Facebook Pixel
Grossesse

Comment ça se passe quand l'accouchement est provoqué ?

Si le bébé est arrivé à terme, que le liquide amniotique est faible ou que le rythme cardiaque est en baisse, les médecins recommandent souvent de déclencher le travail. Mais qu'arrive-t-il au corps de la femme pendant le déclenchement du travail? Et comment l'enfant se sent-il? Deux mères témoignent de leurs expériences.

Qu'est-ce que ça fait de provoquer un accouchement: Les mères parlent de leurs expériences.

Enfin vous êtes là ! Les femmes dont le travail est provoqué artificiellement sont plus susceptibles de vivre un accouchement traumatique. Photo: iStock

En Suisse, près d'une naissance sur cinq est provoquée. C'est deux fois plus que ce que recommande l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et même beaucoup plus souvent que ne le souhaiteraient les futurs parents. Les craintes liées à l'accouchement provoqué sont-elles justifiées? Ou est-ce un bon moyen de donner un coup de pouce à la nature? Et que ressent-on réellement lorsque le corps est incité par des hormones artificielles à déclencher le travail ?

Deux mères nous ont parlé de leur expérience du déclenchement du travail. Tous deux ont donné naissance à leurs enfants à l'hôpital universitaire de Zurich.

Protocole d'une induction de naissance: Diana* (30 ans), une fille (49 cm, 3340 g)

"Je n'avais pas le sentiment que le bébé devait absolument sortir maintenant."

C'était une bonne grossesse. Ou disons que c'était bien. J'avais un léger diabète gestationnel, des douleurs dorsales croissantes et il faisait beaucoup trop chaud en août. Mais je n'avais pas le sentiment que le bébé devait absolument sortir maintenant. En fait, j'avais un peu peur de la naissance. C'est pourquoi j'ai été surprise lorsque mon gynécologue m'a dit, le jour de mon accouchement, que mon liquide amniotique était faible et que je devais accoucher bientôt.

"Que signifie l'induction d'ailleurs ?", ai-je demandé. J'avais déjà eu affaire à des accouchements à domicile, dans l'eau et sur le tabouret inca, mais pas au fait que mon corps pouvait avoir besoin d'aide pour donner envie à mon enfant de sortir.
Le gynécologue m'a expliqué qu'on me donnerait des hormones qui favoriseraient le travail. "Et combien de temps cela va-t-il prendre ?", ai-je voulu savoir. Elle a dit que c'était impossible à prévoir, que tout était possible entre un jour et cinq jours. Malgré les progrès de la médecine, on ne sait toujours pas exactement ce qui déclenche une naissance.

Alors pourquoi font-ils de l'induction, ai-je demandé. Parce que personne ne veut prendre de risque, a-t-elle dit. Je souffrais de diabète gestationnel (mon enfant pesait environ 3000 g à la date prévue pour la naissance) et le liquide amniotique s'épuisait. Cela ne m'a pas du tout rassuré.

Quand le déclenchement du travail est-il médicalement indiqué?

  • en cas d'aggravation des complications de la grossesse membranes (pré-éclampsie) sans déclenchement naturel du travail.
  • de SSW 42 en raison du risque de transmission
  • alimentation insuffisante du bébé par le cordon ombilical
  • en cas de maladie de la mère ou de l'enfant
  • pour éviter une césarienne d'urgence

Devrais-je provoquer un accouchement parce que mon gynécologue n'a pas voulu prendre de risques? Cela faisait-il de moi une mauvaise mère, de ne pas vouloir tout faire pour éviter tout risque? J'ai douté, j'ai cherché sur Internet, je n'arrivais pas à me décider sur ce qu'il fallait faire. Dès lors, le contrôle s'est échappé.

"Je voulais m'éloigner de la CTG, ça me pinçait et me démangeait".

J'ai dû me rendre chez mon gynécologue les deux jours suivants pour mesurer les battements de mon cœur (CTG). Puis elle m'a envoyé à l'hôpital universitaire. Là, elle a mesuré à nouveau les tonalités cardiaques, tout était bien, mais le médecin a dit qu'elle allait quand même provoquer l'accouchement. Malheureusement, il n'y avait pas de place pour le moment. Je devrais rentrer chez moi, faire mon sac et attendre l'appel. L'appel n'est pas venu, pas pendant trois jours. Puis mon téléphone a sonné à 6 heures du matin et on m'a dit de venir immédiatement.

Le fait qu'ils pouvaient très bien prendre le risque de me faire attendre pendant des jours augmentait mes doutes. Je devais accoucher aujourd'hui car une salle d'accouchement était libre. Ce n'était pas comme je l'avais imaginé. Mais ça ne s'est pas passé comme ça non plus. Pas aujourd'hui.

Mon mari et moi sommes allés directement à l'hôpital. Là, j'ai été examiné à nouveau. Col de l'utérus ouvert de zéro centimètre. Le cœur, ça sonne bien. Ils vont maintenant commencer l'initiation.
La sage-femme m'a mis sous perfusion pour me donner de l'ocytocine par voie intraveineuse et m'a gardé connecté en permanence au CTG.

Il ne s'est rien passé de toute la matinée. Ce n'est qu'en fin d'après-midi que j'ai ressenti de légères contractions, mais mon col ne s'est pas ouvert d'un centimètre avant la fin de la soirée. Je m'ennuyais, je voulais m'éloigner du CTG qui me pressait et me démangeait. Pour me distraire, mon mari a joué à "Qui suis-je ?" avec moi.
Il a été décidé d'arrêter la perfusion d'ocytocine pour la nuit et de la reprendre le matin. Mon mari est rentré chez lui, la sage-femme aussi. Et je suis restée seule dans la salle d'accouchement toute la nuit.

"Abandonné par les sages-femmes et les médecins".

Le lendemain, la sage-femme est venue me dire qu'elle allait me donner une double dose d'ocytocine. Personne ne m'a demandé si je voulais ça. J'ai juste trébuché, mais je n'ai rien dit non plus. En fin de matinée, des contractions plus fortes ont lentement commencé. J'ai pensé, c'est bien. Maintenant, ça va commencer. Mais ça ne l'était pas. Les contractions étaient de plus en plus fortes, mais mon col de l'utérus ne s'ouvrait qu'à la vitesse d'un escargot.

À un moment donné, la sage-femme est entrée et a baissé le volume de l'enregistreur de contractions, qui enregistrait la force de mes contractions. Elle a dit que la hauteur de la courbe n'était pas importante, seule la fréquence l'était. Puis la sage-femme a posé sa main sur mon dos et m'a dit que je pouvais avoir de l'huile aromatique pour la douleur.

La douleur était la pire que j'avais connue jusqu'alors. Bien que mon mari m'ait tenu la main et m'ait soutenue autant qu'il le pouvait, je me sentais seule, abandonnée par les sages-femmes et les médecins. Personne ne m'avait expliqué que les déclenchements du travail sont généralement plus douloureux et que des anomalies telles que des contractions trop fréquentes et trop fortes peuvent se produire. Je ne l'ai découvert que bien plus tard.

"Vous n'êtes pas si pleurnichards après tout"

Comme l'accouchement était évidemment encore loin, mais que les contractions étaient de plus en plus fortes et insupportables pour moi, j'ai demandé une péridurale vers 14 heures. Au début, ils ont essayé de m'en dissuader parce que cela pouvait retarder l'accouchement, mais au bout d'une heure, l'anesthésiste est arrivé. L'enseignement devait être interrompu toutes les deux minutes car je me tordais de douleur et je n'étais pas réceptif. J'ai signé, en quelque sorte. La péridurale a failli mal tourner parce que je me suis levée d'un coup sec au moment crucial à cause d'une contraction.

Mais ensuite, tout s'est bien passé. Je suis restée sous perfusion, mais les fortes contractions ont cessé et le col de l'utérus a commencé à s'ouvrir à intervalles plus rapides. L'accouchement s'est ensuite déroulé sans complications et relativement rapidement, même sans une autre péridurale.

Le médecin, que je n'avais pas vu du tout jusqu'à dix minutes avant l'accouchement, a recousu ma légère blessure de naissance à 20h30 sans anesthésie locale. Et elle m'a dit: "Vous n'êtes pas si pleurnichard !

Vous pouvez lire comment Caroline s'en est sortie à la page suivante.

Les expériences de déclenchement du travail varient considérablement, mais les mères font souvent état de contractions relativement fortes et d'expériences d'accouchement traumatisantes.

Il faut faire preuve de patience. Le temps nécessaire pour que le travail commence après le déclenchement du travail est très variable. Photo: iStock

Protocole d'un déclenchement du travail: Caroline (35 ans), deuxième enfant (47 cm, 2950 g)

"Personne ne m'a demandé si je voulais ça"

En fait, je voulais un accouchement dans l'eau. D'une certaine manière, j'avais imaginé une naissance plus belle. L'eau est ensuite arrivée à une aire de jeux intérieure. J'ai perdu les eaux deux semaines avant la date prévue. Mais je n'avais pas encore eu de contractions. J'ai donc cherché sur Google: si mes eaux éclatent prématurément, il y a un risque accru d'infection et je dois aller directement à l'hôpital. Comme j'étais déjà un peu plus expérimentée après un accouchement, je suis d'abord allée à la pharmacie pour acheter des pansements de gaze épaisse, puis à la maison. J'ai pris une douche confortable, j'ai calmement préparé mon sac pour l'hôpital, et ce n'est qu'ensuite que je suis partie avec mon mari.

"Je ne veux pas provoquer l'accouchement", ai-je dit au médecin. Rien ne se passerait sans mon consentement. Maintenant, je devrais rester à l'hôpital pour une nuit en observation, peut-être que la naissance commencera d'elle-même d'ici là. Puis elle a hoché la tête, m'a tapoté l'épaule et m'a dit: "Nous verrons bien" et est partie.

J'ai été transféré dans le service. Avec les femmes en travail, celles qui ont été poussées dans la salle d'accouchement, celles qui ont reçu des médicaments pour déclencher le travail, celles qui ont été réveillées toutes les trois heures pour être contrôlées. Je n'ai pas dormi. Le lendemain matin, on m'a donné un suppositoire de prostaglandine. Ça adoucit le col de l'utérus. Ils vont maintenant commencer lentement l'induction. Personne ne m'a demandé si je voulais cela, cela a simplement été décidé. Mais je n'ai pas résisté non plus. On m'a aussi donné le médicament suivant et celui d'après. Il ne s'est rien passé de la journée, à part des CTG et des palpations cervicales régulières. Mon mari et ma fille m'ont rendu visite à l'hôpital comme si je m'étais cassé la jambe.

"Puis j'ai senti la tête de mon bébé se presser sur mes genoux".

Le lendemain après-midi, j'ai monté et descendu les escaliers de l'hôpital. Je voulais avoir le bébé maintenant, je voulais rentrer à la maison auprès de mon mari et de ma fille, je voulais pouvoir à nouveau dormir la nuit. Puis j'ai senti la petite tête de mon bébé se presser sur mes genoux. Ça commencerait bientôt. J'étais heureux.

Lorsque je suis retournée dans ma chambre à cinq heures pour le contrôle prévu et le suppositoire suivant, personne n'est venu. Ce n'est que deux heures plus tard qu'on m'a dit qu'ils arrêtaient maintenant le déclenchement du travail. Toutes les salles d'accouchement étaient occupées. La femme à côté de moi a demandé une péridurale. L'anesthésiste est venu tard dans la nuit.

Le lendemain matin, on m'a réveillée à six heures et emmenée en salle d'accouchement. Au lieu des suppositoires mous, on m'a donné une perfusion contraceptive. À huit heures, j'ai commencé le travail confortablement. À neuf heures, les contractions sont devenues plus douloureuses, mais supportables. À dix heures et demie, la douleur était si forte que j'ai demandé une péridurale. Ça n'est jamais arrivé. Une demi-heure plus tard, notre enfant est né. Parfaitement sain.

Les risques et effets secondaires les plus courants du déclenchement du travail

Les accouchements provoqués sont généralement plus douloureux que les accouchements naturels car la production d'endorphines est insuffisante en raison de l'ajout artificiel d'hormones favorisant le travail. Elle peut également entraîner une surstimulation du travail. Le corps produit des contractions trop fortes et trop fréquentes. Les enfants peuvent réagir au déclenchement du travail par le stress. Cela rend plus probables d'autres interventions telles que les péridurales et les césariennes.

Risques et effets secondaires selon l'hôpital universitaire de Zurich

Mère :

  • Déroulement perturbé de la naissance avec anomalie du travail avec contractions continues (dystocie)
  • retardement de l'accouchement accouchement de plus de 18 heures
  • expérience traumatisante à la naissance
  • Probabilité accrue de césarienne
  • Rupture de l'utérus (rupture utérine)

Enfant :

  • Pathologies CTG (rythme cardiaque)
  • Anomalies de position (position défavorable de l'enfant pour la naissance)

Selon une étude désormais fréquemment confirmée portant sur plus d'un million de naissances examinées par Clarissa M. Schwarz et Beate A. Schücking (Adieu, naissance normale, 2004), les femmes dont le travail a été déclenché ont subi plus fréquemment d'autres interventions que celles dont le travail a débuté naturellement.

Probabilité d'autres interventions après le déclenchement du travail

  • presque deux fois plus souvent un PDA
  • presque deux fois plus souvent un retard d'accouchement ou un arrêt de naissance dans la période d'ouverture
  • Utilisation 60% plus fréquente d'autres ocytociques au cours du travail
  • ast deux fois plus souvent une césarienne non planifiée
  • l'accouchement par voie vaginale au moyen d'une ventouse ou de forceps est 30 % plus susceptible de se produire
  • Augmentation presque deux fois plus fréquente des saignements postopératoires

*Les noms ont été modifiés par les rédacteurs.