Facebook Pixel
Grossesse

Ce que vous devriez réellement faire dans les dernières semaines avant l'accouchement

Durant les dernières semaines de la grossesse, le temps semble s'être arrêté. Bien que vous souhaitiez maintenant accoucher: Seul un utérus prêt à accoucher assure les contractions nécessaires. Nicole Widmer, sage-femme, explique pourquoi il est justement important de s'extraire du travail quotidien, pourquoi un cours de préparation à l'accouchement n'est pas nécessaire et pourquoi vous ne devriez révéler à personne la date prévue.

Quand le bébé va-t-il arriver? Une femme enceinte regarde avec inquiétude une grande horloge

D'un jour à l'autre, le moment peut arriver... Les dernières semaines avant l'accouchement sont un véritable test de patience. Image: nicoletaionescu, GettyImages Plus

Leventre est énorme, le quotidien est de plus en plus difficile, le sommeil est loin d'être réparateur... ce bébé pourrait vraiment commencer à arriver ! Les quatre dernières semaines avant la naissance sont souvent dures comme du chewing-gum. Le temps n'avance guère. Chaque tiraillement est enregistré, interprété, googlé, tout pourrait indiquer l'imminence de la naissance. Et le lendemain, on se réveille... et il n'y a toujours pas de bébé.

La date de l'accouchement est l'un des grands mystères de la grossesse. Rares sont les bébés qui viennent au monde à la date prévue pour l'accouchement. Et si aucune césarienne ou date de déclenchement n'a été fixée, personne ne peut prédire quand le grand jour aura lieu. Certes - il y a quelques signes incertains du début de l'accouchement comme la perte du bouchon muqueux ou les contractions descendantes ou l'affaissement du ventre. Mais toutes les femmes ne les ont pas et aucun de ces symptômes ne permet de savoir quand le travail de dilatation va commencer. Par exemple, après la perte du bouchon muqueux, il peut s'écouler encore deux bonnes semaines avant que le bébé ne se mette en route.

Gardez la date de naissance pour vous

C'est pourquoi je conseille toujours aux couples enceintes de garder pour eux la date prévue de l'accouchement. Il suffit d'annoncer à l'entourage que le moment est probablement venu mi-avril. Ou alors, ajoutez encore deux semaines ! En tant que sage-femme, je trouve que c'est une source de stress si la future maman reçoit chaque matin dix messages lui demandant si le bébé est déjà né.

Les dernières semaines, les femmes enceintes devraient en effet ralentir. Outre le fait que la nature est très intelligente et que l'on devient de toute façon très lent vers la fin de la grossesse, il est également temps de se préparer mentalement à la parentalité à venir. En effet, dans la période à venir, tout va avancer très, très lentement, à petits pas de bébé pour ainsi dire.

Prendre soin de son âme: pourquoi le temps de méditation est si important en ce moment

Mon conseil est de profiter des quatre dernières semaines. Oui, on ne peut presque plus l'entendre à la fin, mais c'est vraiment le cas. En tant que sage-femme, je souhaite que la grossesse prenne place dans votre quotidien. Sortez de la roue du hamster du travail et entrez dans la lenteur dont on a tout simplement besoin en tant que parents. Je recommande à toutes les femmes de ne plus travailler à partir de la 37e semaine. Vous donnerez ainsi à l'événement à venir la place et le temps dont il a besoin.

En outre, j'établirais une liste de choses à faire. On pourrait y inscrire par exemple: Se faire les ongles sans être dérangé, faire une sieste, regarder la télévision pendant des heures, faire une longue promenade à l'air libre, lire un bon livre... Prenez le temps de profiter encore une fois d'un peu de temps libre. Je trouve également qu'il s'agit d'une belle idée: écrire une lettre à son partenaire, la conserver et ne la transmettre que lorsque le bébé est déjà né depuis quelques semaines ou quelques mois.

Le corps aussi a besoin d'amour maintenant

Mais il n'y a pas que mentalement que vous devriez prendre soin de vous dans les dernières semaines avant l'accouchement. Donnez également à votre corps un peu d'amour et de soins ! Huilez votre ventre, procurez-vous des bas de contention, buvez un bon thé de grossesse ou prenez un bain de lavande apaisant avant de dormir.

Vous êtes déjà accompagnée par une sage-femme? C'est super ! Demandez-lui conseil contre des troubles tels que les brûlures d'estomac ou la rétention d'eau. Contrairement à de nombreux gynécologues, la sage-femme a du temps à vous consacrer et connaît souvent de bons conseils et astuces contre les troubles de la grossesse.

Accoucher, c'est aussi possible sans cours de préparation

Je vous promets que si vous prenez soin de votre corps, de votre âme et de votre esprit, vous serez également bien préparée à l'accouchement. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de suivre un cours de préparation à l'accouchement. Vous pouvez très bien accoucher sans en avoir suivi un, et vous savez très bien respirer toute seule depuis de nombreuses années. Et si vous souhaitez tout de même suivre un cours, je vous conseille d'opter pour un cours qui traite non seulement de l'accouchement, mais aussi de votre rôle qui va changer, de la vie de couple et des futurs défis quotidiens.

Ce que je trouve presque plus important que le cours de préparation à l'accouchement, c'est un cours de secourisme pour enfants. La Croix-Rouge en propose - également en ligne ! Et si vous aimez lire, vous pouvez aussi merveilleusement vous préparer à ce grand événement avec des livres d'Ingeborg Stadelmann, Ina May Gaskin ou Nicola Schmid !

Et malgré tous les conseils et astuces, c'est quand même le corps qui dicte le moment. Seul un utérus "prêt à accoucher" provoque vraiment des contractions. C'est pourquoi: ne vous affolez pas, accordez-vous du temps et du calme et laissez les hormones faire leur travail. Et malgré toute votre impatience, n'oubliez pas que vous y serez bientôt ! Aucun bébé n'est encore resté dedans.

Nicole Widmer

Nicole Widmer est sage-femme de formation et infirmière spécialisée dans l'enfance, la jeunesse, la femme et la famille. Depuis 2015, elle a travaillé à l'hôpital en maternité stationnaire et dans un service prénatal, ainsi qu'en tant qu'indépendante. Au printemps 2020, elle s'est mise totalement à son compte. En tant que sage-femme, elle soutient les familles avec un engagement total et un grand cœur. Car cette femme de 35 ans est une femme d'action et une optimiste. En outre, elle aime le Nutella et les listes. Et bien sûr, sa famille !

Plus d'informations sur l'offre et d'autres articles de Nicole Widmer.