Facebook Pixel
Grossesse

Avortement en cas de grossesse non désirée

Avortement en cas de grossesse non désirée

Lorsque les femmes tombent enceintes de manière inattendue ou au mauvais moment, certaines envisagent d'avorter. Ce n'est pas une décision facile à prendre, car l'avortement n'est pas réversible.

Une femme doit réfléchir à deux fois avant d'avorter.

La décision d'avorter un enfant n'est pas facile à prendre pour beaucoup.Image: golibo, Getty Images

Le test de grossesse est positif. Immédiatement, le cœur de la mère se met à battre, on achète mentalement les premières grenouillères pour bébé et on imagine un éventuel prénom. Mais toutes les femmes ne ressentent pas ce genre d'émotions. Pour certaines, la certitude d'être enceinte est un choc. "Il y a plusieurs raisons", comme le dit Anne-Marie Rey, éminente militante pour la dépénalisation de l'avortement, dans une interview accordée à la Basler Zeitung. "Les problèmes de partenariat et financiers jouent un rôle important. Mais plus de 50 pour cent des avortements sont dus à un échec de la contraception. Et une femme qui a utilisé un moyen de contraception ne veut pas renoncer à son droit à l'autodétermination simplement à cause d'un préservatif qui a éclaté". En 2009, selon l'Office fédéral de la statistique, 10'137 interruptions de grossesse ont été pratiquées sur des femmes résidant en Suisse.

Dans les 12 semaines suivant le début des dernières règles, l'interruption de grossesse n'est pas punissable (art. 119-120 du Code pénal suisse). La femme doit déclarer par écrit, avec signature, qu'elle se trouve dans une situation de détresse. Concrètement, cela signifie qu'une femme peut décider elle-même si elle souhaite ou non porter son enfant. Le médecin traitant a le devoir d'écouter la patiente, de la conseiller et de lui remettre une liste de centres de consultation. Après la 12e semaine de grossesse, l'avortement n'est pas punissable si, selon l'avis d'un médecin, il est nécessaire "pour écarter de la femme enceinte le danger d'une atteinte grave à son intégrité physique ou d'une situation de détresse morale grave", dit le code pénal. Conformément à la loi fédérale sur l'assurance-maladie, l'assurance obligatoire des soins prend en charge les coûts de l'intervention en cas d'interruption de grossesse non punissable. La franchise et la quote-part doivent être prises en charge par l'assurée.

Des points de vue différents

Peu de sujets échauffent autant les esprits et suscitent des réactions aussi diverses que la question de savoir si l'interruption volontaire de grossesse est éthiquement correcte et justifiable.

En tant qu'auteure de cet article, j'ai constaté dans mon cercle d'amis et de connaissances à quel point ce sujet polarise. Comment même des femmes qui sont intimement amies peuvent littéralement se déchirer sur leurs points de vue différents. Une femme qui a elle-même perdu un bébé à la suite d'une fausse couche a déclaré: "Comment la loi peut-elle autoriser un avortement jusqu'à la 12e semaine de grossesse? J'ai perdu mon enfant à peu près à ce moment-là. À l'hôpital, j'ai pu regarder l'embryon mort et lui dire au revoir. C'était déjà un être humain avec des petits bras, des pieds et une tête. Pour moi, c'est un meurtre de tuer un être humain, même s'il n'a qu'une forme miniature". Le contre-argument était le suivant: "Vaut-il mieux mettre au monde un enfant qui n'est pas désiré et qui n'est peut-être pas aimé par sa mère? Et peut-être promis à un destin difficile" ?

Le troisième avis portait moins sur l'enfant que sur le rôle de la femme: "Je pense qu'il est impératif que les femmes aient le choix. Après tout, il s'agit aussi de leur corps et de leur vie. La femme enceinte doit avoir le droit de décider si quelque chose peut grandir dans son corps et si elle veut être mère toute sa vie à partir de la naissance. Alors pourquoi faire passer la vie de l'enfant avant celle de la mère" ?

Une personne concernée raconte

Petra (nom modifié), 45 ans, mariée et mère de deux adolescentes

"J'ai toujours remarqué mes grossesses immédiatement. Je me sens très mal et mon odorat change énormément. Ainsi, il y a trois ans, ces deux signes m'ont tout de suite inquiétée. Je suis allée chez le gynécologue le jour même. Il m'a confirmé mes soupçons - enceinte à 42 ans. Mon mari et moi venions de construire une maison et nous étions très endettés.

Mon sentiment a tout de suite été clair: je ne peux pas avoir cet enfant, je ne pourrai plus être une bonne mère pour lui. J'ai compris que je n'avais pas cette force, ni psychiquement ni physiquement. J'ai pris conscience qu'après la naissance, je ne pourrais plus être à la hauteur de personne, ni de cet enfant, ni de mes deux filles, ni de mon mari, ni bien sûr de moi-même. Ce n'était pas une décision facile, j'ai pleuré, j'ai parlé à cet enfant à naître. Lui ai expliqué pourquoi je ne pouvais pas l'accepter et me suis excusée pour cela. Très vite, j'ai pris rendez-vous pour l'interruption de grossesse, je ne voulais pas vraiment sentir l'enfant. Deux jours avant le rendez-vous, j'ai commencé à avoir de forts saignements. À l'hôpital, j'ai eu la certitude que j'avais perdu mon enfant de manière naturelle. Je suis convaincue que nous avons travaillé ensemble. Mon enfant et moi. Il a senti qu'il était arrivé au mauvais moment et que sa maman ne pouvait pas l'accepter. Il a donc décidé de partir de lui-même. Je suis très reconnaissante d'avoir été épargnée par l'avortement. Cependant, je pense qu'il est très important que les femmes aient cette possibilité".

L'interruption de grossesse ne présente pas de risque pour la santé. Seules quelques femmes présentent des complications de santé après une IVG instrumentale. Si de la fièvre, des douleurs ou des saignements importants apparaissent après l'intervention, il convient de contacter un médecin. Après une intervention médicamenteuse, des nausées, des douleurs, des diarrhées ou même des saignements sont possibles. Chez certaines femmes, des problèmes psychiques apparaissent après l'interruption de grossesse. Il est recommandé de ne pas ignorer ces sensations ou de les considérer comme exagérées. Peut-être qu'un entretien chez le gynécologue peut déjà aider. Si ce n'est pas le cas, il convient de contacter un psychologue ou un centre de consultation spécialisé.

Méthodes

L'interruption de grossesse peut être pratiquée de deux manières différentes - par voie médicamenteuse ou chirurgicale.

Interruption de grossesse par voie médicamenteuse

Les médicaments permettent de stopper le développement de l'embryon. Pour ce faire, trois comprimés de Mifegyne sont pris dans le cabinet du médecin traitant. Lors du deuxième rendez-vous, une faible dose de l'hormone prostaglandine est administrée (sous forme de comprimés par voie orale ou introduite dans le vagin). Des contractions de l'utérus sont ainsi déclenchées pour que l'embryon soit expulsé. La femme peut généralement quitter le cabinet après trois ou quatre heures. Un rendez-vous de suivi est nécessaire.

Interruption chirurgicale de la grossesse

L'interruption chirurgicale de grossesse se fait généralement en ambulatoire. Une anesthésie locale ou générale est possible. L'embryon est alors aspiré. L'utérus est ensuite raclé pour éliminer les restes de tissus. La plupart des femmes peuvent rentrer chez elles après deux ou trois heures.

La "pilule du lendemain

La "pilule du lendemain" est une possibilité d'éviter immédiatement une éventuelle grossesse (rapport non protégé, préservatif qui a éclaté). Il existe différentes préparations à cet effet. L'une d'entre elles (p. ex. Norlevo) doit être prise dans les 72 heures suivant le rapport sexuel, l'autre (EllaOne) est efficace jusqu'à 5 jours après. Plus les comprimés sont pris rapidement, plus les chances d'empêcher la grossesse sont élevées. Cette méthode est destinée aux cas d'urgence et ne convient en aucun cas à une contraception régulière.

Le mieux est certainement de ne pas se retrouver dans cette situation. C'est pourquoi une méthode de contraception fiable devrait aller de soi pour toute femme sexuellement active. Dans tous les cas, une contraception sûre doit être utilisée au plus tard après l'avortement. Le gynécologue vous conseillera volontiers à ce sujet.

Vous pouvez obtenir encore plus d'informations auprès de l'Association suisse pour l'interruption de grossesse (ASIP).