Facebook Pixel
Enfant

Grandir sans dénomination: les enfants n'ont pas besoin de Dieu

Les enfants peuvent-ils grandir sans Dieu? C'est une question que se posent de nombreux parents qui vivent sans religion. Dans une interview, Ulrike von Chossy et Michael Bauer, auteurs du guide "Éduquer sans religion", décrivent comment les familles peuvent réussir.

Élevage non confessionnel: Comment cela fonctionne

Un enfant n'a pas besoin de religion, seulement de confiance en lui. Photo: iStock, Thinkstock

M. Bauer, vous dites que les enfants n'ont pas besoin de Dieu ou de religion pour trouver la stabilité, l'orientation et le bonheur dans la vie.

Michael Bauer: Les enfants qui grandissent sans religion, c'est-à-dire sans confession, reçoivent une éducation qui n'est pas limitée par des pensées religieuses. Elle permet aux enfants d'être préparés à une vie autodéterminée et responsable. Personnalités stables et sûres d'elles-mêmes, elles voient le monde avec un esprit ouvert, prennent des décisions sans œillères et s'intéressent de manière compréhensive à la vie des autres.

Beaucoup pensent que le renoncement aux valeurs religieuses conduit à la perte de toute moralité.

Michael Bauer: De telles idées sont basées sur l'hypothèse que les êtres humains ont besoin de la coercition des commandements divins pour être "bons" et ne pas glisser vers le "mal". Différents domaines de recherche remettent en cause cette conception de l'homme avec des résultats vérifiables. Une personne agit moralement lorsqu'elle fait ce qui lui semble juste, par sa volonté et sa perspicacité !

Mme von Chossy, comment les enfants apprennent-ils à agir moralement sans religion ?

Ulrike von Chossy: Les valeurs sont transmises de deux manières principales: par le comportement des personnes qui s'occupent des enfants, par exemple dans la famille, et par la réflexion commune sur les valeurs, par exemple dans le dialogue. Les parents devraient respecter les opinions de leurs enfants dès le début et les guider ainsi à penser par eux-mêmes. Ils peuvent s'entraîner avec des événements quotidiens qui n'ont rien à voir avec la religion ou l'idéologie. Grâce à leurs propres jugements, leurs facultés de jugement sont constamment modifiées et développées. Les enfants reconnaissent de plus en plus ce qui est juste et l'exécutent.

Pouvez-vous donner un exemple ?

Ulrike von Chossy: Les parents devraient éviter les déclarations générales du type "Ça n'a pas fait mal du tout". En effet, le développement de son propre point de vue nécessite également la confiance en soi nécessaire pour ressentir ses propres sentiments et être capable de les exprimer.

Les parents ne devraient donc pas influencer les enfants ?

Le développement moral n'est pas une voie à sens unique. Les parents influencent les enfants et les enfants influencent le développement moral de leurs parents avec de nouvelles idées et perceptions. Cela fait partie du progrès social. Les parents sont souvent surpris de ce qu'ils peuvent apprendre de leurs enfants s'ils les laissent faire !

M. Bauer, le monde est plein de questions. Les personnes religieuses ont souvent plus de facilité à trouver des réponses. Que peuvent-ils dire lorsque les petits demandent: "D'où venons-nous ?

Michael Bauer: Les parents peuvent transmettre les résultats de la science aux enfants de manière appropriée. L'évolution explique l'émergence des animaux et des humains de manière naturelle. Même à l'école maternelle et primaire, les connaissances évolutionnistes, géologiques et physiques devraient être enseignées. Les interprétations religieuses, quant à elles, sont des mythes, des tentatives d'interprétation par des cultures antérieures qui ont également lutté pour la connaissance avec leur savoir de l'époque.

"Où allons-nous ?", voilà ce que les enfants veulent savoir lorsqu'ils entrent en contact avec la mort. "Comment les enfants peuvent-ils faire face à la perspective qu'avec la mort, la vie est définitivement terminée?

Michael Bauer: La peur de la mort est l'une des composantes fondamentales de la nature humaine. Elle incite les gens à apprécier leur vie et à la gérer avec soin. Il n'est pas logique de banaliser la mort. Néanmoins, les parents peuvent atténuer un peu l'horreur de la mort.

Comment les parents peuvent-ils réconforter leurs enfants ?

Ulrike von Chossy: Il est utile pour le développement des enfants d'aborder la fin de vie dans la famille lorsqu'il n'y a pas de perte actuelle. Un oiseau mort dans une prairie peut en être l'occasion. De cette façon, les enfants apprennent que la mort fait partie de la vie, même avant une crise aiguë. Le deuil ne les touche pas seulement, mais tous les individus. Dans le cas d'un deuil, le plus important est de donner aux enfants un sentiment de sécurité et de proximité, pour leur montrer qu'ils ne sont pas seuls dans leur chagrin.

La question du sens de la vie reste posée.

Ulrike von Chossy: C'est bien quand les parents philosophent avec de jeunes enfants ! Les enfants trouvent des réponses surprenantes à des questions que nous, adultes, avons déjà cochées. Si les parents s'impliquent, ils apprennent beaucoup de nouvelles choses !

Comment les parents non religieux gèrent-ils toutes les festivités qui embellissent l'année des personnes religieuses?

Michael Bauer: Les personnes non religieuses peuvent profiter des fêtes religieuses pour faire la fête elles aussi ! Ils structurent l'année, marquent des tournants dans la vie d'une personne et soulignent des événements particuliers. Heureusement, la culture séculaire de la fête se caractérise par le fait qu'elle laisse une grande place aux idées et à la créativité de chacun. À cet égard, les festivals et les célébrations peuvent contribuer à la formation des valeurs de nombreuses manières différentes et informelles. Les fêtes religieuses et les jours fériés peuvent également être utilisés pour discuter du contexte historique de ces fêtes avec les enfants et ainsi enrichir leur éducation culturelle. Existe-t-il des fêtes similaires dans d'autres religions ?

Les familles pourraient aussi développer leurs propres rituels de célébration, n'est-ce pas ?

Michael Bauer: Absolument ! La célébration est un élément de la qualité de vie ! Il sert à la cohésion familiale et amicale. La première dent, l'entrée à l'école, même une maladie surmontée sont de bonnes occasions pour une fête avec les amis et la famille.

Au plus tard lorsque les enfants entrent à l'école primaire, les parents ne peuvent plus éviter de traiter de la religion.

Michael Bauer: Dans la plupart des cantons suisses, l'éducation religieuse est désormais proposée sous la forme d'études religieuses, qui sont obligatoires pour tous les élèves. Elle relève de la responsabilité de l'État et se déroule sans la participation des communautés religieuses. Pour la Suisse alémanique, le plan d'études 21 prévoit un domaine d'études "Éthique, religions, communauté (avec compétences de vie)". Cependant, tous les cantons n'ont pas adhéré à cette réforme. Par exemple, dans les cantons de Bâle-Ville et de Saint-Gall, l'enseignement religieux est toujours dispensé par l'église, avec la possibilité de s'en retirer.

Même si les enfants n'ont pas à participer à un enseignement religieux classique, ils seront confrontés à la religion à maintes reprises. Les chants d'église dans la chorale de l'école, la croix dans la salle de classe - comment les parents peuvent-ils gérer cela ?

Ulrike von Chossy: Il est important d'expliquer aux enfants qu'il s'agit de symboles ou de rituels destinés à créer un sentiment de communauté. De telles choses existent dans de nombreuses religions et cultures. Les enfants doivent apprendre à comprendre qu'il ne s'agit pas de choses spéciales, mais d'un comportement de groupe déterminé par la culture. Peut-être peut-on enrichir et compléter la vie scolaire avec ses propres chansons, symboles, célébrations. En dehors de cela, il existe bien sûr des fondements juridiques qui protègent les parents non religieux dans leur liberté de vision du monde. Toutefois, le juridique ne doit pas être le premier moyen de confrontation ; un dialogue orienté vers la recherche de solutions serait préférable.

La personne

Michael Bauer, diplômé en sciences politiques, est le directeur général de la branche bavaroise de l'Association humaniste d'Allemagne . www.hvd-bayern.de

Ulrike von Chossy (Dipl.-Sozialpäd., M.A.) est directrice divisionnaire de l'éducation du HVD Bavière et directrice de l'école primaire humaniste de Fürth.

Conseil du livre

Conseil de lecture: Éduquer sans religion: www.reinhardt-verlag.de