Facebook Pixel
Enfant

Non veut dire non: voici comment votre enfant apprend à accepter les règles

Les plus petits testent déjà jusqu'où ils peuvent aller avec papa et maman, ce qui fait partie d'une éducation normale. Vous apprendrez ici pourquoi les parents devraient utiliser leurs "non" avec parcimonie.

Le

Un "non" peut être douloureux pour un enfant dans un premier temps et entraîner quelques larmes. Image: Mukhina1, iStock, Getty Images Plus

"Non" à la prise électrique, "non" au grignotage de la télécommande, "non" au fait de trouver le sol plus délicieux que la nourriture sur la table: l'éducation ne peut pas se passer de limites et d'interdictions. Mais jusqu'où faut-il dire "non"? Et que doivent faire les parents si leur enfant n'accepte pas le "non" ?

Beaucoup d'amour et de sécurité sont les clés d'une éducation affectueuse des enfants. Avoir des règles et fixer des limites ne fait cependant pas de mal. Le mot "non" doit également être utilisé. Votre enfant saura ainsi quand il faut s'arrêter et qui prend les décisions dans le ménage ou qui est le leader dans la maison.

Éducation des enfants: comment apprendre le mot "non" à votre enfant

Deux choses sont particulièrement importantes: la régularité et la cohérence: les enfants apprennent en jouant de manière répétitive. Plusieurs tentatives peuvent être nécessaires avant qu'un enfant ne comprenne qu'il ne doit pas frapper son vis-à-vis. Dans les premiers temps de l'éducation d'un enfant, faites preuve de compréhension à son égard en cas de comportement indésirable. Le contrôle des impulsions d'un être humain ne commence en effet à fonctionner qu'à partir de la deuxième année de vie.

Les enfants attendent souvent une réaction après un "non", car ils ne comprennent peut-être pas encore le terme ou le sujet qui y est lié. Le fait d'adopter un comportement compréhensible et logique pour les enfants est donc synonyme de cohérence et leur permet d'acquérir et d'apprendre des connaissances. Le "non" doit donc impérativement être suivi d'une action de votre part, car l'enfant sait pourquoi vous avez dit "non" et comprend votre motivation. Et rappelez-vous: il a besoin de plusieurs tentatives avant que la signification ne parvienne à son cerveau.

C'est surtout dans la phase dite d'opposition (>18 mois) qu'un "non" clair et compréhensible vaut de l'or, comme le disait autrefois l'expert en éducation Jesper Juul: "Dans cette phase, les enfants ont des besoins importants: premièrement, ils ont besoin d'un retour sur leur exploration et leur expérimentation incessantes de la réalité, ce qui inclut les limites et les valeurs individuelles de leurs parents." En outre, l'expert aujourd'hui décédé a conseillé de le faire: " Il est donc également nécessaire de dire non, encore et encore, aux mêmes choses. Plus les parents s'expriment de manière personnelle et sûre d'eux, plus les petits chercheurs tireront rapidement leurs conclusions".

La violence dans l'éducation n'est pas une solution

Une fois qu'ils sont capables de parler, ils aiment discuter avec leurs parents et n'acceptent plus facilement les règles ou les "non". Il en va de même pour les écoliers et les adolescents qui se distancient de plus en plus de leurs parents et qui provoquent délibérément pour tester leurs limites. L'éducation des enfants est à ce stade un jeu de patience qui peut rapidement dégénérer en une lutte de pouvoir épuisante pour les nerfs.

Dans cette situation, il est difficile pour les parents de rester calmes. "Quelle que soit la phase dans laquelle les parents se trouvent avec leur enfant, il n'est en aucun cas question d'en venir aux mains", commente Susanna Fischer, directrice du cabinet familial Stadelhofen.Une fessée, une gifle peut en effet avoir des conséquences négatives sur l'équilibre social et émotionnel d'un enfant."Le dépassement des limites sur le plan physique et émotionnel ainsi que le retrait de l'amour font partie des plus grandes erreurs dans l'éducation des enfants", explique l'experte en éducation Fischer.

Demander de l'aide en cas de surmenage

Si les parents ont le sentiment d'être dépassés par l'éducation de leurs enfants, un conseil éducatif fait partie des meilleures solutions. Des études montrent toutefois que cette voie n'est pas toujours choisie: selon une étude de la Haute école zurichoise de sciences appliquées datant de 2018, environ deux tiers des jeunes Suisses ont subi une forme de violence parentale dans leur jeunesse.

Selon d'autres estimations, environ 20 pour cent des parents considèrent que leur leadership consiste à frapper leurs enfants. Selon l'étude, la violence dans l'éducation fait presque partie de la culture éducative suisse. Des pays voisins comme l'Autriche ou l'Allemagne affichent ainsi des taux bien plus bas que la Suisse. Les enfants qui souffrent du style de direction dur de leurs parents peuvent s'adresser à des organisations d'aide.

Vous n'êtes pas sûr que tout se passe bien dans l'éducation de vos enfants? Consultez notre dossier sur l'éducation et apprenez-en plus sur le thème de l'éducation des enfants.