Facebook Pixel
Enfant

Boire le coma: Mon enfant boit-il trop ?

Binge drinking, excès d'alcool et binge drinking. Vous en entendez parler encore et encore. Alors que les jeunes testent leurs limites, les parents les ont déjà atteintes. Yves Wetli, du Centre zurichois pour les problèmes liés à l'alcool, nous explique dans une interview ce que les parents peuvent faire si leur enfant boit et pourquoi ils ne devraient pas l'interdire.

Boire le coma: Les filles sortent

"Les interdictions sont généralement contre-productives, les jeunes trouvent accès à l'alcool d'une manière ou d'une autre.
Photo: Michael Blann, Digital Vision, Thinkstock

Qui vient chez vous, au centre spécialisé de Zurich pour les problèmes d'alcool ?

Yves Wetli: Les jeunes et les parents viennent à nous. Les parents qui, par exemple, ont eux-mêmes un problème d'alcool et cherchent un soutien pour leurs enfants ou les parents de jeunes qui ont un problème d'alcool. Mais les parents et les connaissances des personnes touchées nous contactent également.

Comment entrent-ils en contact avec vous ?

Les personnes concernées contactent généralement la ZFA par téléphone ou par courriel. D'autres, en revanche, viennent directement nous voir pour prendre rendez-vous.

J'associe un alcoolique à un homme d'une quarantaine d'années. Est-ce un sophisme ?

Non, cette image que vous avez d'un alcoolique est justifiée. Parce que la proportion de ma clientèle masculine est prédominante. De plus, ils sont souvent dans cette catégorie d'âge. Néanmoins, des personnes de tous âges et des deux sexes sont touchées.

Ce ne sont donc pas les jeunes qui abusent de l'alcool ?

Non, les excès de consommation d'alcool le week-end peuvent le suggérer, mais en soi, ce sont plutôt les personnes autour de 40 ans qui présentent une dépendance chronique à l'alcool.

Pourquoi le binge drinking est-il si populaire chez les jeunes ?

Les jeunes expérimentent au fur et à mesure de leur développement et testent leurs limites. Elles se surestiment souvent, mais sont également hantées par des peurs, des inhibitions et des doutes quant à leur apparence et à leur effet sur les autres. C'est là que l'alcool intervient, par son effet désinhibiteur et anxiolytique - mais seulement dans une certaine mesure. S'ils en font trop, c'est l'inverse qui se produit: ils se ridiculisent et semblent peu séduisants lorsqu'ils sont ivres. En outre, la pression des pairs peut avoir un effet très fort sur les jeunes.

Le binge drinking du week-end est-il déjà un problème d'alcool ?

C'est un problème, car il s'agit d'une utilisation risquée et nuisible. Il n'est pas rare que cela se produise chez les jeunes. Car dans cette phase de la vie, les limites sont explorées à tous égards, expérimentées, et c'est aussi important. La question est bien sûr de savoir dans quelle mesure cela se produit et s'il s'agit également d'une consommation mixte, c'est-à-dire d'alcool avec d'autres drogues. Mais il s'agit également d'un problème d'alcool si la consommation d'alcool pendant le week-end entraîne des problèmes à l'école, au travail ou dans la famille. Il est également problématique si une consommation excessive sert à supprimer les problèmes. Toutefois, cela ne signifie pas nécessairement que la personne est dépendante de l'alcool.

Le binge drinking du week-end est-il plus risqué que la consommation quotidienne ?

Vous ne pouvez pas dire ça comme une règle générale. Au ZFA, nous évaluons la consommation d'alcool d'une personne à l'aide d'unités standard. Une unité standard est un carton de bière (3 dl), un verre de vin (1 dl) ou un alcopops comme Smirnoff Ice ou Bacardi Breezer. Si un homme en bonne santé consomme une à trois unités standard par jour avec deux jours d'abstinence par semaine - ce qui permet de contrer la formation de la tolérance et la dépendance physique - il est toujours classé par nous comme étant à faible risque. Cependant, si l'on boit plus de trois unités standard, on parle d'usage nocif, et si l'on boit plus de cinq SE, de binge drinking. Il existe un risque d'empoisonnement par l'alcool qui peut entraîner un coma ou la mort.

Cela s'applique-t-il également aux femmes et aux jeunes ?

Non. Pour les femmes - en raison de la plus faible teneur en eau de l'organisme ainsi que du métabolisme, qui est moins apte à traiter l'alcool - la consommation ne devrait être que d'une à deux unités standard. En théorie, cela s'applique également aux adolescents. Mais compte tenu du développement psychologique et physique d'un adolescent, l'alcool ne devrait pas être consommé avant l'âge de 19 ans. En effet, l'alcool a un effet plus nocif sur le corps de l'adolescent, qui est encore en développement. En outre, l'alcool, en tant que poison cellulaire, est moins bien dégradé dans ces cellules.

Les parents devraient donc interdire à leurs enfants de boire jusqu'à leur 18e anniversaire ?

Non, car les interdictions sont généralement contre-productives et les jeunes trouvent accès à l'alcool d'une manière ou d'une autre.

N'est-il pas plus raisonnable de laisser les jeunes boire ?

Non, ce serait aussi une vision trop courte. Les jeunes doivent être autorisés à vivre leurs propres expériences, mais il est également important de leur faire comprendre, dans le cadre d'une conversation ouverte, que la consommation d'alcool à l'adolescence est plus nocive que celle des adultes. En outre, il est important de leur faire prendre conscience que l'alcool présente d'autres risques que le poison qu'il contient. L'alcool augmente également la propension à la violence et rend les accidents plus probables.

Si je ne dois pas interdire à mon enfant de boire de l'alcool, mais aussi ne pas tout laisser passer, la question se pose pour moi: quelle quantité d'alcool est encore justifiable ?

Dans tous les cas, il convient de ne consommer qu'un peu d'alcool fort, ou mieux, pas du tout. Les jeunes ne devraient également boire les unités standard qu'avec prudence: en principe, jamais plus de cinq à la fois. En outre, après chaque boisson alcoolisée, il convient de consommer une boisson non alcoolisée. Les parents doivent également être prêts à reconduire leur fils ou leur fille chez eux s'ils ne se sentent plus bien. Il est également conseillé de ne parler ouvertement de la consommation excessive d'alcool de l'adolescent que le lendemain matin, lorsque l'ivresse a disparu et que l'inquiétude et la colère compréhensibles des parents se sont quelque peu apaisées.

Les parents ne devraient-ils pas boire de l'alcool devant les enfants ?

Je pense que ça ne sert à rien. Le jeune sera toujours en contact avec l'alcool. Il est illusoire d'espérer que cela n'arrivera jamais. Si les parents ne boivent pas, c'est bien ; s'ils boivent avec modération, ce n'est pas non plus à condamner. Parce que la consommation modérée sensibilise les jeunes à une approche réfléchie de l'alcool.

Et si le fils de 13 ans veut déjà goûter le vin ?

Puis vous le laissez goûter. Mais la plupart des enfants n'aiment pas ça de toute façon. Il est important de communiquer ouvertement sur le sujet à ce moment-là. Vous leur expliquez, par exemple, qu'il est toxique et dangereux pour les enfants et les jeunes. Cependant, il n'est évidemment pas judicieux de laisser traîner l'alcool.

Lorsque la consommation d'alcool devient incontrôlable, la ZFA entre en jeu. Comment ces conseils fonctionnent-ils ?

La première question est la suivante: combien le jeune boit-il? Si le jeune boit par pure curiosité, le conseil a un caractère éducatif et est de courte durée. J'explique alors, par exemple: Que vous fait l'alcool? Comment apprendre à dire non dans le groupe? Comment pouvez-vous réduire votre consommation? Mais comme la consommation régulière et excessive d'alcool n'est pas un problème isolé - le problème d'alcool découle généralement d'un autre problème - d'autres questions se posent: y a-t-il des problèmes à l'école, des difficultés avec les parents ou des problèmes psychologiques? Ces conseils ont alors un caractère thérapeutique, sont plus intensifs et durent plus longtemps.

Les jeunes viennent-ils à vous de leur propre chef ?

Certains viennent de leur propre initiative parce qu'ils se posent des questions, par exemple: est-ce que je bois trop? Certains font un "Alcocheck" sur notre site web. Et en fonction du résultat du test, ils peuvent se manifester. Les parents qui se manifestent, les travailleurs sociaux, les enseignants, les employeurs ou le bureau de l'ombudsman des jeunes peuvent également y accéder.

Quelle affaire vous a personnellement touché de près ?

Un jeune qui buvait régulièrement de façon excessive est venu me voir de son propre chef. Il voulait savoir ce qu'était l'alcool et comment il pouvait apprendre à boire moins. Il jouait également le rôle - que l'on conserve d'ailleurs à l'âge adulte - du buveur le plus fréquent. Le jeune a réalisé qu'il y a quelques années, il réussissait très bien dans certains domaines avant de commencer à boire régulièrement. En réfléchissant à lui-même, il a remarqué ce que l'alcool lui avait enlevé. C'était très impressionnant.

Qu'est-ce que l'alcool lui a enlevé ?

L'adolescent était un élève assidu et très brillant dont l'objectif était d'aller au lycée puis à l'université. Cependant, ses résultats scolaires ont diminué en raison d'une consommation fréquente et excessive d'alcool. Même dans le football, où il avait un grand potentiel et s'entraînait de manière ambitieuse, sa motivation a diminué et il a finalement arrêté.

Et si les parents viennent vous voir mais que les jeunes sont complètement bloqués ?

Alors, c'est déjà difficile. Je ne peux pas forcer les jeunes à venir. Il est possible de soutenir les parents dans une certaine mesure afin qu'ils puissent convaincre leur enfant de consulter.

Les parents peuvent-ils également se manifester sans que l'enfant soit impliqué ?

Absolument. Il se peut que seuls les parents veuillent savoir comment s'y prendre. L'éducation des parents sur la meilleure façon de se comporter est une de nos fonctions importantes.

Quand les parents doivent-ils contacter le centre d'alcoologie ?

La communication est l'alpha et l'oméga. Toutefois, si les conversations ne sont pas constructives ou seulement supposées l'être, c'est-à-dire que l'enfant consomme à nouveau des quantités excessives d'alcool le week-end suivant, la voie à suivre n'est certainement pas mauvaise. Ils doivent également nous consulter s'ils estiment avoir trop peu d'informations ou si trop d'émotions sont en jeu.

Centre spécialisé dans les problèmes d'alcool à Zurich

Boire le coma: Yves Wetli

Yves Wetli, conseiller à la ZFA,
Psychologue lic. psych.

Le ZFA est gratuit pour les jeunes jusqu'à 23 ans qui vivent à Zurich. Pour les adultes, elle est fonction du revenu et ils doivent résider dans la ville de Zurich ou travailler dans une entreprise municipale. Mais des centres de conseil existent également dans d'autres districts du canton.