Facebook Pixel
Enfant

Traverser calmement la phase de défiance

Pour les parents, la phase de défi est un mal, mais elle est indispensable au développement de l'enfant. L'enfant apprend à contrôler ses sentiments et à supporter la frustration. Ce que les parents peuvent faire maintenant.

Cela vous aidera à traverser la phase de défiance.

Même si c'est épuisant, pendant la phase de défi, les parents doivent continuer à fixer des limites et à rester calmes. Image: E+

Parfois, un simple "non" des parents suffit et l'enfant pique une colère. Il crie, pleure ou se débat désespérément pendant des minutes. Si cela se produit en public, les parents se sentent rapidement impuissants et embarrassés. Cela ne signifie pas que l'enfant se comporte mal, mais qu'il est probablement en pleine phase de provocation. C'est épuisant, mais important pour le développement de l'enfant. Car c'est souvent maintenant que l'on décide de la façon dont on pourra gérer le stress et la frustration plus tard.

C'est pourquoi les enfants ont besoin d'un soutien actif de la part de leurs soignants les plus proches pendant la phase de défi. Brigitte Saurenmann, spécialiste de l'éducation des enfants, explique dans une interview pourquoi les enfants font des crises de colère et ce que les parents doivent faire et ne pas faire pendant une crise de colère.

Mme Saurenmann, beaucoup de parents ont peur de la phase dite de défi...

La peur de la phase de défiance est due à une fausse image que beaucoup de gens en ont. L'opinion générale est que les tout-petits veulent tester les limites par leurs crises de colère et éprouver la patience de leurs parents. Mais ce n'est pas le cas. Un acte de défiance n'est pas un acte conscient de la part de l'enfant. Et soudain, vous pouvez vous rendre compte que vous vous comportez de manière très différente de ce que vous souhaiteriez.

Mais ?

L'expression "phase de défi" est malheureuse. À l'âge d'un an et demi ou deux ans, l'enfant commence à franchir une étape très importante de son développement: Il réalise qu'il est un être indépendant. Il se découvre lui-même - et donc à la fois sa propre volonté et son effet sur les autres. Il réalise qu'il peut influencer ce qui se passe autour de lui. Et parce qu'il est curieux, il veut essayer cette capacité. Tout cela constitue au départ une évolution nécessaire et très positive que les parents doivent encourager.

A quel âge les enfants entrent-ils dans la phase de défiance?

Vers l'âge d'un an et demi, l'enfant commence à découvrir qu'il a une volonté propre. S'il est limité par les règles des parents, la phase de défiance commence également, au cours de laquelle les enfants font pour la première fois l'expérience consciente de la contradiction entre ce qu'ils veulent et ce qu'ils doivent. Il est toujours difficile de faire face à cette situation. En effet, les tout-petits ne sont souvent pas encore capables d'exprimer leurs sentiments verbalement. C'est pourquoi ils font rage avec leur corps.
Selon le tempérament de l'enfant, mais aussi selon la façon dont les personnes qui s'en occupent gèrent les crises de colère, celles-ci peuvent varier en intensité. En règle générale, cependant, l'intensité des crises de colère diminue avec l'âge. En moyenne, la phase d'insolence se termine à l'âge de trois ans. Mais même à l'âge de quatre ou cinq ans, les crises de colère ne sont pas nécessairement une source d'inquiétude. Toutefois, si la phase de défi se poursuit à l'âge scolaire, les parents ne doivent pas avoir peur de demander l'aide d'un professionnel.

Cependant, les tout-petits rebelles peuvent mettre la patience de leurs parents à rude épreuve.

Bien sûr. Mais ce défi est l'expression d'un grand désespoir qui survient lorsqu'un bambin, la tête pleine d'idées enthousiastes, est soudain contrarié parce qu'une personne supérieure, par exemple la mère, le grand-père, l'institutrice du jardin d'enfants, dit "non". D'une part, l'enfant, dans ce cas, veut tellement mettre en œuvre son plan, mais souvent, l'enfant veut aussi faire plaisir à l'adulte en même temps. Puis il se sent déchiré. À cet âge, l'enfant est encore totalement à la merci de ses sentiments et ne peut les contrôler. Il se déchaîne, piétine et pleure parce qu'il ne sait pas quoi faire - d'autant plus lorsque ses forces faiblissent parce qu'il est fatigué ou affamé.

Qu'est-ce que les parents ont intérêt à ne pas faire ?

Les parents ne doivent jamais faire appel à la raison de l'enfant pendant une crise de colère. Un jeune enfant ne peut pas encore penser rationnellement. Les luttes de pouvoir sont également néfastes. Plus les adultes font preuve de supériorité, plus l'enfant est désespéré. Il faut être deux pour défier !

Mais les parents ne doivent pas non plus céder, n'est-ce pas ?

Non, ils n'ont pas à le faire. Après tout, ils ont souvent de bonnes raisons d'empêcher un enfant de faire quelque chose. Les parents doivent connaître l'état émotionnel de l'enfant afin de réagir de manière appropriée et ainsi désamorcer la situation. Il est bon de donner à l'enfant la possibilité de sauver la face lors d'une dispute.

La phase de défiance est un acte de désespoir pour les jeunes enfants.

Avez-vous un exemple ?

Oui. L'autre jour, j'ai vu un homme marcher dans la rue avec un sac lourd. La petite fille qui l'accompagnait lui a demandé de le porter. "Non", dit le père. "J'ai déjà un sac lourd dans la main. Cette situation aurait pu déboucher sur une crise de colère si le père n'avait pas demandé délicatement à la fille: "Tu es sûre que tu es fatiguée ?" - "Oui", a répondu la fille. - L'enfant s'est assis sur le trottoir pendant deux secondes, avant de se relever d'un bond. Lorsqu'on lui a demandé: "C'est mieux maintenant ?", elle a répondu avec joie: "Oui !" Et le père et la fille ont continué à marcher lentement.

Cela donne du courage !

Il est certainement utile aux parents de savoir que la phase de défi - comme son nom l'indique - n'est qu'une phase, c'est-à-dire une période temporaire qui se termine généralement à l'âge de trois ans. Cette connaissance donne exactement la sérénité dont les parents ont besoin pour pouvoir attendre la fin d'une crise de colère.

Il faut donc faire preuve de calme et de patience.

Absolument. Un enfant a besoin de temps pour être capable de réagir à une instruction. Il est judicieux, par exemple, de dire: "Tu peux glisser trois fois de plus, mais ensuite nous devrons quitter le terrain de jeu et rentrer à la maison". Il est bon que l'enfant apprenne que les situations de conflit ne sont pas menaçantes, mais que des solutions peuvent être trouvées ensemble. Par exemple: "Non, pour le moment, je ne peux pas explorer ma boîte à outils avec vous. Mais après le petit-déjeuner, nous pourrons planter ensemble quelques clous dans la planche". L'enfant se sent alors pris au sérieux et peut acquérir de l'expérience et du succès.

Conseils pratiques pour les parents pendant la phase d'insolence

1 Même si l'enfant peut piquer une colère. Ne cédez pas lorsqu'il est raisonnable de dire "non". Fixer des limites maintenant est crucial pour la capacité de votre enfant à suivre des règles plus tard. Sinon, il apprendra que j'obtiens ce que je veux avec beaucoup de colère.

2 Une crise de colère ne signifie pas que votre enfant essaie de tester vos limites. Il ne veut pas ennuyer ses parents. En ce moment, il ne peut souvent pas s'en empêcher. Par conséquent, faites preuve de compréhension à l'égard de leurs sentiments sans pour autant céder. Vous pouvez également dire à votre enfant, de manière brève et succincte, qu'il a le droit de se mettre en colère, mais qu'il doit le faire sans piétiner, frapper ou crier.

3 Cependant, les longs et profonds appels à la raison pendant un épisode de défiance ne servent à rien. Votre enfant n'est pas réceptif à ce moment-là. Laissez d'abord votre enfant se calmer, puis parlez-lui des raisons de sa colère. Un câlin est également bon pour votre enfant à ce moment-là.
4 Une crise de colère peut également être évitée. Les enfants passent souvent à l'acte lorsqu'ils sont fatigués, épuisés, affamés ou qu'ils s'ennuient. Par exemple, essayez de faire les courses ensemble le matin, emportez toujours un petit quelque chose à manger ou à boire et faites participer vos enfants à vos activités.

Logo de la vie familiale

La personne

Cette pédagogue sociale et thérapeute familiale de formation dirige son propre cabinet en tant que consultante en parentalité depuis 2008. Brigitte Saurenmann est spécialisée dans les bébés et les jeunes enfants jusqu'à l'âge de six ans. En plus de son travail de conseillère parentale, elle dirige Pekip et des groupes de jeux. erziehungsberatung-zh.ch