Facebook Pixel
Enfant

Les enfants, vous êtes si épuisants !

Les parents sont autorisés à admettre ouvertement que les enfants sont également épuisants. Quelle est la phase de développement la plus stressante: la période de la naissance, la phase de la petite enfance ou les années d'école? Six mères parlent de leurs expériences et expliquent ce qui les a aidées dans les phases difficiles.

Les enfants peuvent parfois être très épuisants.

L'éducation des enfants peut aussi être un désert par moments. Mais lorsque les enfants sont épuisants, c'est généralement aussi une phase qui passe à nouveau. Photo: Josh Willink - Pexels

Bien que de nombreux futurs parents se préparent à vivre une période stressante avec leur bébé, ils sont surpris de constater à quel point un enfant qui pleure et ne dort pas peut être exigeant. Certains sont encore plus surpris lorsque l'enfant entre dans la phase de défi, parents et enfants sont souvent en conflit. Cela peut aussi être éprouvant pour les nerfs.

Mais ce qui est beau peut aussi être épuisant. Nous avons demandé à des mères et à des blogueurs suisses à quel moment leurs enfants étaient le plus stressés et ce qui les aidait dans les moments difficiles.

Heidi de theswissmiss.ch: "J'ai dû apprendre que c'est normal de ne pas tout contrôler tout le temps".

"Pour moi personnellement, les six premiers mois avec mon premier enfant ont été les plus stressants. D'une part, parce que je manquais moi-même de confiance en moi et que j'avais constamment peur de faire quelque chose de mal, et d'autre part, parce que mon fils avait souvent des maux de ventre et ne dormait donc pas pendant des nuits entières. En général, le passage de la vie professionnelle à la vie de mère n'a pas été aussi facile pour moi que je le pensais. J'ai dû apprendre que c'est normal de ne pas tout contrôler tout le temps. J'ai également bénéficié d'un grand soutien de la part de ma famille, qui m'a soutenue en paroles et en actes.

Mon meilleur conseil est en fait de ne pas écouter les conseils des autres - parce que, premièrement, les choses n'arrivent pas et, deuxièmement, les choses ne se passent pas comme prévu. Avant la naissance, j'avais lu beaucoup de choses sur le temps passé avec un nouveau-né et je pensais savoir ce que je faisais. Mais ensuite, tout s'est passé différemment et les conseils bien intentionnés des autres mères m'ont énervée. Un ami m'a donné le livre "Chaque enfant peut apprendre à dormir". L'ensemble du concept - "Laissez le bébé pleurer parfois et ne le prenez pas toujours tout de suite" - me répugnait. Au bout d'une semaine seulement, je l'ai à nouveau abandonné parce que j'étais assise sur le canapé en train de pleurer, l'horloge à la main, et que je pensais que je devais maintenant attendre cinq minutes, comme décrit dans le livre, avant de pouvoir calmer l'enfant qui pleurait. Ce n'est que lorsque j'ai appris à écouter mes propres instincts que je me suis sentie mieux et, étrangement, mon enfant aussi. Depuis, je trouve qu'être mère est en grande partie très beau et épanouissant, et je ne me laisse plus ébranler aussi vite."

Sur son blog theswissmiss.ch, Heidi parle de ce qui la touche et l'occupe personnellement en tant que mère célibataire. Elle vit près de Bâle avec ses deux enfants, âgés de dix et treize ans. Sur son site, vous pouvez également commander les LoveNotes d'Heidi, des cartes contenant des messages positifs destinées aux écoliers.

Miriam de themama: "Ne lisez pas autant de littérature technique".

"La première année est la plus épuisante. Les bébés dorment beaucoup, mais il faut quelques mois pour que la digestion se régule et pour que vous appreniez à mieux connaître le bébé. Je trouve également que la transition entre l'allaitement, la bouillie et la nourriture solide est fastidieuse. Je vous recommande, chaque fois que cela devient fatigant, de vous répéter plusieurs fois cette phrase à haute voix: "Ce n'est qu'une phase ! Parce que ces phases épuisantes finiront par se terminer. Mes conseils: Ne lisez pas trop de littérature technique, restez calme et écoutez votre instinct. Je suis content de ne pas avoir lu de guides. Parce que je ne ferais que me rendre folle. Chaque enfant est différent et c'est pourquoi il est inutile de se comparer à d'autres enfants qui peuvent faire ceci ou cela plus tôt ou mieux. Si vous laissez l'enfant aller à son propre rythme, il s'arrangera tout seul."

Miriam écrit sur themama.ch à propos de sa famille et de ses expériences en tant que mère. Elle a 31 ans, vit dans un village du Mittelland suisse et est mariée depuis un peu plus d'une demi-douzaine d'années. Fin juillet 2012, elle est devenue maman du jour au lendemain avec la souris de juillet "Nanna" et mi-avril 2014, le haricot d'avril "Sia" les a rejoints. Depuis lors, tous les quatre profitent de leur bonheur familial.

Julia de fraujuliusnaeht: "Le manque de sommeil combiné à une vie quotidienne difficile est l'une des choses les plus stressantes".

"En ce moment, je trouve la combinaison d'un bambin provocateur et d'un enfant de cinq ans très sûr de lui très épuisante. Donc nous sommes en plein dedans en ce moment. En dehors de cela, les trois mois qui ont suivi la naissance de la deuxième fille ont été très éprouvants pour moi. Il fallait la porter souvent et elle était réveillée toutes les deux heures pendant la nuit. Outre le défi nerveux, j'ai également frôlé l'épuisement physique. Je n'avais tout simplement plus la force de la porter pendant des heures. Même maintenant, à plus de deux ans, elle dort plutôt mal, presque toutes les nuits je suis réveillé au moins une fois. Je pense que le manque de sommeil combiné à une routine quotidienne difficile est l'une des choses les plus épuisantes qui soient.

Avec la grande fille, fixer et maintenir des limites est très épuisant. Dans cette phase de chinsdgi, il y a aussi des conflits avec les pairs et des points de vue différents des mères. Je trouve que c'est un défi parce que c'est nouveau pour nous. Je trouve également le bruit de notre vie quotidienne très épuisant. Nos filles sont très vocales, elles aiment aussi les sons à haute fréquence.

Ce qui m'aide à traverser cette période, c'est avant tout de prendre soin de moi. Avant même la naissance de ma première fille, des femmes plus âgées m'ont donné un conseil que je suis encore aujourd'hui: prendre une pause déjeuner. Les enfants en ont besoin de toute façon et j'en ai encore plus besoin. Je suis très stricte à ce sujet, cette heure est à moi. La grande aime se retirer pour un moment et jouer sans être dérangée dans sa chambre. Elle sait exactement: maman est sur le canapé pendant ce temps et fait une pause. Je ne cesse d'entendre des amis dire qu'ils profitent de la pause déjeuner des enfants pour ranger la cuisine, nettoyer la salle de bains, passer la serpillière. Mais ils n'ont guère l'occasion de recharger leurs batteries. Car lorsque le sol est propre, la sieste du bébé est terminée et la vie quotidienne les reprend en main. Je supporte très bien une table de déjeuner sale, et j'ai encore le temps de nettoyer plus tard. Mon mari est également d'une grande aide avec les enfants. Si j'ai dû me lever plusieurs fois pendant la nuit, il se charge d'habiller les enfants et de préparer le petit-déjeuner le matin.

Julia propose des vêtements cousus main pour les bébés et les jeunes enfants sur le site fraujuliusnaeht. Elle blogue également sur les nouvelles de son atelier de couture et sur les choses belles et créatives de sa vie quotidienne. Ses filles ont cinq et deux ans. Ils vivent à Züri Wyland.

Karin de lutz-bommer.blogspot.ch: Temps épuisant avec les enfants de l'école

"Nous avons quatre enfants, d'âges assez proches. Il y a eu une année où les quatre étaient à la maison. Nous avons utilisé des couches en tissu, cuisiné notre propre porridge, allaité pendant un an et nos enfants n'ont jamais vraiment bien dormi. C'était un grand défi, surtout en termes d'énergie, de nerfs et de manque de sommeil. Mais avec le recul, c'était merveilleux.

En ce moment, nos enfants vont à la fois à l'école et à la crèche et j'ai l'impression que d'autres choses sont à nouveau strictes. Je ne peux plus simplement habiller mes enfants et les emmener dans la forêt lorsque je sens que nous en avons besoin de toute urgence. Je suis contrôlée par les autres et je coordonne les rendez-vous, j'ai toujours l'œil sur l'horloge à la maison afin de ne jamais oublier d'envoyer un enfant à l'heure ou d'en récupérer un à la maison. Je suis constamment en train de lire les lettres des parents et les dates de l'école pour savoir quand quelque chose a lieu et quand je dois donner quelque chose à chaque enfant ou s'il doit être spécialement habillé. Cela demande beaucoup d'organisation, de discipline et de vue d'ensemble. C'est épuisant d'une manière différente.

Bientôt, la phase de la puberté commencera, ce qui constituera certainement un autre défi. Mais quand même: je trouve merveilleux de pouvoir vivre toutes ces phases avec des enfants. J'ai apprécié la phase du bébé, tous les câlins et autres, et maintenant cette phase est terminée et je suis heureuse de mes enfants, qui sont déjà plus grands à nouveau, avec lesquels je peux discuter, discuter et parler de Dieu et du monde. Je peux dire: "Habillez-vous, nous allons faire une sortie" et ils s'habillent tout seuls. Je peux à nouveau visiter des endroits plus difficiles, comme les musées.

J'ai toujours puisé mon énergie dans les enfants eux-mêmes. En les regardant, on se rend compte de la chance que l'on a d'avoir reçu de tels enfants, des créatures si merveilleuses, qui n'ont qu'à vous sourire pour que toute la fatigue, toute la colère disparaissent."

Sur lutz-bommer.blogspot.ch , Karin tient un blog sur sa famille pour les parents et amis éloignés. Les revues mensuelles sous forme de galerie de photos sont particulièrement agréables. Ses enfants, trois filles et un garçon, ont 5, 7, 8 et 9 ans. La famille vit dans un petit village de montagne dans les Grisons. Son mari et elle travaillent tous deux à temps partiel, elle dans l'enseignement, lui dans l'informatique.

Nikola de lolabrause.ch: "Ça fait mal parce qu'en tant que parent, il faut apprendre à lâcher prise".

"Chaque âge a ses joies et ses écueils. Je suis mère de deux garçons (16 ans et 7 ans) et je trouve l'âge de mon fils aîné très stressant en ce moment, car le processus d'éducation d'un pubère est définitivement terminé. En tant que parent, vous ne pouvez qu'espérer que vous avez fait tout ce qu'il fallait dans le passé et vous devez vous faire confiance pour que l'enfant devienne lui aussi quelque chose de bien. Toutes les mesures éducatives que vous pouvez utiliser avec de jeunes enfants, telles que "Si tu n'es pas bon, tu n'auras pas de dessert", sont absolument invalides avec un quasi adulte. Quand même, c'est agréable de pouvoir se rencontrer au niveau des yeux tout d'un coup. Mais ça fait mal, parce qu'en tant que parents, vous devez apprendre à lâcher prise. L'enfant a grandi et suit son propre chemin. C'est pourquoi, personnellement, je dois toujours sourire lorsque je parle à des mères dont les enfants sont encore petits et qui se plaignent de la phase de défi de leurs enfants.

Je trouve toujours difficile de donner des conseils. Je dois penser à ma première sage-femme, qui a dit quelque chose de très beau. Après que je l'ai interrogée sur les guides d'éducation et les livres sur l'allaitement, elle m'a dit: "Tu n'as pas besoin de tout cela, écoute ton cœur ! C'est pourquoi j'essaie d'être très intuitive avec mes garçons, ce qui fonctionne généralement très bien.

Avec Ece Widmer, Nikola Sprung gère un calendrier en ligne d'événements pour enfants sur lolabrause .ch . Cette conceptrice en communication est mère d'un enfant de sept ans et d'un autre de seize ans et vit à Zurich depuis huit ans.

Deborah de mamaleone.ch: "Nous sommes lentement mais sûrement dans la phase de non-non-non".

"Ma fille est âgée de 20 mois. Après avoir bien survécu aux premiers mois de privation de sommeil, nous entrons lentement mais sûrement dans la phase de non-non. Souvent, nous, parents, parvenons à regarder cela avec un sourire et à le supporter. Mais parfois, c'est juste épuisant. Personnellement, cependant, je pense que cette phase est un chapitre important dans la formation du caractère d'une personne. Je veux lui permettre cela et lui donner le temps de devenir pleinement elle-même. Mon mari et moi sommes des adeptes de la Parentalité Positive. Cela signifie que nous voulons être des parents qui parlent beaucoup de choses positives, qui se concentrent sur les bonnes choses et qui donnent l'exemple.

Je trouve les situations suivantes difficiles :

  • Interactions dans lesquelles ni les parents ni l'enfant ne sont heureux.
  • Les situations où tout le monde est tendu et manque d'énergie, par exemple pendant la saison de la grippe.
  • Les moments où un individu n'a pas été à la hauteur. Il est aussi parfois difficile d'être présent pour tout le monde.
  • Des situations difficiles dans lesquelles l'enfant joue également le rôle de catalyseur. Par exemple, une journée stressante au bureau, à la maison la femme qui a également eu une journée stressante râle, les enfants n'aiment pas la nourriture et ainsi de suite.

Mon sentiment personnel est que chaque période de développement pose un défi aux parents (et aussi à l'enfant) à sa manière. Chaque phase est belle et épuisante à la fois. Honnêtement, j'ai dû m'habituer à ce qu'on me dicte un nouveau rythme de sommeil. Maintenant, je ne sais rien d'autre.

Mes conseils pour les moments difficiles avec les enfants :

  • Respirez profondément et comptez jusqu'à dix (éventuellement cinq), puis réagissez à ce qui se passe (souvent en criant).
  • Se mettre à la place de l'enfant - Qu'est-ce qui est si difficile pour l'enfant en ce moment? L'empathie aide incroyablement.
  • Une petite distraction. Je ne pense pas que ce soit la bonne façon de tout faire, mais nous avons souvent un problème pour nous habiller ici et une petite vidéo YouTube de Frozen ou du Roi Lion fait des merveilles.
  • Souvent, un simple câlin aide. Parfois, cela demande un petit effort (hors de l'argument). Essayez-le.
  • Rencontrez et échangez avec des personnes partageant les mêmes idées.
  • Acceptez l'aide ! Avant que tu ne puisses plus. Je conseille à tous ceux qui ont une bonne personne de confiance d'accepter avec reconnaissance un peu d'aide de cette personne. Que ce soit pour une heure chez le coiffeur, une heure de sommeil ou quelqu'un pour vous aider à plier le linge.
  • Réalisez que l'enfant ne dépendra pas toujours de vous. Il y a de fortes chances pour qu'il n'en veuille plus lorsqu'il aura 20 ans.
  • Montrez et expliquez à l'enfant quand vous ne pouvez plus le faire vous-même. Nous, parents, sommes peut-être des super-héros, mais nous avons aussi le droit d'avoir des faiblesses et de les montrer. Souvent, les enfants comprennent alors ce qui se passe.
  • Créez des îles pour vous-même. Penser à soi tout en étant parent est bon pour vous. Faites quelque chose de bien pour vous quand les enfants dorment. Des parents heureux ont des enfants heureux.

Logo Deborah Shkodra est une blogueuse spécialisée dans le mode de vie et les mamans. Sur moonseaandwe.com, elle écrit sur les belles choses de la vie et donne de l'inspiration pour être parent. Avec son mari et leur fille de presque deux ans, elle vit ici et là, actuellement dans la campagne de Suisse centrale.