Facebook Pixel
Enfant

Lacération: Quand les jeunes se blessent

Les adolescents s'infligent souvent des blessures lorsqu'ils ne savent pas quoi faire. Ils se blessent souvent avec des lames de rasoir ou des couteaux. Mais pourquoi le font-ils? Et comment les parents peuvent-ils les aider ?

Les jeunes se coupent et se blessent parce qu'ils ont des problèmes.

Les comportements d'automutilation sont souvent l'expression d'un stress psychologique. Photo: iStock, Jochen Schönfeld, Thinkstock

Les adolescents concernés se replient généralement sur eux-mêmes et s'habillent de manière à ce que leurs blessures ne soient pas remarquées. C'est pourquoi les parents ne s'aperçoivent souvent que bien trop tard que leur enfant leur inflige des coupures ou d'autres blessures.

Et même s'ils soupçonnent un jour que leur fils ou leur fille pourrait "couper", ils ne savent généralement pas exactement si et comment réagir. Il est donc important que les parents soient attentifs aux éventuels signes d'alerte et qu'ils recherchent rapidement une aide professionnelle.

De plus en plus de personnes touchées

Le nombre d'adolescents en pleine puberté qui s'infligent des blessures est en constante augmentation. Les filles et les jeunes femmes sont particulièrement touchées. Ils utilisent généralement des objets pointus ou tranchants, notamment des morceaux de verre, des lames de rasoir et des épingles à nourrice. Mais les coupures ne sont pas les seules blessures que les adolescents s'infligent. L'éventail des blessures auto-infligées est large. Outre les "coupures", les adolescents s'infligent également des brûlures avec des cigarettes ou autres et n'ont même pas peur de se fracturer ou de s'infliger des brûlures chimiques.

Le danger ne réside pas seulement dans les blessures aiguës, mais aussi dans ce qui suit. Ceux qui s'infligent des blessures sur une longue période peuvent en devenir dépendants. Plus longtemps les jeunes peuvent cacher leurs problèmes, plus le risque est grand qu'à un moment donné ils ne puissent plus s'arrêter. Par conséquent, cela peut également conduire à un risque accru de suicide.

La douleur physique comme expression de la souffrance psychologique

La raison pour laquelle les adolescents s'infligent cela à eux-mêmes n'a pas encore été expliquée de manière adéquate. Les adolescents semblent souffrir d'une pression intérieure qui pèse sur leur âme et qu'ils ne peuvent compenser qu'en "grattant". Ils refoulent le problème réel et suppriment leur souffrance émotionnelle. À travers les blessures, ils expriment donc ce qu'ils ressentent intérieurement mais ne peuvent pas exprimer.

Les personnes concernées ont souvent des antécédents d'événements traumatiques. Ces incidents de l'enfance ou de l'adolescence peuvent être très différents. Par exemple, il existe des adolescents "coupables" qui ont été victimes d'abus sexuels, de l'anxiété ou de la dépression s'infligent des coupures", explique le Dr Fleischhaker, spécialiste en psychiatrie et psychothérapie de l'enfant et de l'adolescent. Ainsi, dans certaines circonstances, les coupures ne sont qu'un des signes de la maladie.

Les raisons pour lesquelles les jeunes commencent à se faire du mal peuvent être complexes. Ils ne doivent pas nécessairement être directement liés à l'événement traumatique vécu précédemment. Souvent, c'est un événement plutôt insignifiant qui conduit finalement à un débordement. Par exemple, il peut s'agir d'une dispute normale avec des parents ou des amis. Il se peut que le jeune soit également victime d'ostracisme, voire de brimades à l'école, ou qu'il se sente extrêmement accablé d'une autre manière.

Les parents doivent agir

Dans le cas normal, les jeunes essaient de cacher le fait qu'ils se font délibérément du mal. C'est précisément la raison pour laquelle les parents doivent être particulièrement attentifs. S'ils remarquent que leur enfant se retire complètement ou se comporte d'une autre manière ostensible, il est temps d'agir. La première chose à faire est de parler à l'enfant lui-même. Si cela ne fonctionne pas, les parents doivent demander l'aide d'un professionnel.

Les parents peuvent trouver un peu d'aide pour savoir si leur enfant est à risque sur le portail internet "Neurologists & Psychiatrists on the Net". L'Association professionnelle de psychiatrie, psychosomatique et psychothérapie de l'enfant et de l'adolescent en Allemagne (BKJPP) propose un test en ligne. (BKJPP) propose un test en ligne ici. Ce test est destiné à aider les parents à reconnaître les signes qui peuvent indiquer un comportement d'automutilation. Ce test n'est pas décisif pour déterminer si un jeune est concerné ou non. Toutefois, elle peut fournir des indices et aider à reconnaître des indications.

De plus amples informations sur les comportements blessants chez les adolescents, ainsi que le test en ligne, sont disponibles ici: "Neurologues et psychiatres sur le Net".

Trouvez rapidement le bon spécialiste dans votre région. Doctorfmh.ch est l'annuaire officiel et complet des médecins en Suisse.

Plus d'articles sur le sujet

"De quoi les adolescents ont-ils besoin aujourd'hui ?"