Facebook Pixel
Enfant

L'accueil des enfants en Suisse: les familles à la limite

De nombreux parents n'ont pas la possibilité de choisir un Kita en fonction de leur concept pédagogique. Ils sont heureux de trouver un lieu de Kita abordable. Parce que la garde d'enfants en Suisse est chère par rapport à d'autres pays.

Garde d'enfants en Suisse: Les familles souffrent des coûts de la garde d'enfants

Les services de garde d'enfants sont plus chers en Suisse qu'à l'étranger. Photo: Jupiterimages, Stockbyte, Thinkstock

De nombreux parents en Suisse se plaignent du coût élevé des places de crèche. Il est vrai que dans presque toutes les institutions publiques, les frais de garde des enfants qui ne fréquentent pas encore le jardin d'enfants obligatoire dépendent du revenu. Mais les parents aux revenus moyens et élevés sont confrontés à des tarifs journaliers pouvant atteindre 150 francs. Concrètement, les coûts dépendent du nombre de jours et d'heures de fréquentation de la crèche ou de la garderie par l'enfant, ainsi que du nombre de frères et sœurs. En outre, les coûts diffèrent d'un canton à l'autre.

Frais de garde d'enfants en Suisse: Exemple Zurich

La ville de Zurich développe sur son site Internet l'exemple suivant pour l'accueil familial complémentaire: " Les parents sont mariés et ont deux enfants. Un enfant fréquente la crèche deux jours complets par semaine (place subventionnée disponible)" Dans ce cas, le calcul montre qu'avec un revenu imposable de 80 000 francs suisses, la contribution parentale par jour et par enfant est d'environ 70 francs suisses.

Un tiers du revenu du ménage pour les Kita

En moyenne, les parents en Suisse doivent dépenser environ un tiers de leur revenu pour une place dans une crèche. C'est la conclusion d'une étude menée par l'université de Saint-Gall en 2013. Cela signifie que les parents suisses consacrent deux fois plus du revenu de leur ménage à la garde de leurs enfants que les parents des 24 pays européens de comparaison de l'étude. La raison n'est pas l'augmentation des coûts d'exploitation. Une comparaison des coûts établie par le Conseil fédéral a montré que les coûts d'exploitation sont à peu près les mêmes qu'en Allemagne, en France et en Autriche. Mais l'État demande simplement aux parents suisses de payer plus. Le rapport du Conseil fédéral indique que le tarif maximal en Suisse correspond généralement aux coûts complets, alors que dans les pays voisins, les tarifs maximaux sont massivement inférieurs aux coûts complets.

Remo Largo: la Suisse investit peu dans la famille

"Les pays scandinaves consacrent en moyenne 4 % de leur produit intérieur brut à la famille. La Suisse n'est que de 1,6 %. Qu'est-ce qui est le plus important pour nous, la famille et les enfants ou les agriculteurs et l'assainissement des banques ?" a demandé de manière provocante le pédiatre et auteur de non-fiction suisse Remo Largo dans une interview accordée au Tagesanzeiger. Il dénonce: "En matière de garde d'enfants, la Suisse est un pays en développement par rapport aux pays progressistes d'Europe du Nord."

Des demandes pour plus d'argent pour les familles

Il faut en faire plus pour les familles, selon plus de 50 % de la population suisse, d'après le baromètre des familles du magazine pour parents "Fritz+Fränzi". Plus d'un tiers des familles considèrent que l'accueil des enfants en Suisse est insuffisant. Une famille sur cinq estime que les allocations familiales sont trop faibles. En outre, il existe un désir prononcé d'avantages fiscaux plus lucratifs pour les familles. La politicienne PS et conseillère nationale Jacqueline Fehr réclame depuis des années une année de pré-maternelle gratuite, afin que l'enfant puisse fréquenter une crèche ou un groupe de jeu dès son plus jeune âge. Remo Largo: "Pour moi, les crèches font partie du système éducatif, les coûts devraient être largement couverts par l'État."

L'accueil des enfants en Suisse: la Suède comme modèle

La Suède exonère déjà les parents des frais élevés de garde d'enfants depuis des décennies. Là-bas, une offre attractive de garde d'enfants a déjà été créée dans les années 1960 pour attirer les femmes sur le marché du travail. "Aujourd'hui, le marché du travail suédois repose toujours sur les femmes", rapporte le magazine Migros. "Plus de 80 % des enfants suédois âgés de un à cinq ans fréquentent l'école maternelle" Les communes qui veulent faire payer les parents ne peuvent pas demander plus de 152 francs par mois si l'enfant fréquente la crèche du lundi au vendredi.

La ville de Lucerne emprunte une nouvelle voie

Il est également possible d'innover en Suisse. La ville de Lucerne en est un exemple. Le concept, qui a été définitivement introduit en 2013, s'appelle "chèque garde d'enfants". Avec elle, elle soutient directement les parents d'enfants en âge préscolaire, au lieu de subventionner les structures comme auparavant pour qu'elles puissent offrir des tarifs réduits. La contribution que les parents reçoivent est de 80 francs maximum par enfant et par jour. La condition préalable est que le père et la mère travaillent ensemble au moins 120 % et les parents isolés 20 %. En outre, le revenu annuel commun ne doit pas dépasser 120 000 francs. "Ce passage d'un financement par objet à un financement par sujet dans l'accueil extrafamilial des enfants a permis d'augmenter sensiblement le nombre de places d'accueil ces dernières années", rapporte la NZZ. Actuellement, près d'un enfant sur trois en âge préscolaire dans la ville de Lucerne fréquente une crèche ou une garderie. "L'offre d'accueil périscolaire pour les écoliers rencontre également un intérêt croissant. Actuellement, 26 % des enfants en âge de fréquenter le jardin d'enfants et l'école primaire profitent de l'offre de prise en charge scolaire complémentaire". Plusieurs communes suisses ont déjà suivi le mouvement.