Facebook Pixel
Enfant

Divorce et séparation: comment rendre les enfants heureux

Des enfants de divorcés heureux ! Non, ce n'est pas une contradiction, comme le sait l'auteur Monika Czernin du guide du même nom. Dans l'interview qu'elle nous a accordée, elle explique qu'il est exigeant, mais tout à fait possible, de transformer un mariage qui va mal en une famille de divorcés qui fonctionne bien.

Les enfants n'ont pas à souffrir d'un divorce si les parents ne se disputent pas.

Les parents qui se disputent rendent les enfants de divorcés malheureux. Photo: Pixland, Thinkstock

Le titre de votre livre "Glückliche Scheidungskinder" (Les enfants heureux du divorce) n'est-il pas provocateur ?

Monika Czernin: Je pense que le titre doit montrer que les enfants de familles divorcées peuvent être aussi heureux que les enfants de familles dites intactes. Ce n'est pas le type de famille qui détermine si les enfants sont heureux.

La professeure de pédagogie Helge-Ulrike Hyams déclare dans une interview de GEO-Wissen: "Les parents devraient tout faire pour éviter la séparation". Son co-auteur Remo H. Largo, professeur de pédiatrie, estime que les enfants n'ont pas à souffrir en cas de divorce, à condition que les soins ne diminuent pas. Deux experts ne trouvent pas de consensus commun. Qui les parents doivent-ils donc croire ?

Notre livre peut se résumer à une formule de base: Si les besoins de l'enfant sont satisfaits et que ses relations avec ses parents ne sont pas affectées par leurs disputes, un enfant de divorcés deviendra une personne normalement heureuse. D'une part, notre approche libère les parents de tout sentiment de culpabilité, mais d'autre part, elle les responsabilise fortement. Après tout, nous expliquons pendant tout un livre le monde dans lequel vivent les enfants et quels sont leurs besoins fondamentaux.

Les enfants de divorcés ont-ils plus de problèmes que les enfants de familles biparentales ?

Au fond, non. Souvent, ils sont même particulièrement compétents, responsables et mûrs. Après tout, la vie est aussi faite pour maîtriser les conflits et faire face aux difficultés. Si le divorce se passe bien, il est possible de le faire et tout le monde peut sortir renforcé de ce processus.

Vous êtes vous-même divorcée. Vos enfants sont-ils finalement sortis heureux de cette histoire de divorce ?

Lorsque ma fille avait trois ans et demi, mon mari et moi nous sommes séparés. Dieu merci, nous avons réussi à devenir une bonne famille de divorcés, puis une famille recomposée. Ma fille, aujourd'hui âgée de 13 ans, s'est toujours décrite comme une enfant heureuse du divorce.

Les parents s'accordent à dire qu'une séparation est inévitable. Quelle est la meilleure façon d'enseigner ce fait à leur enfant de cinq ans ou à leur progéniture déjà en proie à la puberté ?

Pour les jeunes enfants, l'action est plus importante que les explications. Les parents devraient se demander quels changements la séparation va apporter à l'enfant. Et ensuite, si possible, veiller à la continuité. Ainsi, si le père a toujours joué au football avec son fils de cinq ans le mercredi après-midi et qu'il continue à le faire après son départ, l'enfant pourra plus facilement faire face à sa peur de le perdre. Il sera plus rassuré que s'il se contente de déménager et de déclarer qu'il continuera à être présent pour son enfant, sans mettre cette phrase en pratique au quotidien. Pendant la puberté, les parents ne peuvent pas faire grand-chose pour tromper les enfants. Comme les jeunes se détachent de toute façon d'eux à cette période, un divorce à ce moment-là peut encore aggraver les difficultés pendant la phase de détachement. Il s'agit ici de suivre sa voie en tant que parent de manière crédible et honnête - même s'il s'agit de se séparer et de divorcer de son partenaire - et de veiller à ne pas entraîner les jeunes dans des conflits de loyauté.

Les sentiments négatifs des couples séparés se transmettent-ils automatiquement aux enfants ?

Oui, j'en suis convaincu. Pour éviter cela, il faut, à plus ou moins long terme, faire le point pour soi sur sa relation avec le partenaire séparé et régler les conflits de couple de manière à ce que la mère et le père puissent assumer leurs devoirs de parents.

Les disputes devant l'enfant sont quotidiennes et parfois inévitables. Comment les enfants vivent-ils cette situation ?

Les enfants ne peuvent pas se distinguer des disputes de leurs parents. Ils pensent que c'est de leur faute, que quelque chose ne va pas chez eux. Ils vivent la dispute des parents comme un rejet de leur propre personne. Mais les enfants ne souffrent pas seulement des disputes des parents qui se séparent, mais aussi des petites guerres permanentes dans un couple qui fonctionne mal. Si les disputes cessent après la séparation et le divorce, c'est tout bénéfice pour les enfants. Si les disputes se poursuivent après, cela devient particulièrement grave pour les enfants, qui sont souvent le capital de dispute entre les parties.

Glückliche Scheidungskinder, tel est le titre du livre de Monika Czernin et Remo H. Largo.

Glückliche Scheidungskinder, tel est le titre du livre de Monika Czernin et Remo H. Largo.

Comment des parents en conflit peuvent-ils malgré tout s'unir et remplir leur devoir d'assistance ?

Il ne faut pas hésiter à demander l'aide de médiateurs, de psychologues, parfois même d'un bon ami. Résoudre avec succès un conflit lié au divorce n'est pas une sinécure et transformer un mariage qui va mal en une famille divorcée qui fonctionne bien est une tâche exigeante. Mais avec de l'engagement, de l'honnêteté, de la discipline - et justement de l'aide - on peut y arriver. La récompense est grande pour tous.

Y a-t-il des comportements d'enfants qui se manifestent immédiatement après la séparation, mais qui sont tout à fait normaux et typiques dans cette situation ?

Les enfants souffrent surtout de la peur de la perte juste après la séparation. Chez les plus petits, cela peut par exemple les amener à refaire pipi au lit la nuit ou à être très collants, à ne plus aller au jardin d'enfants ou à ne vouloir dormir que dans le lit de leur mère. Chez les enfants plus grands, il y a souvent des chutes dans les résultats scolaires, ils ne sont pas concentrés ou démotivés et sont tristes. Il est important d'examiner les conditions de vie de l'enfant après le divorce et de se demander où ses besoins fondamentaux ne sont pas satisfaits. C'est souvent à ce niveau que les problèmes surviennent et non directement à cause du divorce.

Pour quel type de comportement faut-il faire appel à une aide professionnelle ?

En cas de troubles psychosomatiques, par exemple, et à chaque fois que l'on n'est pas sûr de soi. Il vaut mieux poser une fois de trop des questions que de laisser traîner les choses.

Environ 90 pour cent des enfants de divorcés vivent avec leur mère. Au bout d'un à deux ans, la moitié des pères qui en font partie ont déjà presque complètement quitté la vie des enfants. Est-ce que ce sont les mères qui poussent les pères à s'éloigner de leurs enfants ou les pères partent-ils volontairement ?

Il existe probablement toutes les combinaisons. Mais ce qui importe avant tout, c'est que la qualité de la relation du père avec ses enfants après le divorce dépend essentiellement de la qualité de la relation avant le divorce. Un père présent qui, avant le divorce, entreprenait déjà des activités avec ses enfants, par exemple le week-end, ne se retirera pas aussi facilement de leur vie et - plus important encore - un tel père ne pourra pas non plus être évincé de la vie des enfants par la mère. Du moins à long terme, ce n'est pas possible.

Qu'est-ce qui est le mieux pour l'enfant - le contact avec le parent qui s'occupe mal de lui ou le fait de renoncer complètement à cette personne ?

"S'occuper mal" est un vaste sujet. Les mères célibataires peuvent rapidement en conclure que le père ne s'occupe pas bien de l'enfant lorsqu'il est avec lui. Mais il se peut qu'il s'occupe de l'enfant différemment, il faut alors faire preuve de tolérance pour les différents styles d'éducation. Si l'un des partenaires s'occupe vraiment mal de l'enfant, c'est-à-dire qu'il ne s'en occupe pas du tout, il faut quand même essayer de l'impliquer dans l'éducation de l'enfant et ne pas rompre complètement le contact.

Quand le seuil de tolérance est-il dépassé ?

Si l'enfant subit des dommages, s'il est laissé sans surveillance, si ses besoins fondamentaux ne sont pas satisfaits ou s'il y a des signes d'abus. Dans tous les cas, il faut demander l'aide d'un professionnel.

Les parents isolés veillent souvent particulièrement à ce que leur enfant se porte bien et font passer leurs besoins au second plan. Est-ce la bonne solution ?

Souvent, c'est justement LE moyen. La vie de famille monoparentale ne peut pas se faire sans mettre ses propres besoins de côté, il faut en être conscient avant de se séparer. D'une manière générale, élever des enfants signifie, en plus de tout le bonheur et de toute la joie qu'ils apportent, toujours mettre ses propres besoins un peu en retrait. Au lieu de cela, il faut prendre en compte les besoins des enfants et leur offrir les conditions de vie dont ils ont besoin pour bien se développer. Cela signifie avant tout prendre beaucoup de temps pour eux, quelle que soit la constellation familiale.

Enfin, très concrètement, comment une séparation devrait-elle se dérouler pour que ni le père, ni la mère, ni les enfants ne subissent une charge émotionnelle inutile ?

Les parents qui souhaitent se séparer devraient faire appel le plus tôt possible à une aide professionnelle et se faire accompagner avant, pendant et après la séparation. Les parents sous-estiment tous les obstacles qu'ils doivent surmonter. Avec l'aide d'un professionnel, ils sont beaucoup moins stressés et peuvent procéder de manière plus planifiée, ce qui aura un effet très positif sur leurs enfants.

Monika Czernin est journaliste indépendante et auteure de livres. Elle vit avec sa fille à Munich.

Conseil de lecture sur le thème du divorce et des enfants

Les enfants heureux du divorce. Les séparations et comment les enfants y font face. Par Remo Largo, Monika Czernin. Pieper-Verlag