Facebook Pixel
Enfant

Sports de jeunesse: l'exercice régulier pendant la puberté est bon pour la santé

Ceux qui font du sport dans leur jeunesse ont une influence positive sur leur santé, tant sur le plan psychologique que physique. Le sport sert d'exutoire et renforce la conscience du corps. Les parents peuvent aider les jeunes à trouver de la joie dans le mouvement.

Le sport est un bon exutoire pendant la puberté

Le sport pendant la puberté est amusant et accroît le bien-être des jeunes. Photo: Goodshoot, Thinkstock

Pendant la puberté, beaucoup de choses changent soudainement: les hormones s'emballent, le corps change et les conflits avec les parents deviennent plus fréquents. Outre l'école et la formation, les amis deviennent de plus en plus importants. Et le sport est souvent négligé. Pourtant, le sport est extrêmement important, surtout à l'adolescence. "Pendant la puberté, le sport joue un rôle important dans le contrôle des émotions et la réduction du stress", explique le psychologue du sport Philippe Müller de die-sportpsychologen.ch. "La pratique d'une activité sportive entraîne souvent un changement positif de l'humeur directement après le sport" En outre, le sport améliore la forme physique, la force et l'endurance.

Les jeunes sportifs ont plus de chances de rester non-fumeurs

Les jeunes actifs en bénéficient également à plus long terme. Il a été constaté, en particulier dans cette tranche d'âge, que l'exercice régulier réduit le risque de maladies cardiovasculaires plus tard dans la vie. En outre, l'exercice favorise la croissance osseuse et augmente la densité osseuse, ce qui permet de prévenir l'ostéoporose à un âge avancé.

Le sport est également bon pour le psychisme: le sport est amusant et offre aux jeunes la possibilité de se défouler et d'évacuer leurs frustrations de cette manière. Si les jeunes décident de pratiquer un sport d'équipe, il y a un autre aspect à prendre en compte: "Le sport favorise les compétences sociales et le contact avec les pairs, ainsi que la gestion des succès et des défaites", explique le psychologue sportif Müller. Les personnes qui font régulièrement de l'exercice se sentent également mieux dans leur corps. "Les jeunes qui font du sport ont tendance à être plus satisfaits de leur corps et de leur apparence que ceux qui n'en font pas".

En outre, des études montrent que les jeunes qui font du sport restent plus souventnon-fumeurs. "On peut donc supposer un effet préventif du sport sur les substances addictives", déclare M. Müller. D'autres recherches ont montré que les enfants qui font du sport ont tendance à mieux réussir à l'école. Le programme de promotion de l'Office fédéral du sport (Baspo) est un bon moyen de faire connaissance avec un nouveau type de sport: Avec Jeunesse + Sport, les jeunes peuvent s'initier à plus de 70 sports et disciplines dans des conditions favorables.

La fonction de modèle de rôle est importante

La pratique du sport par les jeunes dépend de nombreux facteurs. D'une part, il doit y avoir une offre, par exemple un club de football dans le village. D'autre part, l'attitude des parents à l'égard du sport a également une grande influence. "L'importance qu'ils accordent eux-mêmes au sport et le soutien qu'ils apportent à leurs enfants lorsqu'il s'agit de mettre en œuvre des activités sportives jouent un rôle central", explique M. Müller.

Le choix du sport par les jeunes est secondaire. Il est beaucoup plus important que les jeunes fassent du sport et choisissent une activité qu'ils apprécieront longtemps. Certains préfèrent une activité d'équipe comme le football, le basket-ball ou le volley-ball, tandis que d'autres préfèrent être seuls et faire du jogging ou du vélo de route, par exemple. Les arts martiaux peuvent également être un bon choix: "Ces sports sont souvent considérés comme problématiques par le public. Si les jeunes choisissent un sport qui implique un entraîneur, il est intéressant pour les parents de les rencontrer en personne pour se faire une idée de qui est l'entraîneur. En effet, l'entraîneur est un facteur important dans la transmission des valeurs sportives et humaines.

Quelle quantité d'exercice doit-on faire?

Malheureusement, il n'existe pas de recette universelle pour motiver les jeunes à faire du sport. "L'expérience précoce du mouvement peut être un moyen d'y parvenir", explique M. Müller. "Mais cela ne signifie pas qu'un enfant doit s'entraîner professionnellement dès son plus jeune âge. Il suffit que le mouvement et l'activité physique soient considérés comme allant de soi."

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande une heure d'exercice modéré par jour pour tous les enfants et les jeunes âgés de 5 à 17 ans. Mais en réalité, le sport est moins pratiqué. Avec les ordinateurs, les consoles de jeux et les smartphones, il existe de plus en plus d'alternatives pour passer son temps libre. "Mais je ne pense pas qu'ils soient les seuls responsables de la baisse de l'activité sportive", déclare M. Müller, psychologue du sport. Parce que: "Il y a de moins en moins d'occasions de jouer. Les grandes zones herbeuses pour faire de l'exercice sont devenues rares dans les villes. Même dans les rues du quartier, il n'est plus possible de jouer en raison de l'augmentation du trafic."

Les parents ont donc tout intérêt à faire faire de l'exercice à leurs enfants dès leur plus jeune âge, sans pression et de manière ludique. Ainsi, les chances qu'ils restent fidèles au sport pendant la puberté sont d'autant plus grandes.