Facebook Pixel
Enfant

Devenir parent isolé: lorsque le partenaire décède

Le mari de Sandra Ackermann est décédé d'un cancer à très court terme en janvier 2010. Elle est restée veuve avec trois garçons âgés de trois, cinq et sept ans. Dans cette interview, Sandra Ackermann décrit les deux années difficiles qui ont suivi, ses expériences avec les autorités, son environnement personnel, ses enfants et elle-même.

Toute personne qui se retrouve soudainement veuve doit réorganiser sa vie.

Lorsque leur partenaire décède, les veufs et les veuves doivent réorganiser leur vie. Photo: iStockphoto, Thinkstock

Comment les autorités traitent-elles le décès d'un partenaire ?

Mon mari et moi étions mariés depuis 2004, mais nous n'avions pas de contrat de mariage. Si nous en avions eu un, j'aurais été l'unique héritier. Mais de cette façon, mes trois enfants avaient également le droit d'hériter. La moitié du condominium m'appartenait déjà, l'autre moitié à mon mari. De ses 50 %, j'ai hérité de 50 % et les 50 % restants ont été répartis entre mes enfants. L'appartement de vacances en Engadine, par contre, n'appartenait qu'à mon mari ; je n'étais pas inscrite au registre foncier. La moitié m'appartient et l'autre moitié appartient à mes trois enfants.

Si les avoirs dépassent 100 000 CHF, il faut consulter un notaire. Et dans notre cas (car les enfants sont encore mineurs), le représentant de l'Office de protection de l'enfance doit également être impliqué. Elle a dû accepter le contrat d'héritage, le signer et était également présente lorsque l'inventaire d'héritage a été fait ici avec nous. Chaque enfant dispose d'un certain montant sur son compte. Si un achat important s'avère nécessaire et que je ne peux pas le couvrir avec mes revenus, je pourrais prélever de l'argent sur les comptes des enfants, mais toujours en concertation avec l'Office de protection de l'enfance.

Est-ce habituel? Cela correspond à une sorte de paternalisme ?

Oui, c'est le cas lorsque des enfants mineurs héritent afin d'éviter les abus. Le parent pourrait également "dilapider" l'argent qui appartient aux enfants.

Quelle est la procédure concernant les pensions de veuves et de demi-orphelins? La procédure a-t-elle également commencé - comme pour la procédure de succession - immédiatement après le décès de votre mari ?

Logo SVAMV

Pour en savoir plus sur le thème des parents isolés, consultez le site www.einelternfamilie.ch.

Mon mari est décédé en janvier 2010. Je n'ai su définitivement que vers le mois de mai 2010 à combien s'élèveraient les rentes de veuve et de trois demi-orphelins que nous recevrions chacun de l'AVS et de la caisse de pension. J'ai trouvé que c'était long. Heureusement, j'ai bénéficié du maintien de mon salaire pendant trois mois après le décès de mon mari. J'en étais très heureux. Parce que c'était un gros souci - en plus de toute la situation - de ne pas savoir exactement combien d'argent je recevrais. J'aurais aimé le savoir immédiatement. Avec le salaire d'un libraire - même si je travaillais à 100 % - je ne pouvais pas nourrir une famille de quatre personnes. C'est impossible. Heureusement, nous nous en sortons bien et je n'ai pas de soucis financiers. Cela s'explique notamment par le fait que mon mari avait 13 ans de plus que moi et qu'il a donc cotisé plus longtemps à l'AVS et à la caisse de pension.

Comment s'est déroulé le processus concernant les pensions. Avez-vous dû contacter les bureaux concernés ou le processus était-il automatique?

Oui, je n'ai rien eu à faire. Cependant, j'ai contacté l'ancien employeur de mon mari. Le responsable des RH m'a également informée de tout ce qui s'est passé avant le décès de mon mari, dans la mesure où il le pouvait.

Pendant combien de temps vos enfants recevront-ils la pension de demi-orphelins ?

Ils perçoivent ces rentes (AVS et caisse de pension) jusqu'à ce qu'ils aient terminé leur première formation. S'ils font des études, par exemple, ils recevront les pensions jusqu'à l'âge de 25 ans environ.

Pouvez-vous imaginer qu'il y a aussi des cas où ces histoires d'autorité sont plus difficiles ?

Oui, si, par exemple, l'un des parents n'est pas marié. Je suis horrifié rien que d'y penser. Avoir des soucis financiers en plus de toutes les dépressions émotionnelles ! Cela signifie qu'il faut accepter un emploi à au moins 80 %, envoyer les enfants à l'école de jour pendant au moins quatre jours. J'aurais été poussé dans mes derniers retranchements.

Lorsque notre premier enfant, Louis, est né, nous n'étions pas encore mariés. Quand j'ai été enceinte du deuxième enfant, Gilles, j'ai voulu me marier pour me sécuriser.

À votre avis, les autorités pourraient-elles optimiser quelque chose pour les personnes dans votre situation ?

Oui, que l'offre est faite pour mettre quelqu'un à vos côtés. J'ai complètement perdu la trace de toute la paperasse. Je ne savais pas ce que je devais faire en premier, par exemple résilier l'abonnement au téléphone portable de mon mari, supprimer son entrée dans le répertoire, etc. Je devais payer les factures, ce que mon mari avait toujours fait auparavant. Je devais payer les factures, ce que mon mari avait toujours fait auparavant. Heureusement, mon notaire m'a soutenu avec compétence et m'a aidé à mettre de l'ordre dans tous les papiers.

Il y a des situations, comme se rendre au salon funéraire, que je n'ai jamais vécues auparavant. On ne s'attend pas à ça à 38 ans. Heureusement, des amis m'ont accompagné.

En Allemagne, il existe des conseillers en matière de deuil. Si vous le souhaitez, une personne se rend régulièrement au domicile de la famille endeuillée et lui apporte son soutien si nécessaire.

Voudriez-vous qu'un parfait inconnu vienne vous voir alors que vous n'êtes pas bien et que vous êtes en deuil ?

Non, pas ça. Mais il n'est pas nécessaire que ce soit immédiatement après la mort. Je peux imaginer qu'à un moment donné - peut-être après six mois - le besoin de soutien se fera sentir. Il peut être utile de rencontrer quelqu'un qui sait comment faire face à la situation et qui dispose d'un réseau dans ce milieu.

C'est-à-dire, quelqu'un qui sait comment gérer le deuil ?

Oui, parce que j'ai mon propre chagrin. Mais j'ai aussi trois enfants qui sont en deuil. Comment pouvez-vous les aider, comment pouvez-vous les soutenir? De quoi ont-ils besoin? Un simple soutien dans cette situation très difficile pour tous.

Veuf ou veuve: Comment les enfants font-ils face à la mort de leur père ?

Les enfants réagissent très différemment à la mort d'un parent. Photo: © Getty Images, Jupiterimages, Photos.com, Thinkstock

Comment vos enfants font-ils face à la mort de leur père, et aussi à leur mère en deuil ?

Les enfants ont réagi très différemment à la mort de leur père et à mon chagrin, par exemple lorsque j'ai pleuré à nouveau. Au début, ils m'ont serré très fort dans leurs bras. Ensuite, l'aîné et le plus jeune ne voulaient savoir que ce que j'avais (ah c'est à cause de papa) et sont retournés jouer. Gilles, lui, ne me quittera pas tant que je ne serai pas guéri.

Mes enfants sont encore tristes parfois. Noé, le plus petit, a récemment pleuré et demandé pourquoi il ne se souvenait pas de l'apparence de son père. Cela requiert beaucoup d'empathie de ma part.

Comment votre environnement personnel a-t-il réagi à ce décès?

Mes amis m'ont soutenu et accompagné de manière intensive. Mon chagrin n'est pas tabou et ils me demandent aussi sans cesse comment je vais. Un ami, par exemple, est resté chez moi une fois par semaine pendant la première période. Aujourd'hui encore, nous nous réunissons une fois par semaine.

Avez-vous fait l'expérience qu'à un moment donné, vos amis et connaissances ont voulu revenir à la "normalité" et ne plus parler de votre deuil, ou même se sont retirés ?

Non, heureusement, je n'ai pas eu cette expérience. Bien sûr, les gens ont aussi atteint leurs limites, surtout ma mère et ma sœur. Surtout quand je n'en pouvais vraiment plus et que j'ai dû aller dans une clinique pendant cinq semaines.

Qui s'est occupé de vos trois enfants pendant votre séjour à l'hôpital ?

Ma mère vivait avec nous. Elle était soutenue par deux tantes et un voisin. En outre, mes enfants fréquentaient un peu plus souvent l'école de jour à cette époque. Cette période a été incroyablement difficile à vivre pour mes enfants.

En attendant, vous vous occupez à nouveau pleinement de vos enfants?

C'est parfois très difficile car il m'arrive de sombrer dans des moments dépressifs. Et puis le travail de soins est particulièrement difficile. Personne ne peut être un soignant permanent 7 jours sur 7. Je me rends compte que toutes les six semaines, par exemple, j'ai besoin d'un week-end entièrement pour moi.

N'est-il pas évident que vous avez également besoin de temps pour vous?

C'est ce qui me distingue des autres parents célibataires. Là, par exemple, l'enfant est autorisé à rester chez le père un week-end sur deux et pendant certaines semaines de vacances. Cela soulage la mère dans une certaine mesure.

Dans ma situation, il est très compliqué d'accueillir mes enfants. Si je veux me soulager, je dois l'organiser à long terme. Heureusement, nous n'avons pas changé de lieu de résidence, de sorte que mes enfants peuvent continuer à vivre dans leur environnement familier.

Quand une veuve est-elle prête à accueillir un nouvel homme ?

Veuf ou veuve? Quand est-on prêt pour un nouvel amour? Photo: altrendo images, Stockbyte, Thinkstock

Un nouveau partenaire est-il un problème pour vous ?

Oui, j'ai retrouvé un nouveau partenaire assez rapidement. Nous avons appris à nous connaître professionnellement. Il est veuf depuis sept ans et a également trois enfants, bien qu'adultes. Et comme nous avions vécu des choses similaires, il y a eu une connexion émotionnelle dès le départ. Nous avons beaucoup parlé. Il dit que le chagrin - les "trous émotionnels" - passera, que les distances deviendront de plus en plus grandes. Il est en avance sur moi. Il a une grande compréhension.

La différence est que je continue à atteindre mes limites. La charge de travail que je dois accomplir est parfois trop importante pour deux parents. Et maintenant je dois le gérer seule. Et je ne peux pas nier que mon mari me manque encore et encore.

Où va mon amour maintenant? C'était un sentiment fort après la mort de mon mari. Il est important de trouver une contrepartie. C'est un immense bonheur.

Comment vos enfants réagissent-ils à votre nouveau partenaire ?

En fait, j'avais peur de la première rencontre. Mais la rencontre n'a pas été compliquée, il semble qu'ils l'aient accepté. Entre-temps, nous avons trouvé une bonne forme, c'est-à-dire qu'il prend aussi un peu de place dans notre famille.

Vous fréquentez le groupe d'entraide "Aurora" (voir encadré) ?

Je ne vais pas régulièrement aux réunions de ce groupe. Mais l'association organise chaque année une semaine de vacances pour les personnes concernées - cette année à Adelboden. Mon fils Louis, en particulier, est impatient d'y aller ; j'irai avec mes trois fils.

Qu'est-ce qui rend cette offre si intéressante pour votre fils Louis? Est-ce le lieu de vacances d'Adelboden ou le contact avec les enfants de parents isolés ?

Louis s'intéresse beaucoup aux enfants qui n'ont qu'un seul parent. Il m'a également demandé s'il y avait d'autres enfants à l'école qui n'ont plus de père.

Quel est votre plus grand défi depuis la mort de votre mari ?

Pour porter la seule responsabilité de la famille, de tout. J'ai peur de sombrer sous ce fardeau. Je ne peux pas déléguer cette responsabilité, elle reste toujours présente.

Quel conseil donneriez-vous à une femme, un homme dans une situation similaire à la vôtre ?

Apprendre à admettre que l'on ne peut pas tout faire tout seul. Et cela signifie concrètement: accepter de l'aide, ne pas vouloir tout faire soi-même. Ne pas s'attendre à ce que l'aide vienne d'une seule personne, mais de différentes personnes. Cela ouvre de nouvelles possibilités. Un deuxième conseil est d'initier l'aide de manière préventive et pas seulement lorsque la crise est là.

Association AURORA: Centre de contact et d'information pour les veuves avec enfants

L'objectif de l'association est de soutenir, de conseiller et d'accompagner les personnes dans leur parcours difficile. Toute personne qui est abandonnée de manière inattendue par son partenaire de vie, que ce soit à la suite d'un accident, d'une maladie ou d'un suicide, est confrontée à un flot de problèmes. Ces préoccupations sont prises en compte par AURORA . L'expérience est particulièrement douloureuse lorsque les parents, les amis et les voisins ont également du mal à les approcher. L'association AURORA propose son aide aux personnes concernées. Les veuves avec des enfants mineurs ont uni leurs forces ici. Il est très important que les enfants fassent l'expérience qu'il y a d'autres personnes dont le papa ou la maman est décédé. Les vacances passées ensemble sont un événement important. Les enfants s'aident et se soutiennent mutuellement, échangent leurs expériences... L'association se considère comme un lobby pour les mères et les pères veufs et leurs enfants mineurs. Elle veut promouvoir la compréhension dans la société des problèmes et des préoccupations de ces personnes.

Contact : Fliederweg 21, 4303 Kaiseraugst, Tél. 055 440 85 70, www.verein-aurora.ch

Il existe différents groupes régionaux dans toute la Suisse.

Auteur: Esther Kälin Plézer, Source: Publié dans EinElternForum 2/2012, édité par: Association suisse des mères et pères célibataires SVAMV, Caritas Berne, Eglises réformées Berne-Jura-Soleure, Association frabina Centre de consultation pour femmes et couples binationaux. www.einelternforum.ch