Sorge nach Scheidung - eine empirische Untersuchung". L'autorité parentale conjointe ne rompt pas la répartition traditionnelle des rôles entre le père et la mère, généralement déjà vécue pendant le mariage, peut-on y lire. De plus, l'autorité conjointe ne garantit pas que le contact entre l'enfant et le parent absent au quotidien soit plus intense ou meilleur. "Aussi souhaitable que soit une meilleure implication des deux parents dans la prise en charge des enfants après la séparation et le divorce", écrit Cantieni dans la Schweizer Familie, "l'autorité parentale conjointe n'est pas un remède miracle administré dans l'espoir que les parents s'engageront davantage à l'avenir dans les soins et l'éducation de l'enfant pour cette raison".

L'avocat estime que l'autorité parentale conjointe n'aura qu'une influence modeste sur la situation vécue par les parents après le divorce. En effet, l'autorité parentale n'est qu'une des nombreuses causes possibles de conflits parentaux. Pour tendre vers une prise en charge partenariale, il ne faut par exemple pas seulement l'autorité parentale conjointe, mais aussi des mesures sociopolitiques profondes. Linus Cantieni pense ici à davantage de structures d'accueil pour les enfants ou à plus d'emplois à temps partiel pour les hommes.

Fillette avec parents qui se disputent en arrière-plan

En cas de séparation ou de divorce, le bien-être de l'enfant n'est souvent pas au centre des préoccupations. Image: g-stockstudio/iStock, Thinkstock

Derrière l'idée de l'autorité parentale conjointe se cache l'idée de placer le bien-être de l'enfant au centre des préoccupations. "L'autorité parentale conjointe deviendra la règle à l'avenir, indépendamment de l'état civil des parents. Le bien de l'enfant est au centre de cette nouvelle réglementation", peut-on lire dans le communiqué du Conseil fédéral de 2011. Mais "pour l'enfant, ce n'est pas la réglementation de l'autorité parentale qui est décisive, mais la réglementation du quotidien", explique la psychologue Heidi Simoni dans un reportage de la radio suisse DRS. L'enfant devrait savoir où il se trouve à la maison ou comment organiser ses loisirs. Simoni, sous la direction de laquelle l'étude du Fonds national mentionnée plus haut a été réalisée, plaide pour que les enfants soient impliqués. Tant les parents que les tribunaux devraient écouter les enfants.

"La participation des enfants à la réorganisation de la vie familiale n'est encore guère mise en œuvre de manière judicieuse dans la pratique des tribunaux et dans le quotidien des familles", écrit Simoni avec la professeure de droit privé Andrea Büchler dans la fiche d'information relative à l'étude du Fonds national. Les expertes recommandent de ne pas renoncer à l'audition des enfants dans la procédure de divorce. Jusqu'à présent, seul un enfant sur dix environ est entendu. Si les enfants sont entendus, les adultes devraient être prêts à laisser les enfants remettre en question leurs propres opinions. "Bien entendu, il ne doit pas s'agir de faire porter le poids de la décision aux enfants", affirment Simoni et Büchler.

La psychologue et la professeure de droit ont constaté qu'un divorce est synonyme de grande incertitude pour de nombreux enfants. Les enfants se posent beaucoup de questions. C'est pourquoi il est important qu'une "véritable confrontation avec les intérêts de l'enfant ait lieu", écrit Simoni dans un article sur "l'organisation du quotidien et des relations avec des parents séparés". Cela suppose que l'enfant puisse lui-même s'impliquer avec ses questions, son vécu et ses propositions. Les parents devraient chercher des solutions avec leurs enfants. En outre, ils devraient être attentifs aux signaux de leur enfant, les classer correctement et chercher des réponses.

Plus d'informations sur l'autorité parentale conjointe

  • Guide pour les parents séparés ou divorcés sur l'implication de leurs enfants: www.mmi.ch
  • Aide et conseils aux parents: www.elternnotruf.ch et www.143.ch
  • Vous trouverez ici des articles spécialisés sur l'autorité parentale de l'Institut Marie Meierhofer pour l'enfant.

Quels sont les avantages de la garde partagée? Donnez-nous votre avis !