Facebook Pixel
Enfant

Les disputes et les dévalorisations pèsent particulièrement sur les enfants de divorcés

Lorsque les parents ne font que se disputer, le divorce peut être une libération. Mais pour les enfants, c'est souvent un choc. Ils ont d'autant plus besoin de leurs deux parents. Ce à quoi vous devez faire particulièrement attention et comment vous pouvez, en tant que parents, soutenir votre enfant.

Logo de la vie de famille

Les enfants de divorcés ont souvent du mal à gérer les disputes et le dénigrement mutuel de leurs parents. Image: bymuratdeniz, Getty Images

Lorsqueles parents veulent se séparer et divorcer, la vie de la famille est bouleversée. Pas seulement pour les parents. Pour les enfants aussi, beaucoup de choses ne restent pas comme avant la séparation. Peut-être que le père a déménagé et qu'ils le voient moins souvent. Ou bien maman est triste et pleure beaucoup. Les activités de loisirs sont supprimées parce que les parents ne peuvent plus en assumer les coûts. Et il se peut même qu'une des conséquences du divorce soit un changement de logement. Le monde dans lequel les enfants grandissaient naturellement jusqu'à présent n'existe plus. Lorsque la situation de la famille change à ce point, l'incertitude est grande.

Les disputes destructrices sont un poison

Mais les enfants de divorcés souffrent particulièrement de la mésentente de leurs parents. Des regards et des mots méchants qu'ils se lancent. Des disputes à leur sujet, à propos de la maison, de la voiture, du chien. Les remarques par lesquelles les parents se dévalorisent mutuellement sont très pénalisantes. "Parce que ton père ne veut plus payer, nous devons chercher un appartement plus petit !", "Parce que ta mère ne veut plus travailler, je n'ai pas de temps pour vous ! En raison de telles remarques, les enfants de divorcés entrent dans un conflit intérieur. "Est-ce que je peux quand même aimer maman ou papa ?", se demandent-ils. "Il n'est pas rare que les enfants pensent que leur manque d'obéissance est la cause de la séparation de leurs parents. C'est ainsi que s'ajoutent des sentiments de culpabilité infondés", prévient l'Organisation suisse pour la protection de l'enfant.

Enfants de divorcés: des conséquences tardives imprévisibles

Les peurs de perdre leur mère ou leur père peuvent également affecter les enfants du divorce. "Chez les plus jeunes, elles peuvent par exemple les amener à refaire pipi au lit la nuit ou à être très collants, à ne plus aller au jardin d'enfants ou à ne vouloir dormir que dans le lit de leur mère", rapporte Monika Czernin, auteur du guide "Glückliche Scheidungskinder". Une conséquence de la séparation ou du divorce chez les enfants plus âgés serait souvent une chute des résultats scolaires. Ils ne sont pas concentrés ou démotivés et sont tristes. Il est impossible de prévoir quelles seront les conséquences tardives dont souffriront les enfants du divorce lorsqu'ils seront adultes.

Des études donnent de l'espoir

Après tout, de nombreuses études scientifiques démontrent que les enfants de divorcés peuvent avoir une enfance et une adolescence aussi heureuses que leurs pairs issus de foyers non divorcés. Les conséquences tardives d'une séparation peuvent donc se produire, mais ce n'est pas une fatalité. "Chez les enfants qui ont une bonne relation avec leurs deux parents après le divorce, la séparation ne semble pas avoir d'influence négative sur l'estime de soi ou la santé des enfants", tel est le résultat d'une étude récente de l'université de Bergen en Norvège. Les enfants ont donc besoin d'une bonne relation avec leurs deux parents.

Ce que les parents peuvent faire

Les parents restent

"Le mieux pour l'enfant est d'avoir le même contact avec ses parents après la séparation", explique l'Organisation suisse pour la protection de l'enfant. Cela permet de stabiliser les enfants. "Les parents devraient continuer à se parler - même en présence de l'enfant".

Demander de l'aide

Rester parents ensemble malgré un divorce ou une séparation est un défi qui en vaut la peine. Il est utile de faire appel le plus tôt possible à une aide professionnelle, par exemple à des médiateurs ou à des psychologues. Avec l'aide de professionnels, les parents apprennent avec le temps à mieux vivre avec leur relation tendue. Ils sont moins stressés et peuvent agir de manière plus planifiée, ce qui peut avoir un effet très positif sur leurs enfants.

Engager la conversation

Les enfants qui peuvent exprimer leur tristesse et leur colère se sentent compris. Si les parents sont à l'écoute de leurs enfants, ils se sentent compris", explique l'Association suisse pour la protection de l'enfant. "Dans ce cas, ils ne doivent pas non plus nous montrer qu'ils ne vont pas bien en appelant à l'aide ou en manifestant des troubles du comportement", ce qui implique de ne pas seulement les mettre devant le fait accompli. Laisser les enfants participer à l'élaboration de leur vie, même dans cette situation, permet d'établir une relation de qualité et de confiance.

Rester à proximité

Une présence renforcée est particulièrement importante pendant un divorce avec enfants. Lorsque les parents vivent à proximité l'un de l'autre, il est plus facile de conserver les rituels familiaux qui leur sont chers. Les rituels aident les enfants à faire face à la peur de perdre l'un de leurs parents. Le fait que les deux parents vivent à proximité permet en outre d'éviter les déménagements et donc les changements d'école et les adieux aux amis et aux connaissances.

Ce qui se passe avec les enfants après le divorce

Après une séparation ou un divorce avec des enfants, les deux parents obtiennent en général automatiquement le droit de garde. Si c'est le cas, les parents peuvent et doivent prendre des décisions ensemble. Comme modèle de garde, les parents peuvent choisir la garde alternée. Ou bien les enfants restent sous la garde de l'un des parents, qui peut alors gérer seul les biens et décider du lieu de résidence.

Droits des enfants de divorcés

Les enfants ont le droit d'être entendus dans le cadre d'un divorce, comme le stipule la Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant, signée par le Parlement et le Conseil fédéral en 1997. Cependant, les auditions ne sont toujours pas une pratique répandue. Il en résulte que les souhaits et les besoins des enfants en instance de divorce sont encore peu pris en compte, bien qu'ils soient eux-mêmes concernés au premier chef par les divorces. De même, les juges font rarement usage de la possibilité d'instituer un avocat des enfants.