Facebook Pixel
Enfant

Mauvaise concentration chez les enfants: comment augmenter la concentration

Les pensées de certains enfants ne cessent de vagabonder pendant les devoirs. Cela peut entraîner des tensions entre les parents et l'enfant. L'auteur du livre Helmut Weyhreter sait comment augmenter la concentration.

Le manque de concentration des enfants inquiète souvent les parents.

Le manque de concentration masque souvent un comportement d'évitement. Photo: Lisa5201, iStock, Getty Images Plus

Dr Weyhreter, les parents ne cessent de se plaindre: "Mon enfant n'arrive pas à se concentrer". Quels conseils donnez-vous aux parents d'enfants qui manquent de concentration?

Dr Helmut Weyhreter: Tout d'abord, je regarde attentivement. Je me demande: "Comment se manifeste ce manque de concentration mentionné par les parents? L'enfant peut-il vraiment ne pas se concentrer - ou bien ne se concentre-t-il pas dans certaines situations? c'est une différence essentielle ! La plupart des enfants dont les parents pensent qu'ils manquent de concentration peuvent en fait être très durablement attentifs lors d'occupations choisies par eux-mêmes. C'est-à-dire qu'ils font preuve d'une concentration suffisante lorsqu'ils ont l'impression de réussir. À maintes reprises, des parents rapportent, par exemple, que leur enfant joue avec des Lego pendant des heures, absorbé par lui-même.

Tant d'enfants peuvent se concentrer mais ne veulent pas le faire ?

En fait, seuls très peu d'enfants sont totalement incapables de se concentrer. Dans la plupart des cas, il ne s'agit pas d'un manque de concentration, mais d'un manque de volonté de faire un effort ou d'un comportement d'évitement. Dans ce cas, on ne peut pas parler de "vouloir" ou de "ne pas vouloir". De nombreux enfants rechignent à relever les défis à l'école et dans leurs devoirs, travaillent superficiellement et s'arrêtent dès que possible ou ne commencent même pas, remettent tout à plus tard, s'interrompent encore et encore.

Comment expliquez-vous le manque de motivation ?

Grâce à la technologie et aux médias dont disposent les enfants aujourd'hui, ils n'ont pas besoin de faire grand-chose pour que quelque chose d'excitant se produise. Il leur suffit d'appuyer sur le bouton du Game Boy ou de la télécommande du téléviseur - et pouf, l'image change ! Pas étonnant que les devoirs scolaires semblent ennuyeux face au monde coloré présenté par les médias ! Ce qui fait finalement défaut, ce n'est pas la concentration, mais la capacité d'attendre, de reporter les besoins, de supporter l'échec, c'est-à-dire des aspects importants de l'autodiscipline.

Jouer ensemble favorise la concentration

Jouer ensemble n'est pas seulement amusant, cela favorise aussi la concentration. "Au début, les enfants souffrant de troubles de l'attention ont souvent des difficultés à rester concentrés, même en jouant", explique le Dr Helmut Weyhreter. Mais il est important de continuer à le faire. Parce que c'est en forgeant qu'on devient forgeron.

Ce que les parents peuvent faire :

  • Pour choisir le contenu du jeu, orientez-vous d'abord sur les intérêts, les possibilités et l'âge de votre enfant.
  • Évitez de surcharger votre enfant. Veillez donc à ce que les jeux choisis ne soient pas trop difficiles et ne durent pas trop longtemps.
  • Afin de maintenir les frustrations de votre enfant dans des limites tolérables, les exigences imposées à l'enfant souffrant de troubles de la concentration ne doivent augmenter que lentement.
  • Vous ne devez pas non plus négliger complètement vos propres intérêts, car jouer doit aussi vous procurer du plaisir.

(Source: Le manque de concentration. Comment les parents peuvent aider. Par le Dr Helmut Weyhreter)

Peu importe qu'il s'agisse d'un jeu de société, d'un jeu de construction comme les Lego ou les blocs de construction, d'un jeu de balle, d'un jeu de rôle ou d'un jeu d'adresse: Tout jeu est approprié s'il est amusant. Faire des travaux manuels ensemble, lire à haute voix et regarder des livres d'images sont autant d'activités qui stimulent et favorisent la concentration.

Les exercices de concentration fonctionnent-ils ici ?

Les exercices de concentration n'ont guère de sens. Les problèmes de concentration peuvent être traités plus efficacement par les parents. De nombreux parents n'ont pas la force d'offrir aux enfants un contrôle et une structure, d'être exigeants envers eux, mais aussi de les encourager, de leur donner confiance en eux, car ils doivent se battre dans des conditions de vie précaires. Ces parents ont besoin d'être soutenus et soulagés, par exemple par une aide familiale, une aide à la jeunesse, une aide aux devoirs, des groupes de jour d'éducation curative. D'autres parents, issus pour la plupart de la classe moyenne, en font en revanche trop.

Vous voulez dire les soi-disant"parents hélicoptères" ?

Oui, je pense aux parents qui tournent constamment autour de leurs enfants pour les surveiller et les garder. Ils savent exactement quels devoirs doivent être faits, quand les tests de classe doivent être passés et établissent des plans d'apprentissage dans le temps.

"Si je m'en fichais, il ne se passerait rien", objecteront sûrement certains parents....

Les enfants doivent avoir leurs propres expériences ! La promotion de la responsabilité personnelle, de l'indépendance mais aussi - et c'est un aspect très central - la promotion de l'estime de soi sont des objectifs éducatifs très importants. Ils permettent ensuite aux enfants et aux jeunes de développer leurs propres objectifs, de reporter leurs besoins, de supporter les frustrations et de ne pas se décourager. Ce n'est que lorsque les parents se déchargent de leurs responsabilités que les enfants peuvent prendre leurs responsabilités - pour ce qu'ils font ou ne font pas.

Que signifie "renoncer à ses responsabilités" par rapport aux devoirs et au manque de concentration que nous venons d'évoquer ?

Les parents doivent prendre contact avec les enseignants et leur dire qu'à partir de maintenant, ils laisseront l'enfant faire ses devoirs tout seul. Tout ne doit pas être parfait. À l'école, l'enfant peut contrôler ce qui est bien et ce qui est mal. Si l'enfant ne fait pas ses devoirs, il doit en assumer les conséquences et rattraper ce qu'il a manqué. La situation est quelque peu différente avec les enfants qui ont peur d'échouer et qui ont de gros problèmes d'estime de soi.

"Je ne peux pas faire ça !" entendent souvent les parents avant même que l'enfant ait lu la tâche....

Il est important que les parents apprennent à réduire leurs attentes et à soulager ainsi l'enfant, tout en l'encourageant à être indépendant. Certains enfants apprennent plus lentement, et c'est quelque chose qui doit être toléré. En même temps, l'enfant a besoin de soutien: pour augmenter sa concentration, il a besoin de courage et de personnes qui reconnaissent les progrès lents. Les parents doivent collaborer avec l'école pour trouver un soutien approprié.

La personne

Dr Helmut Weyhreter

Le Dr Helmut Weyhreter travaille depuis 35 ans en tant que psychologue diplômé et psychothérapeute psychologique / thérapeute pour enfants et adolescents à la clinique de pédiatrie et de médecine des adolescents (centre de pédiatrie sociale) de l'université d'Ulm. Il s'occupe (diagnostic et conseil) des troubles de l'apprentissage, de la performance, du comportement et du développement ainsi que de l'obésité et du diabète (dans le cadre de la consultation externe d'endocrinologie de la clinique pédiatrique). En août, son livre "Konzentration stärken: Lernfähigkeit fördern - entspannter leben" sera publié par Urania Verlag.