Facebook Pixel
Enfant

Pourquoi fixer des limites est si important pour les enfants - et comment le faire avec succès

Les limites créent de la clarté, apportent de la sécurité et donnent aux enfants la liberté dont ils ont besoin pour se développer. Mais que faites-vous si votre enfant ne respecte toujours pas les règles? Comment fixer et faire respecter des limites. Un article invité par Mar Wieland.

Fixer des limites offre aux enfants protection et sécurité.

Tant qu'il y a des limites, les enfants peuvent aller de l'avant en toute sécurité. Photo: Simon Studler - Unsplash

Lorsque vous êtes ensemble avec des enfants, les limites sont un pivot important pour une bonne relation. Ils deviennent souvent le point focal où les émotions s'enflamment de toutes parts. Les enfants comme les adultes atteignent leurs limites.

Dans la période qui suit la naissance, la mère et l'enfant forment une symbiose. Cette proximité intime, émotionnelle et physique est le terreau d'un développement sain. Toutefois, pour que cela réussisse, une séparation mutuelle est également nécessaire. Lentement, un sens du "je" et du "tu" émerge pour l'enfant. Il faut environ dix ans de vie pour prendre clairement conscience de ses propres limites.

Les adultes fixent des limites - les enfants leur en sont reconnaissants.

Et nulle part ailleurs nos limites ne se manifestent aussi clairement que dans la famille. Le mélange d'amour, de proximité, de responsabilité et de dépendance crée des frictions émotionnelles et conduit à des violations répétées des limites de l'autre. Le conseiller pédagogique danois Jesper Juul a raison lorsqu'il dit: "Le sentiment de culpabilité est le plus faible et l'estime de soi la plus forte - pour toutes les personnes concernées - lorsque les adultes montrent la voie et donnent le ton."

Les parents doivent fixer des limites sensées et les limites claires ont un effet positif évident sur le développement psychologique des enfants. Il s'agit notamment de: Des rituels de lever et d'endormissement, des séquences claires telles que le retour à la maison, l'heure du départ et les devoirs, le lavage des mains avant de manger, le brossage des dents et l'enfilage du pyjama avant les histoires à dormir debout, le temps de lecture égal l'électronique (30 minutes de lecture = 30 minutes de télévision ou de Playstation), la chambre des parents n'est pas une salle de jeux, etc.

Pourquoi il est important de fixer des limites

1 Les frontières offrent une protection et permettent la liberté. Si les limites sont mutuellement respectées et appliquées, la confiance mutuelle s'en trouve renforcée. Cela permet aux parents de donner à leurs enfants la plus grande autonomie possible.

2 L'autonomie permet d'expérimenter et de découvrir des espaces libres. Les enfants aiment revenir de leurs espaces libres s'ils peuvent le dire après s'ils le souhaitent. À l'inverse, les parents qui conservent leurs propres espaces de liberté peuvent à nouveau aborder leurs enfants, renforcés et rafraîchis, avec la distance intérieure nécessaire, en toute franchise. Les espaces libres créent un véritable engagement et un sentiment d'appartenance.

3 Les frontières ont besoin de règles significatives, claires et concrètes. Les règles permettent une cohabitation constructive. La conséquence constante est la craie pour tracer des lignes de démarcation claires.

4 Les règles et les limites doivent pouvoir changer au fil du temps, car elles dépendent des conditions actuelles et évoluent avec le développement de l'enfant.

Fixer des limites est difficile, mais cela en vaut la peine.

Ne pas être cohérent par manque de temps, transformer un non en oui parce que l'on n'a pas le courage - on en paie toujours le prix fort ! " Une fois comme ça, une autre fois comme ça, parfois comme ça et aujourd'hui juste comme ça... ". "déstabilise l'enfant. Il ne sait plus où il en est. Les parents perdent leur crédibilité et leur fiabilité par leur indulgence. L'enfant commence à chercher des limites et à saper ou à remettre en cause les règles existantes, encore et encore. Au final, les nerfs des parents vacillent, ils sont constamment sur les nerfs, les enfants se rebellent et tout le monde se sent malheureux. Avec une règle importante, cependant, fixer des limites devient beaucoup plus facile, plus authentique et plus vivable.

Règle numéro 1 pour fixer des limites: Respecter

Le respect de moi-même, de mes besoins et de mes sentiments. Car ce n'est que si je me respecte que mon enfant me respectera. Le respect s'exprime dans une posture corporelle attentive, dans la manière d'écouter, dans une présence attentive et dans l'utilisation attentive du langage. Ainsi, en tant qu'adulte, je peux défendre mes limites et mieux percevoir et comprendre celles de mon enfant. Plus nous nous connaissons et plus nous pouvons exprimer nos limites de manière personnelle, plus notre vie commune devient conviviale et joyeuse.

Des outils efficaces pour le passage des frontières

Mais que faire lorsqu'une ligne a été franchie? Ces cinq outils y contribuent.

1 Le miroir a un effet clarificateur et facilite les conversations significatives.

Exemple 1: L'enfant n'a pas envie de raccrocher la veste ou de mettre la table. Les parents peuvent refléter consciemment ce comportement, par exemple en n'ayant "pas envie" de préparer le dîner.

Exemple 2 : L'enfant ne rentre jamais à la maison à l'heure. Le fait de ne pas respecter délibérément un accord et de laisser l'enfant attendre seul pendant quelques minutes (en fonction de son âge) peut faire des merveilles. Dans ce cas, il est utile - comme filet de sécurité - de mettre un voisin au courant du projet, par exemple.

2 Les conséquences logiques parlent d'elles-mêmes

Exemple 1: Si l'enfant traîne, il est en retard à l'école et doit s'arranger avec l'enseignant lui-même.

Exemple 2 : Si les dents ne sont pas brossées à temps, si le pyjama n'est pas mis, il ne reste plus de temps pour une histoire à dormir debout.

3 Conséquences sont indispensables

Exemple : Si les Legos ne sont pas rangés - contrairement aux accords - la boîte disparaît dans le placard pendant une semaine.

Important: les conséquences ne sont pas des menaces et doivent être respectées. Si un enfant ne veut pas descendre du caddie, les parents ne peuvent pas lui dire: "Alors je vais rentrer à la maison sans toi", car l'enfant sait que cette menace est un bluff, mais en même temps, il a une peur tranquille d'être peut-être abandonné après tout.

4 L'ignorance amicale aide

Exemple: il suffit de regarder et d'entendre des fanfaronnades, des gémissements, des gronderies, des pleurs dramatiques (cela ne veut pas dire de vrais pleurs), éventuellement accompagnés de la phrase: "J'ai hâte que tu aies fini, on pourra faire quelque chose ensemble."

Important: il ne faut pas confondre le manque d'attention et le manque d'amour. Retirer l'amour fait du mal à l'enfant et à vous-même !

5 Tolérance zéro s'applique avec

Violence personnelle, cris, coups, morsures, crachats.

Ici, il est important de créer une distance immédiatement. L'enfant doit rester dans sa chambre ou les parents, s'ils menacent eux-mêmes de perdre leur sang-froid, se retirent sans commentaire, par exemple dans leur propre chambre, dans la salle de bains ou dans le jardin. Détournez le regard, prenez de la distance, détendez-vous, réfléchissez et faites quelque chose pour vous-même. Toujours utile: buvez lentement et délibérément une tasse de thé avant de reprendre contact.

Prendre soin de soi: Quand je vais bien, mon enfant va bien

Selon Jesper Juul, la question la plus importante que tous les parents doivent se poser est la suivante: "Quelles limites dois-je établir autour de moi pour me sentir à l'aise avec moi-même et mes enfants? Comment me démarquer par rapport à eux de manière à pouvoir établir et prolonger le contact et la proximité que nous désirons tous ?"

Dans cette optique, je vous souhaite d'avoir le courage de vous donner, à vous et à votre enfant, le temps nécessaire pour apprendre en toute conscience, en toute honnêteté et en toute confiance les uns des autres.

de Mar Wieland

À L'AUTEUR

Logo de la vie familiale

Mar Wieland travaille en tant que conseillère psychologique individuelle depuis 2006. Elle est membre de la SGIPA (Société suisse de psychologie individuelle selon Alfred Adler) et de la SGfB (Société suisse de conseil). À Seefeld, à Zurich, elle propose notamment des conseils en matière d'éducation et d'épuisement professionnel. Auparavant, elle a travaillé comme enseignante dans un collège à Zurich et dans le canton d'Argovie.

Vous pouvez en savoir plus sur Mar Wieland sur son site web à l'adresse www.wieweiter.com.