Facebook Pixel
Grossesse

Non désiré, avorté et oublié

En Suisse, les avortements sont réglementés depuis quinze ans avec un délai légal. Ce que beaucoup de gens ne savent pas: Malgré la solution du délai, il y a souvent des avortements après la douzième semaine de grossesse. Et parfois, ces enfants non désirés naissent vivants.

Embryon humain

Avant la douzième semaine de grossesse, les malformations de l'enfant sont difficiles à reconnaître car tous les organes ne sont pas encore complètement formés. (Image: selvanegra/iStock, Thinkstock)

L'anniversaire de Tim aurait dû être en même temps le jour de sa mort. La mère de ce garçon allemand atteint du syndrome de Down a décidé d'avorter en 1997 alors qu'elle était enceinte de six mois. Tim, lui, est venu au monde vivant et ne voulait tout simplement pas mourir. Ce n'est qu'au bout de neuf heures que les médecins lui ont prodigué des soins. Tim a survécu à l'absence de soins malgré une hypothermie massive et vit désormais dans une famille adoptive. Il semble que Tim soit un cas individuel tragique, mais les avortements tardifs sont également courants en Suisse.

Dans ce pays, la loi réglemente les avortements par le biais de la "Fristenlösung": un avortement est exempt de toute sanction jusqu'à la douzième semaine de grossesse. Comme le rapportait la Weltwoche fin mars, selon le gouvernement fédéral, cinq pour cent des quelque 10 000 avortements annuels ont lieu après la douzième semaine de grossesse, malgré la solution du délai (article de la Weltwoche non librement accessible en ligne). Pour la seule année 2015, l'Office fédéral de la statistique a enregistré 45 avortements après la 22e semaine ; le nombre de ces avortements a tendance à augmenter depuis 2007.

Une étroite marche sur la corde raide

Un avortement après la période de douze semaines n'est possible que si, de l'avis d'un médecin, "le risque de préjudice physique grave ou de détresse émotionnelle grave peut être évité". Les dommages physiques graves peuvent concerner aussi bien la mère elle-même que l'enfant. Plus le fœtus est développé, plus la détresse doit être grave pour que l'on puisse procéder à un avortement.

Les avortements tardifs surviennent parfois parce que les organes ne sont pas encore complètement formés à la douzième semaine et qu'une malformation ne peut pas encore être reconnue. Une autre raison peut être que la santé de la mère est mise en danger par la grossesse. Cependant, il existe aussi des avortements tardifs dans des cas moins graves: Par exemple, 90 % des fœtus atteints de trisomie 21 (syndrome de Down) sont avortés. Dans le cas des avortements tardifs, les médecins décident en équipe et consultent parfois aussi des éthiciens pour obtenir des conseils. Un tel avortement représente un lourd fardeau ainsi qu'un dilemme éthique et juridique pour les personnes concernées - tant les parents de l'enfant que le personnel médical.

Des signes de vie malgré l'avortement

En effet, les avortements tardifs peuvent aboutir à la naissance d'un enfant vivant. Plus le moment de l'avortement est tardif, plus les chances que l'enfant soit vivant à la naissance sont élevées. Selon les recherches de la Weltwoche, il n'existe pas de chiffres disponibles en Suisse qui fournissent des informations sur les naissances vivantes lors d'avortements. Mais il y en a de l'étranger: une étude britannique de 2007 a examiné 3 000 avortements entre 1995 et 2004. Les résultats montrent que 3,2 % des personnes avortées pour cause de malformation sont nées vivantes. Dans les avortements pratiqués après la 20e semaine de grossesse, jusqu'à 20 % des enfants étaient vivants.

Si un nouveau-né est potentiellement viable selon l'évaluation des médecins, il a droit à une aide médicale - malgré l'intention initiale de tuer - comme tout être humain. Comment faire face à une telle situation? Selon une étude réalisée par l'Université de Bâle en 2011, les médecins recommandent qu'un enfant né vivant avant la 24e semaine - il n'est pas encore viable sans aide médicale à ce stade - ne reçoive que des soins palliatifs. Cela signifie que l'enfant est accompagné dans sa mort et que seules les interventions qui servent à soulager la douleur sont effectuées. L'étude bâloise a également montré que les enfants vivants ne sont pas laissés seuls dans cette situation, mais sont pris en charge par des sages-femmes et placés dans les bras de leurs parents pour leur dire adieu. Cela pourrait réduire le choc que subissent les parents lors d'une naissance vivante.