Facebook Pixel
Grossesse

Bactéries pour le nouveau-né: l'ensemencement vaginal est-il plus qu'une tendance ?

L'ensemencement vaginal est une tendance en obstétrique qui se répand lentement des États-Unis et de l'Australie vers l'Europe. Après la naissance, le bébé issu d'une césarienne est frotté avec les sécrétions vaginales de la mère. Cela est censé renforcer le système immunitaire du bébé. Mais les études à long terme font défaut et on ne sait toujours pas si cette méthode renforce l'enfant - ou si elle est même risquée.

Ensemencement vaginal chez le nouveau-né

La vaccination vaginale consiste à exposer le bébé aux sécrétions vaginales de sa mère. Image: FG Trade, Getty Images

Les faits les plus importants en bref

  • L'ensemencement vaginal est une méthode permettant de transférer ultérieurement des bactéries de la muqueuse vaginale maternelle à un bébé césarisé. En savoir plus.
  • L'ensemencement vaginal est conçu pour aider les bébés issus de césariennes à développer un système immunitaire fort aussi rapidement que les bébés nés naturellement. En savoir plus.
  • Cette méthode est particulièrement répandue aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Australie. Les parents intéressés par la Suisse peuvent se renseigner auprès de leur maternité ou de leur sage-femme.
  • Les avantages et les risques de cette méthode n'ont pas encore été scientifiquement clarifiés.

Qu'est-ce que l'ensemencement vaginal?

L'ensemencement vaginalest une procédure au cours de laquelle les nouveau-nés qui n'ont pas franchi le canal de naissance (nourrissons de la sectio) sont frictionnés avec les sécrétions vaginales de la mère. À cette fin, on insère dans le vagin, avant l'accouchement, un écouvillon ou une bande de gaze stérile, auquel la sécrétion adhère. Après la naissance, la sécrétion est soigneusement appliquée sur la peau du bébé. Ce transfert de bactéries a pour but de transférer à l'enfant les lactobacilles utiles , c'est-à-dire les bactéries lactiques. Cependant, il existe également un risque de transfert de bactéries nocives.

Vaginal seeding signifie littéralement "ensemencement vaginal". Cependant, il n'est pas rare qu'il soit traduit par "vaccination vaginale" ou "douche bactérienne".

Pourquoi l'ensemencement vaginal est-il effectué?

Les bébés nés par césarienne sont plus susceptibles de développer des allergies que ceux nés par voie basse. "La raison est supposée être le manque de contact des enfants avec les sécrétions vaginales maternelles pendant la naissance", explique le Dr Wenderlin de "Der niedergelassene Arzt". Ainsi, la peau et les muqueuses du bébé n'arrivent pas avec leur multiplicité de germes, surtout les bactéries lactiques - c'est ce que souligne également un rapport du Sience Media Center Deutschlanf. La conséquence: les germes du Vaginalschleimhaut maternel ne restent pas sur la peau et les muqueuses du bébé des petits et ne peuvent pas atteindre l'estomac et l'intestin. Par conséquent, une diversité saine de bactéries, le microbiome, se développe plus tard chez les bébés nés par césarienne que chez les bébés nés naturellement. Et il y a un autre inconvénient: l'étudebritannique "BabyBiom Study" a prouvé que les bébés issus de césariennes sont colonisés par davantage d'agents pathogènes. L'ensemencement vaginal repose donc sur l'idée de permettre aux bébés nés par césarienne de bénéficier des bactéries de la muqueuse maternelle, tout comme les bébés nés naturellement.

Opportunité ou tendance sans effet?

Les avantages de l'ensemencement vaginal sont soupçonnés, mais n'ont pas encore été prouvés scientifiquement. Une petite étude a pu prouver jusqu'à présent que les bactéries qui sont transférées par l'ensemencement vaginal s'installent effectivement dans le corps du bébé. Mais on ignore encore si l'ensemencement vaginal peut réellement prévenir les maladies.

Les critiques ont peur,

que l'ensemencement vaginal peut également transmettre des agents pathogènes tels que les chlamydia, les streptocoques ou les virus de l'herpès. Ces agents pathogènes peuvent être très dangereux pour le bébé.

Les partisans affirment,

que les enfants nés naturellement sont soumis au même risque.

Ce qui soutient le système immunitaire du bébé

Les bactéries de la muqueuse vaginale ne sont pas les seules à contribuer au bon fonctionnement du système immunitaire du bébé. Les bactéries utiles passent également de la mère à l'intestin de l'enfant par le biais du lait maternel, comme l'a montré une étude de l'université de Colombie-Britanniqueen 2020. Les mères qui allaitent exclusivement leur enfant transmettent un nombre particulièrement élevé de bactéries qui mobilisent le système immunitaire dans l'intestin.
Mais les câlins et les caresses, c'est-à-dire un contact cutané intensif, assurent également un bon transfert des bactéries. En effet, l'enfant absorbe les bactéries présentes sur la peau de ses parents lors des câlins.

La méthode est-elle répandue?

Cette méthode est plus courante aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Australie, rapporte le Dr Wenderlein à propos de l'ensemencement vaginal. Mais la tendance se répand dans le monde entier: "Les parents posent de plus en plus souvent des questions sur cette procédure, et c'est un sujet important pour les sages-femmes en ce moment, y compris au niveau international", explique à Die Zeit la biologiste Susanne Steppat, de l'Association allemande des sages-femmes. Les parents dont le bébé naîtra par césarienne peuvent demander à leur maternité ou à leur sage-femme si l'ensemencement vaginal est possible. Si la douche bactérienne doit être effectuée, il est logique de faire vérifier au préalable la présence d'agents pathogènes dans la muqueuse vaginale.