Facebook Pixel
Enfant

La frustration chez les enfants: comment ils apprennent à gérer la déception

La frustration engendre la colère, la rage et la tristesse. Les enfants doivent d'abord apprendre à tolérer ces sentiments. Ce que vous pouvez faire si votre enfant a une très faible tolérance à la frustration et comment vous pouvez l'aider à l'augmenter.

Enfant frustré assis sur un escalier.

La frustration n'est pas l'apanage des parents: Comment aider les enfants à y faire face. Image: portishead1, E+

Les faits les plus importants en bref

  • Les enfants ont souvent une tolérance à la frustration plus faible que les adultes.
  • Les enfants doivent d'abord apprendre à gérer la frustration. Avec l'expérience, la tolérance à la frustration augmente également. En savoir plus.
  • Les parents peuvent aider leurs enfants à mieux supporter la frustration et à accroître leur tolérance. En savoir plus.

La période Corona exige un renoncement de notre part à tous. Pas de visites à la piscine. Pas d'excursions pour faire du shopping. Pas de repas raffinés dans un restaurant. Et pas de vacances. Ne pas obtenir ce que l'on attendait, souhaitait et peut-être désirait ardemment crée de la frustration. Les enfants, en particulier, ont du mal à gérer ce sentiment.

Comment et quand la frustration se manifeste-t-elle chez les enfants?

Pour les enfants, même les petites déceptions peuvent provoquer une grande frustration. Par exemple

... lorsque la grande tour de blocs de construction vacille et s'effondre sur elle-même.

... quand la sœur a mangé la dernière part de gâteau.

... lorsque votre propre pièce est la dernière à atteindre la ligne d'arrivée dans un jeu de société.

... si le résultat du calcul n'est pas correct

... quand la balançoire est amusante mais que les parents veulent rentrer à la maison.

... quand les parents interdisent de sauter sur le canapé.

Ces cas peuvent être l'occasion pour les enfants de se mettre en colère comme Rumpelstiltskin, de se déchaîner, de se jeter par terre et de pleurer. Les enfants plus âgés peuvent également exprimer leur frustration en silence. Ils souffrent massivement mais ne montrent pas leur frustration.

Que signifie la tolérance à la frustration chez les enfants?

Néanmoins, certains enfants gèrent la frustration beaucoup mieux que d'autres. Ils sont également en colère ou tristes, mais peuvent souvent se calmer rapidement. On dirait que ils supportent relativement facilement les petites contrariétés - comme s'ils étaient relativement tolérants à la frustration. D'autres, en revanche, ont une moindre tolérance à la frustration. En d'autres termes, ils ont une moindre capacité à gérer les déceptions. Ils râlent, jurent et se mettent en colère même lors de déceptions que les autres remarquent à peine.

Comment la tolérance à la frustration se développe-t-elle en premier lieu?

Pourquoi ça? Tous les enfants doivent d'abord apprendre à gérer la frustration. Lorsqu'un enfant commence à franchir une étape importante de son développement à l'âge d'un an et demi ou de deux ans et entre dans la phase de défi, il est encore complètement à la merci de ses sentiments. "Il rage, trépigne et pleure parce qu'il ne sait pas quoi faire - d'autant plus lorsque ses forces faiblissent parce qu'il est fatigué ou qu'il a faim", explique dans une interview Brigitte Saurenmann, conseillère d'éducation, pédagogue sociale et responsable du groupe PEKiP de Zurich.

Les enfants doivent faire l'expérience qu'un mauvais sentiment est suivi de bons sentiments - et qu'ils peuvent faire beaucoup pour cela eux-mêmes. L'"auto-efficacité" est le terme technique pour cela. Lorsque les enfants font l'expérience qu'ils peuvent réaliser leurs souhaits grâce à leurs propres stratégies, ils développent une certaine satisfaction et un équilibre de base.

Comment pouvez-vous augmenter la tolérance à la frustration?

1 Ne pas laisser les enfants seuls avec le sentiment

Les parents peuvent soutenir de manière décisive leur enfant dans ce processus d'apprentissage. D'une part, ils peuvent fixer des limites, mais ils peuvent aussi signaler à l'enfant qu'il a son mot à dire - comme ceci: "Non, il n'y a pas de glace maintenant. Ou encore: "Tu es frustré parce que tu ne fais aucun progrès avec tes devoirs. Je serais heureux de vous montrer comment vous pouvez mieux étudier".

Cette aide ne doit pas nécessairement être immédiate. Ce dont l'enfant a besoin, c'est de la confiance qu'il peut se sortir d'une situation difficile - seul ou avec de l'aide. C'est ainsi que l'enfant apprend à réduire sa frustration. Plus l'enfant est capable de gérer sa frustration, plus il est probable que cette aide puisse être reportée: "Quand le gros pointeur sera au sommet, je vous aiderai."

2 Écoute active

En outre, la tolérance à la frustration peut être accrue par l'écoute active. Les parents se tournent alors vers un enfant en colère avec amour. Ils leur montrent qu'ils peuvent comprendre pourquoi ils sont frustrés. Une telle compréhension ne signifie toutefois pas que l'on reprenne les frontières. "Non, tu n'auras pas de glace maintenant parce que nous sommes sur le point de dîner. Je comprends que vous soyez en colère à ce sujet."

"Nous, adultes, voulons aussi des réactions calmes lorsque nous sommes en colère au travail, par exemple", souligne dans une interview le psychologue fribourgeois Fabian Grolimund de l'Académie pour le coaching d'apprentissage. "Nous ne voulons pas entendre des commentaires tels que "Pourquoi n'as-tu pas... ?" ou "Tu aurais dû...". Au contraire, nous voulons simplement ce dont les enfants ont aussi besoin: une oreille compréhensive", qui aide à mieux accepter ses propres sentiments difficiles.

Que peut-on faire lorsque la tolérance à la frustration est faible?

Le premier remède à une faible tolérance à la frustration est la phrase suivante: "Tu as le droit de faire des erreurs". Cela aide non seulement les enfants à accepter plus facilement la frustration. Cela ouvre également la voie à l'acceptation des erreurs et à l'apprentissage à partir de celles-ci. Et cela leur donne le courage de réessayer pour atteindre un objectif.

Comment pouvez-vous pratiquer le contrôle des impulsions avec les enfants?

Quand les émotions bouillonnent, aucun argument ne peut aider. "Les parents ne devraient jamais faire appel au sens de la raison de l'enfant", dit Brigitte Saurenmann, en faisant référence à la phase de défiance. "Un enfant en bas âge ne peut pas encore penser rationnellement." Les luttes de pouvoir font aussi du mal: "Plus les adultes font preuve de supériorité, plus l'enfant est désespéré. Il faut toujours être deux pour défier !

Si un enfant se déchaîne dans une colère aveugle, il peut se blesser ou blesser les autres. Les parents doivent essayer de rester calmes pour éviter de telles blessures. "Ce n'est que lorsque les émotions de l'enfant se sont à nouveau calmées qu'il est judicieux de lui parler de la situation", explique Fabian Grolimund. La devise est alors: "'Tu as le droit d'être en colère et de montrer tes sentiments. Peut-être pouvons-nous trouver un moyen pour que tu réagisses différemment de toute façon ?' C'est un processus d'apprentissage qui se déroule tout au long de l'enfance."