Facebook Pixel
Enfant

Éduquer sans distinction de sexe - est-ce possible ?

Un garçon typique, une fille typique? De nombreux parents ne veulent pas éduquer leur enfant de cette manière. "Mais souvent, nous transmettons inconsciemment à nos enfants des attentes spécifiques à leur sexe", explique le professeur Franziska Vogt, pédagogue.

L'éducation des enfants sans distinction de sexe doit détruire les clichés.

L'éducation non sexiste promet de ne plus mettre les enfants dans une case. Image: Orbon Alija, Getty Images

Les garçonsjouent aux voitures, aiment se battre entre eux et veulent être des héros. Les filles sont mignonnes, vont à la danse classique et jouent avec leurs peluches. Non? La plupart des parents savent que ces stéréotypes de genre sont trop simples. Ils souhaitent plutôt éduquer leur enfant de manière neutre en termes de genre. Mais ce n'est pas toujours facile.

Une éducation non sexiste?

"La fille est calme et aime faire des puzzles ; le garçon est un vrai footballeur. Pourtant, j'ai traité les deux enfants de la même manière", s'étonnent souvent les parents. "Franziska Vogt, directrice de l'Institut de recherche sur l'enseignement et l'apprentissage à la Haute école pédagogique de Saint-Gall. "On méconnaît alors facilement le fait qu'ils renforcent très subtilement les comportements et les attitudes typiques de chaque sexe".

Ce que les filles apprennent ...

"Comme tu es jolie", soulignent volontiers les parents lorsque la petite fille porte une robe ou que ses cheveux sont tressés. L'apparence physique est très souvent un point de départ de conversation chez les filles. Les filles apprennent donc: "Ce qui compte, c'est ce à quoi je ressemble".

... et ce que les garçons apprennent

"Super, comment tu joues au foot !", entend-on en revanche chez les garçons. Le garçon apprend: "J'ai un bon écho quand je fais quelque chose avec les pieds et le ballon".

Généralement inconsciente: éducation sexospécifique

Mais pourquoi les adultes s'adressent-ils aux filles différemment des garçons? "En règle générale, ils ne pensent pas que les filles doivent avant tout faire attention à être belles. Ils ne pensent pas non plus que les garçons doivent jouer au football", explique le professeur Franziska Vogt. Mais les attentes spécifiques au genre sont fermement ancrées dans la société. "C'est ainsi que les enfants apprennent très tôt quelles attentes sont liées à leur sexe et quelles sont les exigences.

Avantages de l'éducation non sexiste

Pourtant, il est important de s'y opposer. Car les parents devraient essayer de ne pas enfermer leurs enfants dans une case, mais de leur permettre d'exprimer ce qu'ils ont en eux. S'épanouir librement, c'est ce que l'on dit aussi. "Les enfants doivent pouvoir exprimer leurs talents même s'ils ne correspondent pas aux stéréotypes de genre. Car il est important pour la société que chaque membre puisse faire valoir ses capacités et ses talents", explique le professeur Franziska Vogt.

Éducation non sexiste: comment faire mieux?

1 Réfléchir à ses propres attentes

"Réfléchir à ses propres attentes peut aider", explique le professeur Franziska Vogt. "Les discussions peuvent aussi être orientées vers les intérêts de l'enfant qui ne correspondent pas aux rôles traditionnels des sexes.

2 Moins de réflexion sur le genre

"C'est un vrai garçon !" - "C'est un garçon qui s'est perdu" - "Les garçons ne pleurent pas" - "C'est typiquement une fille !" En rapportant moins le comportement de son enfant à son sexe, on lui impose également moins d'attentes en matière de rôles. Bien sûr, une fille peut être grande, forte et bruyante. Et un garçon peut rester à la maison et pétrir sans qu'aucune remarque sur son sexe ne soit faite.

3 Permettre le jeu de rôle

Une caisse de vêtements de carnaval, de chapeaux, de foulards, de casquettes, d'écharpes et de draps, de tulle et de chaussures usagées est une véritable mine d'or pour les jeux de rôle des enfants. Les enfants peuvent ainsi exprimer avec plaisir toutes les facettes de leur personnalité, tantôt en chevauchant un cow-boy dans la nature sauvage, tantôt en se baladant en reine sur des chaussures à talons hauts.

4 Prendre les enfants comme ils sont

Les parents doivent s'attendre à ce que leur enfant soit très différent de ce qu'ils pensent, souhaitent ou attendent. "La pomme peut aussi tomber loin de l'arbre", explique le professeur Franziska Vogt. Cela vaut pour les idées des parents sur le comportement des deux sexes, mais aussi sur l'orientation sexuelle, les capacités physiques, la réussite scolaire et les intérêts. En d'autres termes: le garçon ne doit pas être footballeur parce que son papa aime le foot. Et la fille ne doit pas s'intéresser aux métiers de soins parce que sa mère est infirmière.

5 Les enfants ont le droit de faire des bêtises

Celui qui ne correspond pas aux stéréotypes de genre se heurte facilement. Les femmes ne sont pas les seules à en faire l'expérience lorsqu'elles essaient de s'imposer dans le monde du travail. Les hommes aussi ressentent souvent de la gêne dans leur entourage dès qu'ils se montrent mous et sensibles. C'est pourquoi les parents s'inquiètent lorsque leur garçon annonce par exemple vouloir aller à la crèche en jupe. Franziska Vogt: "Les parents doivent exprimer clairement qu'ils sont d'avis que les filles et les garçons peuvent porter ce qu'ils veulent. Mais ils doivent aussi parler avec l'enfant du fait qu'il peut y avoir des gens qui trouvent amusant, stupide, inhabituel ou cool qu'un garçon porte une jupe. Ainsi, les parents et l'enfant peuvent découvrir ensemble ce qui convient à l'enfant, et peut-être aussi aux parents, à ce moment-là".