Facebook Pixel
Enfant

Le sujet tabou de la masturbation: Comment en parler correctement avec votre enfant

Presque tout le monde le fait et personne n'en parle: le sujet de la masturbation est encore entaché de honte en 2021. Pourtant, il s'agit d'une chose tout à fait naturelle qui a également une grande influence sur notre bien-être. Comme les jeunes enfants explorent déjà leur corps, les parents ont un rôle important à jouer dans leur éducation. Comment apprendre à vos enfants une approche saine de leur propre corps.

Logo de la vie familiale

Tant pis pour les abeilles et les fleurs... Lorsqu'il s'agit de sujets comme la masturbation, ne tournez pas autour du pot. Image: Adene Sanchez, Getty Images

De nos jours, les gens parlent ouvertement de la sexualité - vous pourriez penser. Mais ce n'est pas le cas. Parce que divers aspects de la sexualité sont encore un sujet tabou. Par exemple, la masturbation. Pourtant, une enquête menée par l'Université de Berne montre que 99% des personnes interrogées se sont déjà masturbées au moins une fois. Et ce, indépendamment du sexe, de l'âge et du statut relationnel.

La masturbation est quelque chose de positif et contribue au bien-être et à une sexualité épanouie, expliquent les experts de Santé sexuelle Suisse. Avec la campagne de sensibilisation "Masturbation - est-ce normal ?", le réseau de jeunes de l'organisation veut maintenant désamorcer le tabou sur ce sujet. Même les petits enfants aiment explorerleur corps; c'est quelque chose de très naturel. C'est précisément la raison pour laquelle il est important d'en parler, y compris en famille.

L'éducation commence dès la naissance

Les jeunes en particulier - et surtout les jeunes femmes - perçoivent cet aspect de la sexualité comme très tabou et honteux, affirment les experts. Le sentiment de faire quelque chose d'indécent, voire d'interdit, tourmente les adolescents et les empêche de parler de ce sujet avec d'autres. Les parents peuvent contribuer de manière importante à ce que leurs enfants aient une bonne relation avec le sujet de la masturbation et n'aient pas honte de découvrir leur corps.

Mais comment s'y prendre? Vittoria Burgunder, responsable de la communication du Réseau suisse des jeunes pour la santé sexuelle, peut vous aider: qu'il s'agisse de la masturbation ou d'un autre aspect de la sexualité, "il n'y a pas de conversation unique."L'éducation sexuelle commence dès la naissance: il ne s'agit pas de sexualité au sens strict, mais d'appréciation du corps, explique Vittoria Burgunder. Il s'agit d'une condition préalable importante au développement psychosexuel. Par exemple, les petits enfants aiment jouer avec leurs propres organes génitaux. Si les parents le commentent positivement et le permettent, ils font sentir à l'enfant que c'est quelque chose de beau.

Les parents sont également des personnes de contact importantes pour les adolescents

Et quand les enfants seront plus grands? Les parents doivent-ils parler de la masturbation de leur propre initiative? "Bien que les jeunes préfèrent parler de la sexualité avec leurs pairs, les parents sont des interlocuteurs importants" Il fait partie de la tâche éducative des parents et des responsables adultes d'éduquer les enfants à la sexualité. Les adultes devraient engager des conversations sur l'amour, les relations et la sexualité avec leurs enfants. Cela signifie faire preuve d'ouverture à l'égard de différents sujets, répondre aux questions, poser des questions, négocier des règles et aussi respecter les limites.

Outre les parents, les écoles ont également pour mission d'éduquer les enfants, a déclaré M. Burgunder. Dans de nombreux établissements, des éducateurs sexuels extérieurs à l'école viennent dans la classe. Ils sont formés pour parler aux enfants de toutes sortes de sujets liés à la sexualité. Cela est particulièrement utile pour les sujets tabous comme la masturbation: "De nombreux élèves trouvent plus facile de poser des questions soi-disant embarrassantes à quelqu'un qui ne vient qu'une fois à l'école que d'en parler avec un enseignant ou des parents."

Parler de la sexualité peut être pratiqué

Néanmoins, les enfants, surtout les plus jeunes, posent souvent à leurs parents de nombreuses questions sur la sexualité. Mais qu'en est-il si l'un des parents, voire les deux, éprouvent des difficultés ou une gêne à aborder ces sujets et à répondre aux questions de l'enfant? "Les jeunes enfants sont curieux et veulent des réponses simples. Les parents peuvent s'exercer à parler avec eux des relations et de la sexualité", de sorte qu'une culture de la conversation peut lentement se développer au sein de la famille sur les questions de sexualité, dans laquelle les questions peuvent être posées et faire l'objet de réponses.

Les parents n'ont pas non plus à fournir la réponse parfaite à chaque question ou à tout savoir.

Si un adulte est trop gêné ou mal à l'aise face à une question, il peut également l'indiquer comme une limite, conseille M. Burgunder - et souligne: "Les parents n'ont pas non plus à donner la réponse parfaite à chaque question ou à tout savoir. S'ils ont vraiment du mal à résoudre le problème, ils peuvent aussi demander conseil à un professionnel ou consulter des livres et des sites web."

La masturbation est comme se brosser les dents.

Des informations et de l'aide sont également disponibles auprès de Santé sexuelle Suisse, entre autres. Et peut-être la vidéo de la dernière campagne de sensibilisation est-elle une bonne porte d'entrée pour une conversation sur la masturbation. La vidéo s'adresse spécifiquement aux jeunes et vise à faire en sorte qu'il y ait moins de honte, d'insécurité et de pression psychologique en ce qui concerne la masturbation. Parce qu'en réalité, la masturbation est aussi naturelle que de se brosser les dents... n'est-ce pas? Presque tout le monde le fait, cela fait partie de la vie quotidienne et il existe différentes techniques et outils. C'est juste que la masturbation procure des sensations plus agréables et plus amusantes que le brossage des dents.

Réseau jeunesse Santé sexuelle Suisse

Santé sexuelle Suisse est une organisation indépendante à but non lucratif qui œuvre à la promotion de la santé sexuelle ainsi que des droits sexuels. Le réseau jeunesse de l'organisation est composé d'adolescents et de jeunes adultes de moins de 25 ans qui s'intéressent et s'engagent sur des thèmes liés à la santé et aux droits sexuels. Grâce au réseau des jeunes, ils peuvent faire part de leurs opinions et de leurs idées à l'organisation faîtière.