Facebook Pixel
Enfant

"Entraînement de fitness social" pour les enfants timides

La timidité chez les enfants est souvent considérée comme un trait de caractère inoffensif. Georg Stöckli, spécialiste en sciences de l'éducation, voit les choses différemment. Avec son "entraînement de fitness social", il souhaite aider les enfants timides à lutter contre leur problème - avec des moyens similaires à ceux de l'entraînement de fitness physique.

C'est sans crainte que les enfants se rendent à l'entraînement de fitness social.

Le "seau de la peur" symbolise l'objectif des enfants lors de l'entraînement: sauter par-dessus son ombre sans peur. Photo: Digital Vision, Thinkstock

L'entraînement de "fitness social" commence par des exercices de contact corporel sous la direction de la pédagogue Nadine Pfefferkorn. "Avant de pouvoir combattre la timidité ensemble, une base de confiance doit s'établir entre les enfants", explique-t-elle pour justifier cette entrée en matière. Les enfants tapent dans les mains de leur voisin, se tiennent en cercle et se tiennent les uns les autres par les mains et les bras. Ils se dégelent lentement au bout de quelques minutes, les premiers cris de joie et les premiers rires retentissent.

L'"entraînement de fitness social" doit rendre les enfants timides plus courageux

Le courage est un mot-clé important de l'"entraînement de fitness social". Les enfants participants, généralement inscrits par leurs enseignants en raison d'une timidité frappante dans le cadre scolaire, doivent apprendre à sauter par-dessus leur ombre et à s'impliquer davantage dans leur environnement social - en d'autres termes, à devenir plus courageux. Lors de la première session, l'objectif de l'entraînement a été présenté aux enfants de manière ludique à travers une histoire. "Hans et Gretel vivent du mauvais côté de la rivière, au pays des timides. Ils veulent aller au pays des courageux et doivent construire un pont avec des branches pour traverser la rivière. Chaque exercice de l'entraînement est une "branche". Mais le nain inhibiteur ne cesse de leur voler les branches. Hans et Gretel doivent absolument chasser le nain inhibiteur", raconte Stöckli.

"La timidité est plus grave que l'agressivité"

Georg Stöckli, professeur titulaire à l'Institut des sciences de l'éducation de Zurich, est convaincu que la timidité dans les classes est un problème plus grave que l'agressivité. D'autant plus qu'il est souvent méconnu. "Le fait est que l'agressivité devient un problème social, alors que la timidité est plutôt considérée comme un problème individuel, parce que les timides ne dérangent pas". Les enfants agressifs sont bruyants, voyants, souvent même pas appréciés de tous. Il en va autrement des timides: ils n'ont souvent pas ou peu d'amis et ne peuvent pas s'impliquer socialement. Ils seraient ignorés, souvent même par les enseignants. Les enfants qui étaient timides le restent souvent longtemps après l'enfance. Les élèves agressifs s'améliorent souvent progressivement. Le "Soziale Fitness-Training" n'est en aucun cas un groupe thérapeutique. "Nous ne traitons pas de cas pathologiques. Nous stimulons simplement les enfants à s'ouvrir à l'école et à laisser leurs inhibitions derrière eux".

A l'école primaire, plus que dans tout autre établissement d'enseignement, la participation orale est une composante importante de l'enseignement. Chaque rencontre scolaire est également une rencontre sociale. Les six enfants qui viennent de commencer leur heure de formation en "fitness social" ont du mal à s'impliquer dans le groupe-classe. Cela entraîne une baisse des notes, surtout dans les matières linguistiques. Les enseignants poussent souvent les enfants timides à s'impliquer davantage et leur demandent de s'ouvrir davantage devant tous leurs camarades. Pour les enfants les plus sensibles, il s'agit d'une mesure contre-productive: ils se ferment encore plus.

Les enfants racontent des histoires de week-end à Porc-épic pendant la récréation.

La pause dans l'entraînement de fitness social sert à un échange décontracté.

Peu après les premiers exercices d'entrée en matière, les participants font une première pause. Le "chariot du goûter" est rempli de jus d'orange, de biscuits et de fruits. Nadine Pfefferkorn s'enquiert des expériences de fin de semaine des enfants. Franziska* raconte avec entrain la confection de biscuits avec ses grands-parents, une virée shopping avec sa mère et la visite du marché de Noël. A ce moment-là, aucune personne extérieure ne qualifierait cette enfant bavarde de timide.

La timidité chez les enfants naît à l'école - mais pas seulement

Georg Stöckli, qui filme et documente chaque séance d'entraînement pour les archives de l'institut, est conscient que Franziska* pourrait presque passer pour une impertinente dans le contexte de l'"entraînement social de fitness". Selon son enseignante, elle montre cependant une autre facette d'elle-même à l'école. Elle parle à peine, est anxieuse et ne s'étire jamais en classe. De telles manifestations de timidité peuvent avoir différentes raisons. Georg Stöckli cite le mot-clé mobbing. Il ne s'agit même pas forcément de moqueries manifestes. "Les enfants timides sont souvent si sensibles qu'il suffit d'un regard de travers de la part de leurs camarades pour qu'ils se sentent harcelés".

La timidité chez les écoliers peut également se manifester en dehors de l'école. Il est possible que les parents d'enfants timides aient également montré des inhibitions sociales dans leurs jeunes années, mais parfois ils sont simplement surprotecteurs et ne laissent pas d'espace à l'enfant pour s'épanouir.

De petits exercices d'exposé aident à combattre la timidité.

Les "entraîneurs" devaient préparer de petits exposés comme devoir à domicile.

Dans la deuxième partie de l'heure d'entraînement, les enfants reçoivent la mission d'appeler une personne de l'institut qu'ils ne connaissent pas ou un adulte de leur entourage. "Beaucoup d'enfants timides ont des inhibitions non seulement en contact direct avec les gens, mais aussi par téléphone", explique Stöckli à propos de cet exercice. Franziska appelle une camarade de classe à la maison et demande à sa mère si sa collègue est disponible. Elle s'accroche des deux mains au téléphone, semble nerveuse au début, mais finit par s'en sortir.

Dans l'étape suivante, le petit groupe explore le bâtiment dans le quartier universitaire de Zurich et reçoit la tâche d'aborder ouvertement une bibliothécaire ou une secrétaire. Après une brève hésitation, l'un des enfants demande à la secrétaire où se trouve le prochain arrêt de tram. "Lorsqu'il fait plus beau, nous sortons également avec les enfants à l'extérieur, où ils doivent demander leur chemin à quelqu'un, par exemple", explique Stöckli.

Que ce soit lors des appels tests ou lors des entretiens directs avec les employés de l'institut, aucun enfant ne semble être victime de sa timidité. Aucun ne fait marche arrière, chacun affronte courageusement ses inhibitions. N'y a-t-il donc jamais de situations délicates dans lesquelles les enfants refusent de participer? Georg Stöckli répond par la négative. "Au début des dix heures d'entraînement, les enfants ont signé un contrat par lequel ils assuraient qu'ils participeraient aux exercices et rempliraient leurs missions. C'est pourquoi je pense que l'on peut comparer l'entraînement social à l'entraînement physique de fitness. Au début, il faut peut-être une impulsion extérieure, mais les personnes qui s'entraînent finissent par participer par conviction personnelle. Parfois, ils n'aiment pas, veulent se défiler ou connaissent des échecs. L'objectif clair reste néanmoins devant les yeux".

Georg Stöckli:

Georg Stöckli veut aider les enfants à gérer leur timidité en classe.

"Nous vivons dans une société de l'autopromotion".

Georg Stöckli, qui a développé le concept de "Social Fitness Training" il y a quelques années et l'a déjà mis en œuvre une fois l'année dernière, reste convaincu de l'importance de son programme. Les résultats de la première édition, qu'il a fait consigner dans des rapports d'évaluation par les enfants, les parents et les enseignants, sont positifs. Les enfants se sentent plus sûrs d'eux dans leur quotidien scolaire, les enseignants sont plus satisfaits de leur participation orale et les parents sont soulagés. Le "Soziale Fitness-Training" est une offre bienvenue et doit le rester, selon Stöckli. "Nous vivons dans une société où l'on se présente soi-même. Celui qui ne peut pas se présenter n'a pas de succès, il disparaît. Nous ne pouvons rien faire contre cela - c'est une norme occidentale figée. Nous pouvons seulement aider les enfants à y faire face".

*Les noms ont été modifiés par la rédaction

Votre enfant est-il aussi timide? Discutez dans notre forum de la problématique de la timidité chez les enfants.

L'émergence du "Social Fitness Training" pour les enfants timides

Georg Stöckli a eu l'idée de son "entraînement de fitness social" auprès de Lynne Henderson, directrice du "Shyness Institute" de l'université de Stanford. L'Américaine dirige également à Stanford la "Shyness Clinic", qui traite les cas de thérapie dans le domaine de la timidité. Ses longues années de recherche en psychologie sociale et sur les structures comportementales des personnes timides et stables l'ont conduite à développer le modèle "Social Fitness Training". Sur shyness.com, elle propose du matériel d'information et des manuels en ligne sur le sujet.

Vous pouvez inscrire votre enfant au "Soziale Fitness-Training" zurichois gratuit à l'aide du formulaire suivant: ife.uzh.ch (PDF)
Vous pouvez obtenir des informations supplémentaires auprès de Georg Stöckli(mail).