Facebook Pixel
Enfant

La bonne éducation pour les adolescents

Pourquoi les jeunes se comportent-ils plus ostensiblement aujourd'hui que par le passé? Que peut-on reprocher aux parents et comment peuvent-ils éviter les erreurs parentales? Réponses de Sarah Renold, consultante en parentalité.

La bonne éducation pour les adolescents

L'éducatrice Sarah Renold révèle dans cette interview tout ce qu'il faut savoir pour élever les jeunes de la bonne façon. Photo: iStock, Catherine Yeulet, Thinkstock

Sarah Renold, vous êtes éducatrice et travaillez comme coach pédagogique et pour les jeunes. Votre livre "Attention aux adolescents - Jugendliche verstehen, fördern und fordern" (Attention Teenagers - Comprendre, soutenir et défier les adolescents) a été publié récemment. Les adolescents représentent-ils aujourd'hui un plus grand défi pour les parents que par le passé ?

Chaque génération doit relever le défi d'élever des enfants et des adolescents. Aujourd'hui, cependant, nous sommes confrontés à des changements qui créent des défis inédits pour les parents. Par exemple, les enfants et les adolescents sont souvent très en avance sur nous lorsqu'il s'agit d'utiliser un ordinateur. En outre, il existe des changements sociaux qui ont une grande influence sur les jeunes. Par exemple, le comportement en matière de loisirs devient de plus en plus important pour les jeunes et les moins jeunes.

Les parents ont-ils besoin de plus d'aide pour s'occuper des jeunes ?

Les familles qui souhaitent vivre un bon quotidien et réaliser leurs objectifs en matière d'éducation sont particulièrement mises à l'épreuve pendant la phase de puberté de leurs enfants. Mes conseils s'adressent à eux, mais aussi à tous ceux qui ont affaire à des adolescents. Les parents peuvent changer beaucoup de choses s'ils sont prêts à réfléchir et à travailler sur eux-mêmes. Il est important d'être conscient des signaux que vous envoyez à vos enfants adolescents.

Ils soulèvent la question de savoir quel style parental est le bon. Cette question ne se pose-t-elle pas trop tard avec les adolescents ?

Il est important de se poser cette question encore et encore. Souvent, la famille s'entend bien avec ses enfants, mais avec la puberté, un nouveau chapitre commence. Les parents sont soudain confrontés à des situations où ils reconnaissent à peine leur enfant. Cela peut se produire dans les six mois. Les normes et les règles ne s'appliquent plus, l'adolescent aborde ses parents différemment. Et il gère aussi différemment toutes les autres choses de sa vie. À ce stade, la remise en question du style parental et la question de savoir comment continuer en tant que famille sont centrales.

N'y a-t-il pas un risque que les jeunes rejettent ensuite les tentatives d'éducation de leurs parents ?

Sarah Renold est coach en éducation et en jeunesse, conseillère familiale, auteur et mère de deux enfants.

Sarah Renold est coach en éducation et en jeunesse, conseillère familiale, auteur et mère de deux enfants.

Les comportements de rébellion et de rejet sont courants chez les adolescents, ce qui est tout à fait normal, car ils traversent un processus de détachement. Pour les parents, cela signifie que vous ne devez pas tout supporter. Néanmoins, un style parental trop strict avec beaucoup de règles, peu de flexibilité et peu de parole est problématique. Il en va de même pour le style "laissez-faire". Les deux extrêmes ont une influence manifestement mauvaise sur le développement des adolescents et sur la relation parents-adolescents.

Il s'agit de trouver un moyen de répondre spécifiquement aux nouvelles exigences et aux nouveaux comportements des adolescents. Un parcours intermédiaire sain dans lequel l'adolescent est pris au sérieux dans sa réflexion et son action en pleine maturité. Dans le même temps, les demandes croissantes de liberté des adolescents peuvent et doivent être satisfaites par des exigences et des tâches plus concrètes à accomplir.

Les parents doivent-ils communiquer différemment avec les adolescents pour qu'ils soient compris ?

Oui, la communication s'oriente davantage vers la communication entre adultes. Le plus important est de s'intéresser sincèrement au jeune et à son univers, ce qui implique de lui parler et de l'écouter. Cela semble banal, mais l'expérience montre que cela est de moins en moins vécu dans la vie quotidienne. Cela est dû en partie à la peur du contact, car les enfants peuvent aussi se comporter de manière très bourrue et rejeter les parents. Je vous recommande vivement de rester en contact et de maintenir le contact. Pour ce faire, les parents doivent remettre en question leur propre comportement: à quelle fréquence, à quel sujet et comment je parle réellement à mon partenaire? Comment dois-je m'y prendre avec mes enfants? À quand remonte la dernière fois où j'ai félicité mon enfant ?

Les adolescents d'aujourd'hui ont-ils trop de libertés qui les dépassent ?

Les adolescents veulent essentiellement être mis au défi. Les tâches réelles qui ont un effet dans la vie de tous les jours sont au cœur de cette démarche: faire du baby-sitting, s'occuper d'un animal de compagnie ou réparer un vélo. Nos adolescents d'aujourd'hui sont confrontés à de nombreuses tâches mentales, des tâches posées à l'école qui ont trop peu de pertinence pratique dans la vie réelle. Les adolescents veulent montrer ce dont ils sont capables. Le problème est qu'ils ont peu d'occasions de le faire. Beaucoup seraient plus motivés pour apprendre et s'impliquer s'ils étaient mis au défi dans la vie réelle. Ils devraient alors également mesurer leur force de manière moins agressive pendant leur temps libre.

Pour revenir à votre question: Les adolescents d'aujourd'hui ne sont pas surtaxés, c'est plutôt le contraire qui se produit. Ils ne sont pas suffisamment stimulés.

Parlons encore de la violence des jeunes. Dans quelle mesure le comportement des parents est-il responsable de cette situation et que peuvent faire les parents pour y remédier ?

Un comportement agressif est un comportement problématique. Des causes différentes sont toujours à l'origine d'un comportement problématique. Par exemple, le tempérament héréditaire, qui est déjà visible chez les petits enfants. Un enfant capricieux traite ses amis du bac à sable différemment d'un enfant calme et réservé. Ensuite, il y a l'influence de la société. Le troisième point est constitué par les signaux provenant de l'environnement familial. Le comportement agressif est-il considéré comme normal dans cette famille? L'enfant a-t-il été battu? A-t-il été négligé? Ou était-il surprotégé ou mis sous pression pour répondre aux attentes des parents? Plus précisément, y a-t-il des règles claires dans cette famille? Sont-ils suivis? Y a-t-il des conséquences à ne pas les suivre? Sont-elles appropriées ou excessives? Y a-t-il des rituels? Tout cela est formateur. À l'adolescence, on voit le résultat de nombreuses années de développement. Il s'agit maintenant de savoir si l'adolescent peut se comporter normalement, s'il a acquis des compétences sociales: Par exemple, peut-il percevoir ses besoins et les exprimer de manière adéquate, peut-il faire preuve de considération pour les autres, peut-il s'engager pour une cause ?

Les parents ont donc une grande influence sur la façon dont un enfant se développe, mais c'est aussi une chance. Tout comme ils peuvent gâcher quelque chose, ils peuvent aussi l'améliorer. La règle ici est la suivante: plus une situation dure, plus elle prend du temps et plus il est difficile de sortir à nouveau de ce schéma. Même si rien ne garantit immédiatement un succès à cent pour cent: Dans l'éducation des enfants et des adolescents, il est toujours possible d'emprunter une voie plus heureuse et il y a toujours une chance que la vie familiale quotidienne soit changée pour le mieux.

Merci beaucoup pour l'interview.

Interview: Kathrin Fischer

Attention aux adolescents

"Attention aux adolescents ! Comprendre, soutenir et stimuler les adolescents".

Guide des parents pour résoudre les problèmes typiques des adolescents.
124 pages, broché
1ère édition, août 2009
Maison d'édition Beobachter ISBN: 978-3-85569-418-1
24.00 CHF

Page d'accueil de Sarah Renold: www.jugendcoaching.ch

Plus d'articles sur le sujet

"Quand les jeunes se blessent"