Facebook Pixel
Enfant

Philosopher avec les enfants sur les grandes questions de la vie

Pourquoi vivons-nous? Et pourquoi mourons-nous? Que se passerait-il si nous ne mourions pas? Comment Dieu a-t-il été créé? De telles réflexions font partie des très grandes questions de la vie. Lorsque les enfants philosophent sur de telles questions, ils obtiennent souvent des réponses surprenantes.

Philosopher avec les enfants

Philosopher avec les enfants élargit l'horizon, y compris celui des parents. Image: svetikd, E+, Getty Images Plus

Ily a des questions qui ont toujours préoccupé les hommes. D'où venons-nous? Et où allons-nous? Comment devrions-nous vivre? Les enfants aussi posent de telles questions philosophiques et élémentaires. "Où étais-je avant d'être dans ton ventre, maman ?", "Si grand-père n'est plus là, où est-il ?" Reprendre de telles réflexions et prendre le temps de philosopher avec les enfants, c'est les prendre au sérieux et leur permettre de partager leurs connaissances.

Philosopher, c'est dialoguer avec persévérance sur des "choses que nous ne comprenons pas (encore)", explique Eva Zoller Morf, directrice du Centre suisse de documentation sur la philosophie pour enfants et la vie quotidienne "Käuzli". Selon elle, cela va au-delà du simple échange d'idées entre personnes, communément appelé "discussion".

"Car en philosophie, on ne s'occupe pas seulement de ce que l'on connaît, mais aussi de nouveaux points de vue, et on essaie de faire progresser ensemble la connaissance à partir des différentes opinions des interlocuteurs".

Philosopher avec les enfants rend intelligent

"Qu'est-ce qui est bon - et qu'est-ce qui est mauvais ?", "Quelqu'un qui fait quelque chose de mal est-il une personne mauvaise ?", "Que pense un chien ?": les enfants posent de nombreuses questions sur les sujets les plus divers et posent ainsi bien souvent des défis aux adultes qui doivent fournir une réponse.

En effet, si des valeurs telles que le bien et le mal sont plus faciles à expliquer, elles font partie de notre quotidien et nous nous sommes forgé une définition (personnelle) au fil des années. Il est plus difficile de répondre à des questions philosophiques telles que d'où nous venons ou pourquoi nous sommes nés précisément en Europe et non en Afrique.

Les enfants veulent pouvoir comprendre le monde déroutant pour s'y sentir en sécurité et en sûreté. "Le 'philosopher' (s'il devait mériter ce nom) est déjà bon tout simplement parce qu'il répond à un besoin élémentaire que nous avons tous connu en tant qu'enfants: le besoin de s'orienter dans un monde encore quotidiennement nouveau pour les enfants 'débutants dans la vie'", écrit la pédagogue en philosophie Eva Zoller Morf sur les pages de son Centre suisse de documentation sur la philosophie pour enfants et la vie quotidienne.

L'un de ses livres s'intitule "Penser par soi-même rend intelligent". En effet, en philosophant, les enfants apprennent aussi à considérer un sujet sous différentes perspectives, à s'écouter mutuellement et à argumenter avec leurs connaissances.

Philosopher avec les enfants élargit les perspectives

Les questions élémentaires des enfants sortent les adultes de leur zone de confort. Ils ont depuis longtemps accepté qu'il existe des questions auxquelles il n'est pas possible de répondre clairement par des connaissances humaines ou par la logique.

Mais il vaut la peine de se laisser contaminer par l'étonnement des petits et de remettre en question les évidences. Pourquoi les gens doivent-ils mourir? Et que se passerait-il si les gens ne mouraient pas? Ainsi, les discussions philosophiques avec les enfants élargissent l'horizon - non seulement des enfants, mais aussi des adultes.

Philosopher avec les enfants: Techniques de base

En philosophant ensemble, les parents apprennent non seulement ce que l'enfant pense de sa propre vie, mais aussi la signification de différents faits comme la mort et la naissance. Mais les discussions philosophiques ne sont pas synonymes de connaissance. Pour cela, les deux participants à la discussion doivent apprendre à comprendre la pensée créative de l'autre. Eva Zoller Morf décrit ainsi les techniques de base de la discussion philosophique :

  • persévérer dans la question choisie et l'éclairer sous plusieurs angles
  • Regarder une fois de plus des choses évidentes avec un œil neuf et se demander: est-ce vraiment comme je l'ai vu ou compris jusqu'à présent? Cela implique de poser des questions, de se poser des questions et de continuer à se poser des questions.
  • écouter les opinions de toutes les personnes concernées et chercher les raisons qui pourraient les soutenir ou les remettre en question
  • toujours clarifier les mots et les termes que l'on utilise: Qui entend exactement quoi par une expression donnée ?

"Enfin, l'imagination joue un rôle important, car celui qui ne fait que réfléchir à ce qui a déjà été pensé ne peut guère être compté parmi les penseurs", écrit Zoller Morf sur son site Internet.

Philosophie adaptée à l'âge des enfants

On peut déjà philosopher avec les tout-petits. De nombreuses questions découlent des livres d'images. Le hérisson a dit à la cigogne affamée que la grenouille avait fait le tour par la gauche alors qu'elle s'était cachée à droite dans les roseaux. Il a donc menti. On n'a pas le droit de mentir - n'est-ce pas? Qu'en pense l'enfant? Il vaut la peine de réfléchir à de nombreuses réponses. L'enfant connaît certainement des situations dans lesquelles même les adultes ne sont pas très précis avec la vérité.

Plus les enfants sont jeunes, plus il est important de laisser leur vision du monde telle quelle dans un premier temps, afin de ne pas les déstabiliser, même si cette vision ne correspond pas du tout à la logique. Aha, les enfants sont auprès de leurs anges gardiens avant d'atterrir dans le ventre de maman, et papy attend ses proches au ciel avec une collection de jeux.

Au lieu de faire la leçon aux enfants, il s'agit de les écouter, de laisser ce qu'ils ont dit leur traverser l'esprit, voire de le prolonger. Ce n'est qu'avec les enfants d'âge scolaire qu'un thème peut être éclairé de manière plus différenciée, de sorte que d'autres aspects et significations peuvent être évoqués. Les enfants sont assez grands pour philosopher lorsqu'ils prennent plaisir à discuter avec d'autres personnes et à réfléchir à des sujets philosophiques.

Philosopher avec les enfants: La vie quotidienne est pleine de questions

Les thèmes qui permettent de poser les grandes questions de la vie ne doivent pas nécessairement provenir de livres. La vie quotidienne offre également suffisamment de situations dans lesquelles on doit, dès l'enfance, se confronter à l'éthique et éventuellement remettre en question le sens de la vie.

S'il y a eu une dispute sur le terrain de jeu, la question de la justice se pose d'elle-même dès le plus jeune âge. Est-il juste que tout le monde reçoive la même chose? Ou certaines personnes méritent-elles plus que d'autres? Dans le parc, on peut se demander si la belle pierre au bord du chemin est vivante. Comment savoir si quelque chose est vivant ou non ?

Suggestions de livres

Des points de repère et des conseils sur la manière de philosopher avec les enfants se trouvent également dans de nombreux livres :

"Penser par soi-même rend intelligent. Philosopher avec les enfants", Eva Zoller Morf, Zytglogge Verlag.
Des exemples judicieusement choisis et des instructions applicables au quotidien montrent comment les parents peuvent encourager leurs enfants à penser par eux-mêmes.

"Pense au monde. Philosophie pour enfants", Birgit Labbé et Michel Puech, Loewe Verlag.
Ce livre contient des pistes de réflexion intéressantes sur des thèmes tels que "le bien et le mal", "le bonheur et le malheur", "la vie et la mort" ou "libre et non libre", sans fournir de réponses toutes faites.

"Philosopher avec les enfants", Gerhard Friedrich, Viola Galgóczy et Cornelia Klein, éditions Beltz.
De petites histoires soulèvent des questions auxquelles différentes personnes répondent de manière tout aussi différente. Des citations, des idées de jeux, des chansons et des conseils de bricolage sur ce thème agrémentent le livre.