Facebook Pixel
Enfant

Congé de maternité et congé parental: la Suisse à la traîne

La Suisse est en retard sur les autres pays européens avec son congé de maternité de 14 semaines. De nombreux pays prévoient une pause bébé plus longue et un congé parental pour les pères. La Commission de la famille EKFF veut changer la situation en Suisse.

En Suisse, seules les mères ont droit au congé de maternité ; il n'existe pas de congé parental pour les pères.

En Suisse, il n'existe toujours pas de congé parental légalement réglementé, mais seulement un congé de maternité.

Quiconque attend un bébé aujourd'hui doit penser aux soins de l'enfant. Dans le passé, c'était facile: les femmes abandonnaient leur carrière et restaient à la maison avec les enfants. La répartition des rôles était classique. L'homme, le soutien de famille, gagnait l'argent et la femme s'occupait du ménage et des enfants.

Aujourd'hui, de moins en moins de femmes sont prêtes à se laisser imposer ce vieux modèle de rôle. En 1997, 47 % des mères en couple avec un enfant de moins de sept ans ne faisaient pas partie de la population active, mais dix ans plus tard, elles n'étaient plus que 35 %, selon un rapport de la Commission fédérale de coordination pour les questions familiales (EKFF).

Les mères veulent travailler, que ce soit pour des raisons financières, pour être économiquement autonomes ou parce qu'elles voient une valeur dans le travail lui-même. Mais c'est là que le problème se pose. Comment les femmes peuvent-elles concilier famille et travail? En Suisse, la plupart des mères résolvent le problème de compatibilité par un emploi à temps partiel. En 2007, environ 46 % des femmes ayant le plus jeune enfant âgé de moins de 4 ans travaillaient à temps partiel, souvent avec une charge de travail inférieure à 50 %.

De nombreuses familles dépendent de deux revenus pour des raisons économiques. Si les deux parents travaillent, les enfants doivent être gardés par d'autres personnes. Les grands-parents, en particulier, assument une grande partie du travail de soins. Mais toutes les familles n'ont pas la chance d'avoir des grands-mères et des grands-pères qui peuvent remplir cette tâche. Ils sont donc dépendants d'une prise en charge extérieure par des crèches, des jardins d'enfants ou des familles de jour. Les coûts sont très élevés en Suisse, surtout pour les familles de la classe moyenne. En outre, il y a un manque de places de garde d'enfants dans de nombreux endroits.

Plus d'informations sur le sujet :

Cela montre à quel point il est difficile de concilier famille et carrière en Suisse aujourd'hui. Les enquêtes montrent que de nombreuses femmes souhaitent avoir plus d'enfants qu'elles n'en mettent réellement au monde. Selon une étude réalisée en 2004 par le Département fédéral de l'intérieur, les femmes ayant un diplôme universitaire souhaitent avoir 2,2 enfants en moyenne. Plus ils vieillissent, plus ils ajustent leur désir à la baisse. En réalité, elles ne donnent naissance qu'à 1,2 enfant. Il semble raisonnable de supposer que les conditions défavorables de la politique familiale favorisent une diminution du désir d'avoir des enfants.

Le soutien aux familles en Suisse est très faible par rapport aux autres pays européens. Avec 1,3 % du produit intérieur brut en 2005, les dépenses sont inférieures à la moyenne européenne. Des pays comme le Danemark ou l'Allemagne dépensent plus de 3 %. Cela est dû, entre autres, au fait que le congé parental est réglementé différemment.

En Suisse, les allocations de maternité n'existent que depuis 2005. Elles couvrent 80 % du revenu du travail pendant 14 semaines pour les femmes qui exercent une activité professionnelle. Il a fallu plusieurs tentatives pour que l'assurance maternité soit enfin approuvée par le peuple suisse en 2004. "Il a fallu trouver un compromis et modifier la prise de conscience du public pour que cette proposition soit finalement acceptée", explique Jürg Krummenacher, président de la FCWI.

D'autres pays européens disposent également d'un congé de maternité. Contrairement à la Suisse, des pays comme l'Allemagne, la Suède ou l'Islande disposent également d'un congé parental légalement réglementé. Elle prévoit un congé parental pour les mères et les pères. Dans l'UE, ce délai doit passer de 3 à 4 mois à partir de 2012. Au moins un des quatre mois n'est pas transférable. En Suisse, il n'existe pas à ce jour de congé parental ou de paternité légalement réglementé. Ce n'est que dans certaines entreprises que les employeurs accordent quelques jours de congé aux pères.

Une comparaison avec d'autres pays européens montre que la Suisse est très en retard en matière de congé parental.

Le congé parental et l'allocation parentale dans d'autres pays européens

Allemagne

Depuis 2007, il existe en Allemagne une allocation parentale, qui est versée pendant 14 mois au maximum. Les deux parents y ont droit. L'un des parents doit percevoir l'allocation parentale pendant au moins deux mois et peut la percevoir pendant 12 mois au maximum. L'allocation parentale est moins élevée qu'en Suisse puisqu'elle correspond à 67 % du revenu du travail, soit un maximum de 1 800 euros et un minimum de 300 euros. Tout d'abord, les mères reçoivent toujours une allocation de maternité, qui correspond approximativement au revenu net. Elle est prise en charge par la caisse d'assurance maladie et l'employeur pendant les six semaines qui précèdent et les huit semaines qui suivent l'accouchement. L'allocation de maternité est entièrement compensée par l'allocation parentale.

Islande

Dans le modèle islandais, les parents reçoivent une allocation parentale pendant 9 mois. La mère et le père ont chacun droit à trois mois. Après cela, la femme ou l'homme peut prendre trois mois supplémentaires de congé parental. Pour le congé parental, le parent reçoit 80 % de son revenu. En Islande, d'ailleurs, la plupart des pères ont pris un congé parental. En 2004, 90 % des pères ont pris un congé parental, d'environ 97 jours en moyenne.

France

Après un congé de maternité de 16 semaines (4 mois), les parents peuvent prendre un congé parental d'un an. Cette activité n'est pas rémunérée, mais elle garantit un emploi. Le congé peut être renouvelé deux fois jusqu'au troisième anniversaire, ce qui donne une période maximale de 36 mois.

Suède

En Suède, le congé parental est de 480 jours (environ 1 an et 4 mois). Parmi ceux-ci, 60 jours sont réservés à la mère et 60 jours au père. Pendant les 390 premiers jours, le parent en congé parental reçoit 80 % de son salaire brut, et pendant les 90 jours restants, environ 60 euros par jour.

Source: Commission fédérale de coordination pour les questions familiales (EKFF) dans "Elternzeit - Elterngeld Ein Modellvorschlag der EKFF für die Schweiz", Berne 2010

En Suisse, il n'existe pas de congé de paternité légalement réglementé pour les pères qui s'occupent du bébé.

Selon le modèle EKFF, les pères devraient également participer à la garde des enfants et bénéficier d'un congé parental rémunéré.

La Commission fédérale de coordination pour les questions familiales (CFCF) a attiré l'attention sur cette différence majeure entre l'assurance maternité en Suisse et le congé parental dans d'autres pays. En octobre 2010, elle a présenté un rapport complet sur le congé parental. Du point de vue de la politique familiale, l'assurance maternité et le congé paternité accordés dans les entreprises individuelles sont tout à fait insuffisants pour résoudre le problème de la conciliation entre famille et travail, selon l'EKFF.

En effet, en Suisse, de nombreuses mères restent à la maison pendant plus de 3,5 mois après la naissance de leur enfant ou réduisent leur activité professionnelle. Pour rester avec leurs enfants, ils acceptent une perte de revenu, renoncent à une carrière ou à la garantie d'un emploi. Les pères qui voudraient être plus que des pères de loisirs renoncent à s'occuper de leurs enfants en l'absence d'une disposition légale relative au congé de paternité. Beaucoup travaillent même davantage après la naissance de leur fils ou de leur fille pour compenser la perte de revenu due au fait que la mère reste à la maison. Cette situation peut être très insatisfaisante pour les deux partenaires.

Modèle: Congé parental de 24 semaines

C'est notamment pour ces raisons que la CFQF demande une réglementation légale pour l'introduction du congé parental et de l'allocation parentale en Suisse également. Dans son rapport présenté en octobre 2010, "Congé parental - Allocation parentale. Une proposition modèle de la CFQF pour la Suisse", elle propose l'introduction d'un congé parental de 24 semaines, qui est accordé en plus de l'allocation de maternité. Quatre semaines chacune sont réservées à la mère et au père. Elles ne peuvent donc être prises que par cette personne. Une mère pouvait ainsi rester à la maison jusqu'à huit mois et demi. Un père pouvait rester à la maison pendant un maximum de cinq mois.

L'IFAE ne suppose pas que les pères vont soudainement prendre en charge la moitié des soins aux bébés. La proposition de modèle indique: "Néanmoins, le congé parental peut favoriser une remise en question progressive, même avec une faible proportion d'hommes, et contribuer à une répartition égalitaire des rôles à plus long terme. Elle renforce la position de négociation des pères en tant que salariés ayant des responsabilités familiales."

L'allocation parentale est censée correspondre à 80 % du revenu. Les parents ont la possibilité de percevoir cette allocation parentale après la naissance ou au plus tard jusqu'à ce que l'enfant commence l'école.

Selon la FCWI, ce modèle coûtera environ 1,1 à 1,2 milliard de francs suisses s'il est mis en œuvre. Le congé parental pourrait être financé par le régime de remplacement du revenu ou par la taxe sur la valeur ajoutée. Dans le premier cas, cela signifierait que les pourcentages salariaux devraient être augmentés de 0,2 pour cent pour les employés et les employeurs ; dans l'autre cas, le taux normal de TVA devrait être augmenté de 0,4 à 0,5 pour cent.

Toutefois, les coûts dépendent du niveau du taux de droit et de sa répartition entre les sexes. Si les pères touchent plus que les quatre semaines auxquelles ils ont individuellement droit, les coûts seraient plus élevés car les revenus de remplacement des pères sont plus élevés que ceux des mères.

Le niveau des coûts et l'incertitude quant à savoir qui et combien de personnes profiteront effectivement de l'allocation parentale est l'un des arguments des opposants pour rejeter la proposition modèle. "Après que l'État-providence suisse ait été massivement étendu au cours des deux dernières décennies, nous sommes confrontés au défi d'assurer le financement à long terme des systèmes de sécurité sociale. De nouvelles charges se chiffrant en milliards rendraient encore plus difficile la solution de cette tâche de consolidation et de restructuration déjà difficile et ne s'inscrivent pas du tout dans le paysage sociopolitique", peut-on lire dans un communiqué de presse de l'association des employeurs, par exemple.

La proposition est modeste

Jürg Krummenacher de la FCWI, en revanche, estime que la transparence des coûts est une évidence. "On pourrait facilement calculer ce que cela coûterait si les deux parents partageaient le congé parental. Mais nous partons du principe qu'en règle générale, les pères prennent quatre semaines et les femmes le reste". En outre, la proposition est modeste par rapport à d'autres pays. Des pays comme la Suède ont une période de droit beaucoup plus longue, a-t-il dit. "Nous voulions faire une proposition qui ait une chance d'être réalisée. D'ailleurs, il y avait déjà une proposition dans le canton de Genève pour 24 semaines.

On ne sait pas combien de temps il faudra pour que les politiciens approuvent ou au moins discutent de la proposition modèle de la CFQF. "Il est clair que cette proposition modèle ne se réalisera pas du jour au lendemain et ne sera pas adoptée telle quelle. Il faudra être convaincant. Nous voulons lancer une discussion sur le congé parental et l'allocation parentale", déclare Jürg Krummenacher. Il estime que la proposition deviendra un sujet de discussion lors de la prochaine législature et qu'elle pourrait faire l'objet d'un vote lors de la suivante. Il s'agit d'une perspective plutôt positive, si l'on considère que depuis 2001, trois propositions précédentes sur le congé parental ont été rejetées au niveau fédéral.

Informations complémentaires sur la protection de la maternité et le modèle de congé parental et d'allocation parentale

  • Vous trouverez vos droits en tant que mère sur le thème de la protection de la maternité dans la brochure publiée par le Secrétariat d'Etat à l'économie SECO à l'adresse www.seco.admin.ch.
  • ou auprès du centre d'information de l'AVS/AI à l'adresse www.svazurich.ch.
  • Vous pouvez télécharger le rapport de la FCWI à l'adresse www.ekff.admin.ch.