Facebook Pixel
Enfant

Conseil en éducation: "Nous essayons de transformer les reproches en souhaits".

Lorsque les frères et sœurs se disputent constamment, que les enfants font l'école buissonnière ou que les relations au sein de la famille sont marquées par l'agressivité et la méfiance, les parents ne savent souvent plus quoi faire. Renato Meier, directeur du service de conseil en éducation à Bâle, et sa collaboratrice, Heike Albertsen, expliquent dans cette interview comment le conseil en éducation peut aider les parents.

Si la balance penche du mauvais côté, un conseil en éducation peut aider.

En cas de dispute ou de problème au sein de la famille, un conseil en éducation peut apporter une aide compétente. Photo: © David Davis - Fotolia.com

Quels sont les problèmes auxquels vous êtes le plus souvent confrontés dans le cadre du conseil en éducation ?

Renato Meier : Les parents s'adressent à nous lorsqu'ils ne s'entendent plus avec leurs enfants. Les problèmes typiques sont par exemple les disputes constantes entre frères et sœurs, les mauvaises notes à l'école ou l'agressivité dans les relations entre les enfants. Souvent, les parents se plaignent que les enfants et les adolescents ne respectent pas les règles et les accords.

Heike Albertsen : La manière dont les enfants et les adolescents gèrent l'argent est également un sujet récurrent dans nos consultations éducatives. De nombreux jeunes se surendettent en achetant à tempérament et en prenant de petits crédits. Chez nous, au service de consultation familiale, de couple et d'éducation à Bâle, nous travaillons avec des psychologues, mais aussi avec des travailleurs sociaux spécialisés dans des thèmes comme les finances et l'endettement.

Comment s'établit le contact entre les parents et le service de conseil en éducation ?

Renato Meier : Les parents téléphonent s'ils souhaitent un soutien. Le secrétariat prend alors note de leurs données et de la problématique. Plus tard, une conseillère rappelle les parents. Parfois, ce premier entretien téléphonique permet déjà de clarifier certaines questions. Lors du premier contact, il est important de créer une relation avec les nouveaux clients. Nous convenons alors d'un rendez-vous pour un premier entretien au service de conseil en éducation.

Vous invitez toute la famille à une consultation sur l'éducation ?

Heike Albertsen : En général, oui. Ainsi, toutes les personnes concernées peuvent contribuer à éclairer le problème de leurs propres perspectives et chercher ensemble des solutions.

Combien de temps les familles doivent-elles attendre pour obtenir un rendez-vous au service de conseil en éducation ?

Heike Albertsen : En général, deux à six semaines. Les cas urgents, par exemple ceux qui impliquent de jeunes enfants ou des élèves en échec scolaire, sont traités en priorité. Si la violence est en jeu, il faut agir immédiatement.

Comment le conseil en éducation peut-il aider les familles concernées à résoudre les conflits ?

Renato Meier : Ce n'est pas comme si nous, les conseillers en éducation, avions des recettes toutes faites. Ce n'est pas nous, mais les membres de la famille qui sont les experts de leur problème familial. Ensemble, ils ont déjà surmonté de nombreux obstacles. Et même maintenant, chacun peut contribuer à clarifier le conflit actuel. Cela ne signifie pas pour autant que nous ne partageons pas notre avis professionnel. Parfois, une déclaration directive est appropriée. La relation entre le conseiller et la famille est également très importante dans le cadre du conseil.

Avez-vous un exemple de conflit typique en tant que cas pour un conseil éducatif ?

Heike Albertsen : Souvent, de violentes disputes éclatent lorsque les jeunes ne rentrent pas à des heures précises. Dans un cas concret, cela signifiait que pendant que les parents essayaient de limiter de plus en plus leur fille, celle-ci rentrait de plus en plus tard. Elle s'est rebellée. Il s'en est suivi de la méfiance et des reproches mutuels.

Les reproches mutuels ne sont pas très productifs

Renato Meier : Les reproches cachent souvent de nombreuses déceptions - et souvent aussi des désirs cachés. Nous essayons donc de transformer les reproches en souhaits, ce qui conduit souvent à des rédemptions étonnantes. Dans l'exemple concret, les parents et la fille parviennent à des accords clairs. Si la fille s'y tient, les parents sont généralement prêts à prolonger parfois les heures de sortie. Un processus de mise en confiance s'est mis en place.

De combien de temps dispose-t-on lors d'un rendez-vous de conseil ?

Renato Meier : En règle générale, nous travaillons environ une heure. Pour les premiers entretiens et les familles nombreuses, la consultation peut parfois durer plus longtemps.

Combien de séances sont généralement nécessaires pour résoudre un problème ?

Heike Albertsen : Parfois, les parents ont déjà une expérience importante lors de la première heure. Mais en général, la famille vient plus souvent. Il est de toute façon utile de vérifier si une solution convenue s'est avérée réalisable ou non. Souvent, de nouvelles questions apparaissent au cours des séances et doivent être clarifiées. En principe, nous déterminons toujours le nombre de consultations en coopération avec les familles.

Le nombre de familles demandant conseil a-t-il augmenté au cours des dernières années ?

Renato Meier : Oui, nous avons plus d'inscriptions. Cela est certainement dû au fait que la vie dans notre société impose de nombreuses exigences aux enfants et aux parents. Facebook, Internet, argent, solitude, concurrence, école - ces mots-clés me viennent spontanément à l'esprit. Une autre raison de l'augmentation du nombre de consultations est certainement le fait que le seuil d'inhibition pour demander de l'aide est devenu plus bas. Peut-être que Super Nanny y a contribué de manière positive.

En tant que conseiller pédagogique, vous êtes confronté à beaucoup de désespoir dans votre travail quotidien. Comment faites-vous pour vous ressourcer ?

Renato Meier : J'arrive bien à évacuer mon quotidien professionnel le soir. Si l'on ramène trop de problèmes à la maison, il faut en parler. Il est donc important d'entretenir une bonne culture d'équipe, dans laquelle tous les collaborateurs peuvent s'exprimer. L'héroïsme n'est pas de mise ici. Porter et partager quelque chose ensemble aide à surmonter les situations difficiles. Nous avons des horaires fixes pour discuter des cas complexes.

Heike Albertsen : En tant que conseillers pédagogiques, nous avons aussi beaucoup de succès. Bien sûr, il n'y a pas de solution à tous les gros problèmes, mais souvent, la situation de vie des personnes concernées peut être améliorée un peu. Cela nous donne aussi de la force.

Sur la personne :

Renato Meier, diplômé en travail social HES, dirige le service de consultation familiale, de couple et d'éducation à Bâle. Le service de consultation est subventionné par le canton de Bâle-Ville et soutenu par une association. En 2007, il a fêté ses 75 ans d'existence. Vous trouverez de plus amples informations sur www.fabe.ch

Heike Albertsen est psychologue spécialisée en psychothérapie FSP et travaille en tant que conseillère en éducation dans le service de consultation familiale, de couple et d'éducation à Bâle. Réunis sous un même toit, les deux groupes professionnels du travail social et de la psychologie travaillent en étroite collaboration afin d'offrir un soutien rapide et simple aux familles en quête de conseils.

Avez-vous fait des expériences avec le conseil éducatif? Ecrivez un commentaire sur cet article.

Liens complémentaires :

  • Le service de conseil en éducation, couple et famille de Bâle se présente: www.fabe.ch
  • Vous pouvez calculer ici combien vous devrez payer pour un conseil éducatif: www.upload.sitesystem.ch