Facebook Pixel
Enfant

La première fois: comment les parents ouvrent la porte aux questions de leur ado

La "première fois" est une expérience particulière pour les adolescents, dont ils se souviendront toute leur vie. La pédagogue sexuelle Lilo Gander du service "Lust und Frust" de la ville de Zurich sait comment les parents peuvent en parler avec leur adolescent.

Amour de jeunesse: quand les adolescents ont leur première relation intime, ils doivent être informés

Amour de jeunesse: les parents devraient parler de la première fois avec leurs adolescents de la manière la plus décontractée possible. (Image: jacoblund/iStock, Thinkstock)

Madame Gander, les parents ont des sentiments mitigés à l'égard des premiers rapports sexuels de leur enfant. Pourquoi ?

Les parents veulent que leur enfant vive sa "première fois" de la meilleure façon possible et qu'il fasse de bonnes expériences. Il peut en résulter des soucis. Les parents ont le droit de se faire du souci.

Quelle est la préoccupation principale des parents ?

Il y a quelques jours à peine, une mère m'a appelé pour me dire qu'elle s'inquiétait pour sa fille de 14 ou 15 ans. Elle craignait que sa fille ne cherche l'amitié par la sexualité, c'est-à-dire qu'elle ne donne son corps pour trouver de l'affection et de l'amour. Cette peur fait partie des préoccupations typiques des parents lorsqu'il s'agit de la "première fois".

Selon vous, cette inquiétude est-elle justifiée ?

Il existe de bons contre-arguments. Ceux-ci découlent des résultats d'une étude menée en 2015 par le centre fédéral allemand d'éducation à la santé, dans le cadre de laquelle 3.568 adolescents ont été interrogés. Selon cette étude, seules sept pour cent des filles de 14 ans ont déjà eu des rapports sexuels. Et seulement six pour cent des jeunes femmes de 14 à 25 ans estiment que "la première fois" a eu lieu beaucoup trop tôt. Ce sont des chiffres qui peuvent faire baisser la pression des parents.

La "première fois" préoccupe également les parents de garçons.

Ici, les réflexions tournent plutôt autour de la consommation de pornographie. Les parents craignent que l'image que leur fils développe des rapports sexuels soit trop influencée par les médias. Ils pensent que leur fils n'évalue peut-être pas correctement les images et qu'il a des attentes irréalistes en matière de sexualité. Pourtant, mon expérience professionnelle m'a appris que les garçons s'intéressent généralement aux images pornographiques parce qu'ils les trouvent amusantes ou absurdes, et ne pensent pas devoir les copier. Il est toutefois important de parler de ce sujet.

Les jeunes réagissent souvent de manière négative lorsque les parents cherchent à parler de sexualité. Comment les parents peuvent-ils aborder le sujet de manière habile ?

Je pense que les jeunes attendent des signaux de leurs parents. Les parents peuvent par exemple dire: "Je sais qu'à ton âge, la sexualité devient un sujet de discussion. Je veux que tu la vives bien. Les parents signalent ainsi que "la porte est ouverte" et que lorsque les jeunes acceptent une telle offre de discussion, ils le font de leur plein gré. L'entretien ne leur est pas imposé. Cela crée une bonne atmosphère.

Il y a certainement aussi des parents qui ont des difficultés à parler de sexualité.

Pas moins de 59% des jeunes femmes parlent de "la première fois" avec leur mère et 64% avec leur meilleure amie. Les garçons sont plutôt réticents à parler de sexualité avec leurs parents. Les jeunes doivent donc savoir qu'ils peuvent aussi s'adresser à des centres de conseil. Les parents qui ont du mal à parler peuvent se procurer des livres et des brochures qu'ils exposeront discrètement. Votre enfant les trouvera s'il en a besoin.

Que devraient savoir les jeunes sur la contraception ?

Il est important qu'ils s'interrogent sur les meilleurs moyens de contraception. Ils doivent savoir qu'un préservatif ne protège pas seulement contre la grossesse, mais aussi contre les infections. Lors des consultations, j'attire toujours l'attention sur le fait qu'il existe une possibilité de contraception d'urgence après un rapport sexuel non protégé. Les pharmacies suisses et les centres de consultation en santé sexuelle la délivrent également aux jeunes de moins de 16 ans après un entretien de conseil. Les parents devraient signaler à leur fille qu'ils l'accompagneront chez le gynécologue si elle souhaite utiliser un autre moyen de contraception que le préservatif.

Quels autres aspects les parents devraient-ils aborder ?

C'est bien quand les parents font savoir à leur enfant: "La première fois, tout ne fonctionne peut-être pas encore. Peut-être que vous êtes trop excités, peut-être que le courage te manque. Pour les garçons comme pour les filles, il est important de savoir qu'ils peuvent transformer un "oui" en "non" et qu'un "non" est un "non".

Les jeunes trouvent-ils un espace protégé pour "la première fois" ?

Les jeunes planifient généralement la "première fois" lorsque les parents ne sont certainement pas là. Les filles et les garçons qui grandissent de manière rigide s'organisent parfois une occasion de "première fois" chez des amis. J'ai également entendu des jeunes dire qu'ils avaient loué une chambre d'hôtel pour essayer tranquillement la "première fois".

Lilo Gander

(Image: zVg)

Sur la personne :

La pédagogue sexuelle Lilo Gander dirige le domaine de l'éducation sexuelle et du conseil auprès du service spécialisé "Lust und Frust " www.lustundfrust.ch des services de santé scolaire de la ville de Zurich. Ce service propose des cours d'éducation sexuelle en complément de l'éducation sexuelle scolaire. En outre, les jeunes âgés de 10 à 21 ans peuvent faire appel à l'offre de conseil anonyme et gratuit du service. L'objectif du travail d'éducation sexuelle est de familiariser les enfants et les jeunes avec leurs droits à une sexualité autodéterminée, avec leurs sentiments, leurs besoins et leurs souhaits, ainsi qu'avec leurs limites. En outre, le centre aborde le thème de la contamination par des maladies sexuellement transmissibles ou des grossesses non planifiées.

Liens complémentaires

Étude "Sexualité des jeunes 2015" du centre fédéral allemand d'éducation à la santé (BZgA)