Facebook Pixel
Enfant

"Attendez, relâchez, lâchez": 6 conseils pour aller à l'école en toute sécurité

En Suisse, il est courant que les enfants aillent bientôt seuls à l'école à pied. Cela effraie de nombreux parents, d'autant plus qu'un accident d'enfant sur quatre se produit dans la circulation routière. Comment les parents peuvent assurer plus de sécurité.

Six conseils pour se rendre à l'école en toute sécurité

Avec les ceintures lumineuses de couleur orange, les starters sont bien visibles sur le chemin de l'école. (Photo: zVg/Christine Bärlocher)

En Suisse, les enfants doivent être particulièrement attentifs dans le trafic routier. "Les enfants font partie des usagers de la route les plus vulnérables", écrit le Bureau suisse de prévention des accidents (bpa). Chaque année, environ 2200 accidents de la route impliquant des enfants de moins de 16 ans sont enregistrés par la police. "En moyenne, 15 d'entre eux décèdent des suites de l'accident", précise le bpa.

"La voie scolaire comme école de la vie"

Malgré les statistiques, conduire les enfants à l'école en voiture est mal vu en Suisse. "Le trajet vers l'école fait partie de l'expérience de l'élève. Les parents qui conduisent leurs enfants à l'école les privent de la possibilité de faire des expériences individuelles", explique Lilo Lätsch, présidente de l'association des enseignants zurichois (ZLV).

Il est d'ores et déjà conseillé aux parents d'enfants de maternelle que leurs enfants effectuent le parcours seuls peu après leur entrée à l'école maternelle. Se rendre à pied à l'école est considéré comme une "école de la vie". Les enfants doivent pouvoir se rendre à l'école de manière autonome afin de s'adapter à leur environnement, estime le pédagogue Marco Hüttenmoser. Parce que se rendre seul à l'école avec leurs collègues n'ouvre pas seulement des espaces vides et excitants pour les enfants, mais leur demande aussi d'assumer la responsabilité de leurs actes.

Bien sûr, cela demande de la préparation et de l'expérience, afin que les enfants comprennent de mieux en mieux les dangers de la circulation routière. "Pour que les enfants apprennent à se rendre à l'école de manière autonome, les parents devraient les accompagner dans le quartier ou le village bien avant qu'ils n'entrent au jardin d'enfants", conseille Mme Hüttenmoser. Les adultes doivent comprendre comment les enfants perçoivent leur environnement et quelles sont les compétences qu'ils possèdent généralement déjà ou qu'ils n'ont pas encore à quel âge.

Les enfants sont spontanés - même sur le chemin de l'école

Les parents seraient heureux que les enfants pensent surtout au code de la route sur le chemin de l'école. Mais les enfants sont joueurs et spontanés. Ils sautillent sur le trottoir et ramassent les trésors qui se trouvent sur leur chemin. S'ils voient un ami de l'autre côté de la route, ils veulent le rejoindre rapidement. Les voitures sur la route sont alors parfois oubliées.

Ce que les enfants peuvent et ne peuvent pas faire à quel âge

  • A l' âgede 6 ans, les enfants peuvent localiser de manière fiable les sons, évaluer leurs dangers A partir d'environ 8 ans
  • à l'âge de 7 ans, les enfants peuvent distinguer la droite de la gauche
  • à l'âge de 8 ans, vous pouvez arrêter immédiatement vos mouvements (par exemple, la course à pied)
  • à l'âge de 9 ans, les enfants peuvent estimer les distances correctement
  • à l'âge de 10 ans, l'enfant peut estimer correctement les vitesses
  • À l'âge de 12 ans, les enfants sont capables de prendre des décisions en fonction de la situation et d'appréhender une déviation nécessaire du code de la route (par exemple, le non-respect des feux de signalisation).

Les enfants sont facilement oubliés

L'esprit ludique et la spontanéité ne sont pas les seules raisons pour lesquelles les enfants sont particulièrement exposés aux risques de la circulation routière. Leur faible hauteur joue également un rôle. Parce qu'ils sont petits, ils sont facilement ignorés par les conducteurs sur le chemin de l'école. En même temps, ils ont une moins bonne visibilité du trafic routier que les adultes. "Les voitures à l'arrêt et en mouvement constituent une obstruction à leur vue", souligne l'Association professionnelle suisse pour les piétons. En outre, en raison de leurs courtes jambes, les enfants ont besoin de plus de pas que les adultes pour traverser une route. Lorsque les enfants de l'école primaire entendent un bruit de moteur, ils ne savent pas toujours avec certitude de quelle direction il provient. Souvent, ils ne peuvent pas non plus estimer le temps que prendra un véhicule pour passer. C'est pourquoi les enfants attendent parfois longtemps au bord du trottoir pour laisser passer une voiture qui semble encore très loin pour les adultes. D'autres enfants traversent la route en courant, même si une voiture est déjà dangereusement proche.

Sécurité sur le chemin de l'école: six conseils pour les parents

1 Laissez votre enfant marcher

Inquiets du trafic routier, de plus en plus de parents emmènent leurs enfants à l'école en voiture. "Un enfant sur dix est conduit en voiture, et la tendance est à la hausse. Dans les zones proches des centres-villes et dans les communautés à hauts revenus, ce chiffre atteint un tiers", rapporte le Club suisse des transports (VCS). Mais malgré tous les dangers de la circulation routière, les mères et les pères peuvent rendre un mauvais service à leurs enfants en prenant les taxis de leurs parents. "Les enfants qui ne peuvent pas acquérir des compétences suffisantes en matière de circulation sont plus exposés au risque d'avoir des accidents", avertit le VCS. En outre, les parents créent un chaos routier devant de nombreuses écoles avec leurs voitures, ce qui crée de nouvelles situations dangereuses pour les élèves. Le fait d'être emmené à l'école en voiture est également préjudiciable à la santé des enfants. Ils manquent de l'exercice qui stimule leur circulation et de l'oxygène dont ils ont besoin pour bien se concentrer à l'école.

Cependant, la marche est également une option sûre lorsque les enfants sont seuls sur le chemin de l'école. Les enfants sont beaucoup plus susceptibles d'avoir des accidents en bicyclette ou en scooter.

2 Choisissez le chemin le plus sûr pour vous rendre à l'école, et non le plus court.

Dans quel sens l'enfant doit-il marcher? Marcher dans une rue calme sans trottoir peut être plus risqué que de marcher dans une rue animée sur le trottoir. Traverser une route à forte circulation peut être moins dangereux que de traverser une route calme si le passage à niveau est bien sécurisé - par des passages piétons zébrés, des feux de circulation et des brigadiers, par exemple. Ainsi, le meilleur moyen n'est pas toujours le plus sûr. Si l'enfant veut aller à l'école à pied avec ses amis, il est logique de convenir avec les parents d'un itinéraire aussi sûr que possible.

Les enfants sont spontanés sur le chemin de l'école

Les enfants ne pensent pas toujours au code de la route sur le chemin de l'école. (Photo: zVg/Christine Bärlocher)

3 S'entraîner sur le chemin de l'école déjà pendant les vacances

Il est important, pour la sécurité routière, de marcher et de s'entraîner sur le chemin de l'école avec l'enfant avant le début des cours. En revanche, si vous signalez souvent à votre enfant un comportement incorrect, vous le démotiverez. Il est préférable d'être soi-même un bon modèle, de décrire son propre comportement et de le leur faire connaître. "Nous traversons toujours la route au feu rouge", "Au passage pour piétons, nous attendons que toutes les voitures se soient arrêtées !", "Nous nous arrêtons au bord du trottoir et regardons à gauche-droite-gauche pour voir si une voiture arrive". "Si votre enfant se trouve un jour dans une situation d'urgence, les "radeaux de sauvetage" sont précieux", indique le VCS. "Discutez avec votre enfant des endroits où il peut aller chercher de l'aide à proximité, par exemple la caissière du magasin du village ou une maison où l'enfant peut sonner."

4 Posez des questions

Les enfants aiment répondre aux questions qui commencent par "Que feras-tu si...? Ces questions, qui concernent le chemin de l'école, encouragent l'enfant à jouer mentalement avec les actions possibles et les règles à respecter. "Que faites-vous si vous voyez soudain vos amis de l'autre côté de la route ?", "Que faites-vous si le feu passe au vert et qu'il vous reste quelques pas à faire pour rejoindre la route ?", "Que faites-vous si vous devez attendre longtemps sur la route et qu'il y a encore beaucoup de voitures qui arrivent ?".

5 Assurez-vous de porter des vêtements de couleur claire

"La nuit, les piétons et les cyclistes ont trois fois plus de risques d'avoir un accident que le jour. En cas de pluie, de neige et d'éblouissement, elle peut même être décuplée", explique le Bureau suisse de prévention des accidents (bpa). Les vêtements doivent donc être suffisamment clairs pour que les conducteurs puissent facilement voir l'enfant. Les réflecteurs sur la veste et sur le cartable sont particulièrement utiles pour la visibilité. De nombreux enfants suisses portent donc également un gilet de sécurité lumineux sur le chemin de l'école.

6 Faites partir votre enfant en temps voulu

On fait déjà beaucoup pour la sécurité routière si les parents veillent à ce que leurs enfants partent suffisamment tôt à l'école. Imaginez que l'enfant commence en retard... Dans ce cas, il s'inquiétera d'être en retard en classe. Il va marcher vite, peut-être même courir. Prendra-t-elle le temps de regarder attentivement la route pour voir si la voie est libre? Dans la cohue, le risque que l'enfant ne fasse pas attention à la circulation est beaucoup plus élevé que s'il peut se rendre lentement à l'école.

Logo de la vie familiale

En sécurité à l'école - le guide pour les parents concernés

L'entrée à l'école n'est pas seulement une étape importante pour les enfants, mais aussi pour les parents. Ils doivent transférer des responsabilités et régler la question du chemin de l'école. Le guide de Fussverkehr Schweiz apporte des réponses compétentes à vos questions.

www.schulweg.ch