Facebook Pixel
Enfant

L'amour ne fait pas des garçons des fils à maman

Ils sont considérés comme paresseux et peu autonomes. Leur maman est la femme la plus importante de leur vie. Un garçon ramolli par trop de soins maternels est considéré comme un "fils à maman". Mais les scientifiques donnent le feu vert. Une relation intense et affectueuse entre la mère et le fils n'est pas néfaste.

Ne pas avoir peur de l'affection: L'amour ne fait pas des garçons des fils à maman

Ce n'est pas une relation mère-fils intense, mais les conflits qui font des garçons des fils à maman. Photo: romrodinka, iStock, Thinkstock

Jan préfère être avec sa mère. Il aime jouer avec elle, faire de la pâtisserie avec elle et surtout, lui faire de longs câlins. La mère ne peut pas toujours profiter de cette relation intense. Elle s'inquiète de voir Jan devenir un véritable fils à maman.

Le fils à maman - voilà ce que cela signifie

Un fils à maman est un garçon ou un homme qui, en raison de sa relation intense avec sa mère, ne parvient pas à se détacher et à mener une vie indépendante et autonome. On attribue à un fils à maman des caractéristiques telles que "manque d'indépendance" et "paresseux". La mère reste la mesure de toute chose. Au lieu de réfléchir par lui-même, le fils à maman préfère s'en remettre au jugement de sa mère.

Le véritable amour ne fait jamais de mal

Les mères ne doivent pas craindre de trop aimer leur fils. Les soins et l'affection authentiques ne font pas de mal à un enfant. Il n'y a aucune raison pour qu'une relation mère-fils forte ait plus de poids que toute autre combinaison parent-enfant, a argumenté Kate Stone Lombardi, auteur de "The Mama's Boy Myth: Why Keeping Our Sons Close Makes Them Stronger", dans un article de "20 Minuten". On ne s'est finalement jamais inquiété du fait qu'un père qui passe beaucoup de temps avec sa fille masculinise cette dernière. "Les garçons dont la mère est présente ne deviennent pas des mauviettes efféminées, mais plutôt des hommes capables d'articuler leurs sentiments, d'être à l'écoute des autres et de mieux réussir à l'école et dans leur vie professionnelle".

Une relation mère-fils étroite aide les garçons à exprimer leurs côtés émotionnels et sensibles et à développer leur empathie. Différentes études confirment ces liens. Une enquête menée auprès de 426 élèves new-yorkais a par exemple révélé que les garçons qui étaient plus proches de leur mère ne se considéraient certes pas comme des "durs". Néanmoins, ils montraient moins d'anxiété et réussissaient mieux à l'école.

Celui qui peut être sensible traverse la vie comme un être humain à part entière. Comme le rappeur Stress. Quelle que soit la scène sur laquelle il se produit, sa mère Siiri est presque toujours présente. "Chaque dur est un fils à maman", a affirmé l'Estonien d'origine dans l'interview "10vor10" avec la Radio Télévision Suisse.

Les conflits font les fils à maman

Aucune mère au monde ne doit donc craindre de faire de son garçon un fils à maman si elle répond à ses besoins d'attention et de chaleur émotionnelle. Si certains hommes deviennent malgré tout des fils à maman, c'est pour d'autres raisons. Si c'est simplement chez maman que l'on trouve toujours le meilleur goût, si maman fait aussi la lessive pour son fils qui a déménagé depuis longtemps et si elle se tient comme un mur invisible entre son fils et sa partenaire, la cause n'est pas un excès d'amour, mais trop de conflits qui rendent apparemment impossible le lâcher prise. Par souci pour l'enfant ou par peur de le perdre, la mère s'accroche très tôt à son enfant. Elle contrecarre les pas vers l'indépendance en reprochant à son fils de la laisser seule, tout en le gâtant fortement. De plus, elle admire et vénère son fils qui, de cette manière, ne peut pas se forger une image réaliste de lui-même.

Souvent, la mère, lorsqu'elle élève seule son enfant, attribue à son fils le rôle de partenaire, un rôle avec lequel l'enfant est complètement dépassé. "Le fils est physiquement le seul partenaire masculin présent et se retrouve ainsi inévitablement dans la situation du seul homme de confiance pour sa mère. Le mot révélateur "Sohnemann" caractérise cette forme erronée de la relation mère-fils", explique le Dr. phil. Astrid Kaiser, professeur de didactique de l'enseignement des matières à l'université Carl von Ossietzky d'Oldenburg.

Les enfants déterminent leurs propres premiers pas

Les enfants peuvent être aimés sans retenue. Chaque petit peu d'amour est un bagage supplémentaire utile pour une vie propre. En même temps, il faut toujours donner à l'enfant - fils ou fille - l'espace dont il a besoin. Lâcher l'enfant lorsqu'il veut faire ses propres pas est la bonne solution. Les enfants doivent pouvoir essayer, ils apprennent à travers leurs expériences, bonnes ou mauvaises. Laisser de l'espace aux enfants signifie aussi laisser de l'espace à la mère. "Dans l'ensemble, il est important que les femmes s'approprient l'espace public et ne se mettent pas modestement en retrait", explique Astrid Kaiser. Car en fin de compte, si l'on se prend au sérieux et que l'on se donne de l'importance, il n'est pas nécessaire de s'accrocher à l'autre.