Facebook Pixel
Grossesse

Eclampsie: l'intoxication gravidique menace la vie de la mère et de l'enfant

Eclampsie: l'intoxication gravidique menace la vie de la mère et de l'enfant

Hypertension, maux de tête et gonflements des mains et des pieds: Toute personne souffrant de ces symptômes pendant sa grossesse doit rapidement consulter son gynécologue. Il pourrait s'agir d'une intoxication gravidique. En réagissant rapidement, il est possible d'éviter ce que l'on appelle une éclampsie et donc de graves dommages pour l'enfant à naître. Vous apprendrez dans cet article pourquoi une intoxication gravidique se produit et comment reconnaître une éclampsie.

Eclampsie: en cas d'intoxication gravidique, la tension artérielle doit être mesurée régulièrement.

Une tension artérielle élevée comme premier signe: En cas d'intoxication gravidique, la femme enceinte doit être examinée régulièrement et suivie de près. Image: GettyImages Plus, PeopleImages

Vous avezcertainementdéjà entendu l'expression "empoisonnement de la grossesse". C'est ainsi que l'on appelle l'éclampsie dans le langage populaire. Il ne s'agit pourtant pas d'une intoxication au sens traditionnel du terme, mais d'une maladie de l'organisme pendant la grossesse, qui s'accompagne d'une hypertension et qui peut, dans le pire des cas, provoquer une insuffisance rénale et hépatique ainsi que des convulsions dangereuses chez la femme enceinte. Les médecins parlent d'ailleurs souvent de "gestose", mais ce n'est qu'un terme générique pour désigner les maladies survenant pendant la grossesse.

L'éclampsie peut survenir tout au long de la grossesse. Au plus tôt cependant, au cours de la deuxième semaine, mais aussi pendant le post-partum, parfois même 14 jours après l'accouchement. L'intoxication gravidique peut entraîner un accouchement prématuré et provoquer de graves handicaps chez l'enfant. La gestose est d'ailleurs assez fréquente, avec une probabilité de trois à cinq pour cent, et peut, dans les cas graves, nécessiter une hospitalisation de la femme enceinte. Mais pas si la maladie est détectée à temps et traitée dès ce stade précoce, également appelé pré-éclampsie.

Ces signes indiquent une pré-éclampsie

Les premiers signes de développement d'une intoxication gravidique apparaissent dès la phase de pré-éclampsie. Ainsi, les femmes souffrent d'hypertension pendant la pré-éclampsie. L'hypertension peut entraîner des complications pour la future mère et pour l'enfant et doit être surveillée de près. Un taux élevé de protéines dans les urines est également un signe de pré-éclampsie, ce symptôme est appelé protéinurie. Outre la protéinurie, la patiente fait souvent de la rétention d'eau. Une prise de poids rapide est également possible.

La tension artérielle et l'urine permettent donc de détecter les premiers signes de la gestose dès les premières semaines de grossesse. "Dans un à deux pour cent de toutes les grossesses, une pré-éclampsie sévère débute déjà avant la 35e semaine de grossesse et présente alors de nombreuses complications pour la mère et l'enfant", écrit le Prof. Ernst Beinder, du département de gynécologie de l'Hôpital universitaire de Zurich, dans une brochure d'information sur la pré-éclampsie destinée aux femmes enceintes.

Si les symptômes permettent d'identifier la maladie au stade de la pré-éclampsie, une surveillance étroite par le médecin est généralement suffisante pour s'assurer que la mère et l'enfant se portent bien. Si vous vous rendez régulièrement à des examens préventifs, vous devriez demander conseil à votre gynécologue dès les premiers signes.

Quel traitement est efficace?

Une gestose a été diagnostiquée chez vous? Le médecin va maintenant examiner régulièrement votre sang et votre tension artérielle: Le nombre de molécules produites par le placenta est surveillé par des analyses de sang régulières. En présence d'une hypertension gravidique, une nette augmentation de la concentration dans le sang est décelable. Les stades préliminaires de la maladie de la grossesse se traitent généralement bien avec des médicaments, de sorte que la grossesse peut être poursuivie. On utilise d'abord des antispasmodiques, comme le magnésium, et des examens gynécologiques réguliers permettent souvent d'éviter l'éclampsie. Lors de chaque examen de grossesse, un échantillon d'urine est également prélevé afin de surveiller la protéinurie et de vérifier l'absence de rétention d'eau.

Quand la pré-éclampsie se transforme en éclampsie

Un traitement précoce est important ! Si rien n'est fait au cours de la première phase, l'éclampsie continue à progresser et met en danger la grossesse et l'enfant. Les signes avant-coureurs de l'éclampsie sont des maux de tête, des fibrillations oculaires et souvent des nausées et des vomissements ainsi que des troubles neurologiques. La gestose proprement dite se caractérise par des convulsions pouvant aller jusqu'à la perte de conscience de la patiente. Dans le pire des cas, cela peut entraîner ce que l'on appelle le syndrome HELLP. Le syndrome HELLP se caractérise en outre par un dysfonctionnement du foie. La femme enceinte souffre de douleurs abdominales. De telles crises d'éclampsie sont toutefois très rares dans les pays industrialisés comme la Suisse. En cas de maladie grave, il faut agir rapidement.

La femme enceinte doit alors se rendre à l'hôpital et accoucher par césarienne. Dans ce cas, le déclenchement prématuré de l'accouchement et la délivrance de l'enfant sont malheureusement la seule possibilité d'éviter des dommages pour la mère et l'enfant. L'éclampsie après l'accouchement est plus rare et ne peut être traitée que par des moyens traditionnels et une surveillance médicale intensive de la patiente. La gestose se résorbe d'elle-même dans les six semaines suivant l'accouchement.

Causes de l'intoxication gravidique

Les causes de la pré-éclampsie sont encore largement inconnues. Les principaux médecins pensent que l'organisme de la mère est très fortement sollicité par la grossesse, ce qui entraîne un déséquilibre du métabolisme.

Dans des conditions particulières, les femmes enceintes peuvent être sujettes à une intoxication gravidique. Il s'agit notamment de maladies préexistantes telles que le diabète sucré, les maladies rénales chroniques et l'hypertension artérielle chronique. Le surpoids de la mère ainsi qu'une grossesse multiple peuvent également en être la cause. Une accumulation familiale a également été observée. Des découvertes récentes suggèrent que la pré-éclampsie pourrait être une réaction auto-immune de la future mère. L'ADN de l'enfant à naître peut souvent être détecté dans le sang de la mère.