Facebook Pixel
Enfant

Épuisé et déprimé: le burnout chez les jeunes

Lorsqu'on parle d'épuisement professionnel, on pense généralement à des adultes qui se déchirent à cause des exigences élevées de leur travail. Mais cela peut aussi toucher les enfants et les adolescents. La pression de la performance et la séparation des parents peuvent en être la cause.

Un adolescent en train de faire ses devoirs.

Lorsque la pression de la performance devient trop forte, certains souffrent d'un burnout: un adolescent en train de faire ses devoirs. (Image: Monkey Business Images/iStock, Thinkstock)

La pression de la performance à l'école et dans le sport, une situation pesante à la maison ou encore des problèmes avec les amis: Aujourd'hui, les enfants et les adolescents sont de plus en plus souvent dépassés par les exigences qui leur sont imposées et se sentent épuisés et épuisés. Comme les adultes, ils sont touchés par le syndrome d'épuisement professionnel. "Nous entendons par là un état d'épuisement et d'abattement", explique Brigitte Contin-Waldvogel, médecin-chef et directrice du service de psychiatrie pour enfants et adolescents de Bâle-Campagne.

Selon une étude de l'Observatoire suisse de la santé, dix pour cent des enfants et des adolescents sont touchés par une humeur dépressive légère à modérée. Chez deux à six pour cent d'entre eux, une véritable dépression se développe jusqu'à l'âge de 25 ans environ.

Le burnout chez les jeunes: La société sensibilisée

"Ne fais pas l'idiot et va de l'avant", disait-on souvent autrefois lorsqu'un adolescent était mélancolique et déprimé. "Aujourd'hui, une grande partie des parents et des pédagogues sont plus sensibilisés", explique Contin-Waldvogel. "Il est possible que le nombre de traitements ait augmenté en conséquence, mais pas celui des maladies.

La pression de la performance provoque le burnout chez les jeunes

Les causes de l'épuisement et de la dépression sont multiples. Selon Contin-Waldvogel, la pression de la performance, vécue par les enfants et les adolescents à l'école ou à la maison, fait partie des facteurs essentiels. Il est parfois difficile de savoir d'où vient exactement cette pression, explique la médecin: "Souvent, le groupe de pairs joue également un rôle. La pression peut également provenir de l'exigence d'être parfait, par exemple des idéaux de beauté transmis aux enfants et aux adolescents par les médias.

Les séparations stressantes pèsent énormément

"Les histoires de séparation compliquées sont également un gros problème pour les enfants et les adolescents", explique Contin-Waldvogel. "Les disputes et la mésentente entre les parents leur pèsent extrêmement et deviennent ainsi un grand facteur de risque de dépression et d'autres troubles psychiques". 70 à 80% des jeunes patients et patientes du service de psychiatrie pour enfants et adolescents de Bâle-Campagne seraient ainsi des enfants séparés.

C'est surtout la tentative d'exclure l'autre parent de la vie de l'enfant qui a un effet négatif sur ce dernier. Les enfants et les adolescents ne veulent pas renoncer à leur mère ou à leur père simplement parce que les parents ne s'entendent plus. Contin-Waldvogel explique: "Celui qui parle mal de son ancien partenaire insulte également l'enfant, car les enfants s'identifient à leurs parents. Les parents peuvent épargner beaucoup de souffrance à leur enfant en essayant de se séparer de manière équitable et en lui épargnant autant de stress que possible".

Le burnout chez les jeunes: Autres facteurs

Selon l'experte, la dépression et l'épuisement se développent toujours à partir de plusieurs facteurs. Outre la pression de la performance, la pensée perfectionniste et les séparations difficiles, le harcèlement, les traumatismes et les mauvais traitements peuvent également conduire à l'épuisement professionnel des adolescents et des enfants. Tous ces événements ont un impact sur l'estime de soi des jeunes. Les prédispositions génétiques héréditaires jouent également un rôle. "Certains enfants débordent d'estime de soi, d'autres ont besoin d'être davantage renforcés dès le départ", explique Contin-Waldvogel.

Burnout: ce que les parents peuvent faire

Il n'est pas toujours facile de décider quand l'enfant ou l'adolescent a besoin d'une aide spécialisée. En effet, certains troubles de l'humeur sont liés à un problème concret qui se résorbe de lui-même au bout d'un certain temps. La puberté, au cours de laquelle l'adolescent se détache du foyer familial, peut également entraîner des angoisses et un abattement passagers qui ne nécessitent pas de traitement.

"Un enfant ou un adolescent a besoin de soutien lorsque les tentatives habituelles d'encouragement et d'activation n'apportent plus rien pendant quelques semaines", explique Contin-Waldvogel. Maux de tête, maux de ventre et troubles du sommeil peuvent être des signes que l'humeur s'est déjà traduite physiquement. Des problèmes scolaires soudains sont parfois aussi des signaux d'alarme. Ils peuvent en effet indiquer qu'un enfant ou un adolescent a perdu beaucoup d'énergie. "Il est alors judicieux de demander de l'aide à un pédiatre ou à un thérapeute avec l'enfant".

La confiance entre le thérapeute et l'adolescent est importante

La pierre angulaire d'un traitement réussi est la confiance entre le thérapeute et le patient. "Cela implique d'être ouvert à l'enfant ou à l'adolescent, de l'écouter, de faire preuve de compréhension et de lui envoyer un signal: 'Ici, tu peux être comme tu es'", explique Contin-Waldvogel. La fiabilité est également importante pour gagner la confiance du jeune patient. "En fin de compte, il faut aussi que l'alchimie fonctionne".

Traitement du "burnout" chez les jeunes

Au début du traitement, le médecin essaie de délimiter le problème. L'enfant ou l'adolescent, y compris les parents, répondent à des questions pertinentes sur l'histoire familiale et la situation actuelle. Les enfants sont invités à dessiner leurs soucis. "Nous essayons de nous faire une idée sous différents angles", explique Brigitte Contin-Waldvogel. "Une fois le diagnostic posé, nous voyons si nous pouvons établir une alliance thérapeutique avec la personne concernée". La psychothérapie, surtout la thérapie comportementale et la thérapie familiale, seraient les méthodes de traitement courantes. "Nous essayons de parvenir à une restructuration cognitive", explique la médecin. Les jeunes seraient par exemple invités à tenir un journal positif, c'est-à-dire à écrire chaque jour ce qui s'est passé de beau dans leur vie. En outre, selon Brigitte Contin-Waldvogel, les jeunes s'entraînent entre autres aux aptitudes sociales, à la perception et à l'évaluation des situations sociales. Ils sortent ainsi - pas à pas - de leur burnout.