Facebook Pixel
La vie

Protection de l'enfant et de l'adulte: comment faire appel à l'APEA

L'autorité de protection de l'enfant et de l'adulte (APEA) aide les personnes dans le besoin et leur fournit, si nécessaire, un curateur. Mais comment la KESB est-elle informée de l'existence de ces personnes? Et pouvez-vous, vous aussi, faire une déclaration auprès de l'APEA ?

La Kesb assure la protection des enfants et des adultes en Suisse

La mission de l'APEA est d'assurer la protection des adultes et des enfants. Image: fiorigianluigi, iStock, Getty Images Plus

Vousvoyez le petit voisin se rendre à l'école tous les jours avec des bleus sur les bras. Quant à votre enfant, vous savez qu'il n'arrive presque jamais à l'heure et que sa mère ne lui donne pas de goûter. "Cet enfant a quand même besoin d'aide !", vous dites-vous.

Mais à qui s'adresser dans ce cas? Qui assure la protection des enfants? Si le soutien à bas seuil des travailleurs sociaux scolaires ou d'autres offres similaires ne suffit pas, l'autorité de protection de l'enfant et de l'adulte, ou APEA, promet en Suisse son aide aux personnes ayant besoin de protection.

Tout le monde est autorisé à s'annoncer, on est même obligé de s'annoncer lorsqu'on exerce une activité officielle.

Le nouveau droit de protection de l'enfant et de l'adulte a remplacé en 2013 le droit de tutelle devenu obsolète. L'autorité tutélaire a ainsi été remplacée par l'autorité de protection de l'enfant et de l'adulte.

"La mission de la KESB est d'assurer la protection des adultes et des enfants", explique Yvo Biderbost, responsable du service juridique de la KESB de la ville de Zurich. "Par le biais de ce que l'on appelle des avis de danger, nous apprenons l'existence de personnes qui, le cas échéant, ont besoin d'une protection particulière ".

Comment vous pouvez vous aussi faire une déclaration

"Il y a plusieurs façons de faire une déclaration à la KESB", explique Biderbost. Cela peut se faire par téléphone, par e-mail ou avec un formulaire Internet. "Tout le monde a le droit d'annoncer, dans le cadre d'une activité officielle, on est même obligé de le faire.

Les formulaires Internet font la distinction entre les avis de danger pour les enfants et les jeunes et ceux pour les adultes. Un tel formulaire comporte plusieurs questions qui doivent aider l'APEA à procéder à une pré-évaluation du cas en question.

Ce qui ne doit en aucun cas manquer sur ces déclarations, ce sont les données personnelles de la personne en danger et de la personne signalante. Il faut en outre indiquer les points sur lesquels les besoins fondamentaux d'une personne concernée ne sont pas couverts ou son bien-être est menacé.

Il est rare qu'un tel signalement puisse être fait de manière anonyme: "En général, la personne signalée apprend qui a fait le signalement", explique Yvo Biderbost. "Sauf, bien sûr, s'il existe par exemple un très grand danger pour la vie ou l'intégrité corporelle de la personne qui a fait l'annonce".

Pas de participation à la procédure

A partir du moment où l'avis de danger parvient à la KESB, l'autorité ouvre une procédure et vérifie si l'enfant ou l'adulte a vraiment besoin de protection. "Peu importe par quel biais les signalements nous parviennent, nous devons donner suite à chacun d'entre eux", explique Biderbost.

L'annonce à l'APEA ne fait pas de soi-même un participant à la procédure: "Normalement, on n'est pas informé du déroulement ou de la fin du cas". Ici aussi, des exceptions sont faites lorsqu'il y a un cas spécial ou une raison d'informer ou de consulter le dossier ou lorsque l'annonce est faite par des proches qui doivent être impliqués sans autre dans la gestion du cas.

Retraités âgés et protection de l'enfance

Selon Yvo Biderbost, les cas les plus fréquents de signalement à la KESB sont les personnes âgées qui ne maîtrisent plus tout à fait leurs affaires ou qui sont exploitées. Derrière ces cas, on trouve les signalements d'enfants qui grandissent dans des familles en conflit et d'autres complications familiales. Les cas où la personne concernée est victime de violence domestique sont également fréquemment signalés.

En Suisse, plus de 20 000 enfants et adolescents ne vivent pas avec leurs parents, mais la majorité d'entre eux le font avec leur accord. Seul un cinquième environ a été placé par l'autorité de protection de l'enfant et de l'adulte. Fin 2017, cette mesure de protection de l'enfance avait été appliquée à environ 4300 enfants en Suisse.

Les enfants ont ces droits en Suisse

Afin d'offrir une vie juste aux enfants du monde entier, la Convention relative aux droits de l'enfant a été développée il y a plus de 30 ans en tant qu'instrument international des droits de l'homme. La Suisse l'a ratifiée en 1997 et a ainsi promis de veiller au bien-être des enfants. Quatre droits fondamentaux assument la fonction de principes de base pour garantir le bien-être de l'enfant :

  • Droit à la non-discrimination
  • Droit au bien-être de l'enfant
  • Le droit à la vie, à la survie et à un développement optimal.
  • Droit de participation.

Chercher le dialogue avec les personnes concernées

L'objectif de la KESB est de trouver, avec les enfants, les adultes ou les parents concernés, une solution pour améliorer leur situation. Environ un tiers de ces cas sont résolus en dehors de la Kesb: "Dans environ 30 pour cent des cas, les personnes n'ont pas besoin de notre assistance", explique Biderbost. Ce sont surtout les personnes âgées qui se rendent compte qu'elles ne peuvent plus tout à fait gérer leur vie seules et demandent de l'aide à des parents, des proches ou à des organisations comme Pro Senectute ou Spitex.

Une procédure avec la KESB a toujours quelque chose de désagréable

Même dans le domaine de la protection de l'enfant, tous les signalements n'aboutissent de loin pas à des mesures prises par les autorités. Lorsqu'une protection officielle est nécessaire, l'APC peut avertir les parents ou l'enfant ou leur donner des instructions. Elle peut également désigner un spécialiste qui conseillera, surveillera et soutiendra les parents ou l'enfant dans certaines affaires.

Une curatelle est de loin la mesure de l'APEA la plus fréquente pour les enfants signalés. En milieu de classement, on trouve les mesures les plus légères telles que les avertissements, les directives ou les décisions de surveillance régulière des enfants. Et la mesure la plus rare est le retrait de l'autorité parentale aux parents par l'autorité afin de garantir le bien-être de l'enfant.

Les curateurs professionnels engagés sont responsables de permettre aux personnes concernées de mener une vie adéquate. Le bien-être de la personne à assister est toujours au centre de leur action, que ce soit dans le cadre de la protection de l'enfant ou de l'adulte. Souvent, le curateur a également le contrôle des finances de la personne protégée.

De nombreuses personnes ne veulent pas qu'une autorité s'immisce dans leur vie. "La KESB veut en premier lieu protéger et aider, mais je comprends le chagrin - une procédure avec la Kesb a toujours quelque chose de désagréable", dit également Yvo Biderbost. "Et malgré tout, il faut considérer la Kesb comme une main tendue. "

De A à Z: ce que l'APEA fait de votre déclaration

1 L'APEA reçoit l'annonce.

Il est possible de signaler à la KESB qu'une personne peut avoir besoin d'aide. Il se peut aussi que la personne s'annonce elle-même à l'autorité.

2 L'autorité de protection de l'enfant et de l'adulte gère la procédure.

Une telle procédure n'est pas une procédure pénale. Il ne s'agit pas de trouver un coupable pour quelque chose que quelqu'un a mal fait. Il s'agit de savoir quel soutien est nécessaire.

3 L'autorité de protection de l'enfant et de l'adulte (KESB) procède à la clarification.

Lors de la phase d'évaluation, les collaborateurs de la KESB veulent déterminer si la personne a besoin d'aide et de quelle manière celle-ci peut être assurée.

4 L'APEA discute de leur situation avec les personnes concernées.

Lors de ce que l'on appelle l'"audition", la Kesb discute avec la personne concernée ou avec les parents et les enfants de la procédure à suivre et décide définitivement des mesures appropriées et si un curateur est un sujet de discussion ou non.

5 L'APEA décide de l'assistance et de la protection.

Le soutien ou la protection appropriés peuvent être décidés, si nécessaire, même contre la volonté de la personne. Dans la réalité, peu de mesures sont prises contre la volonté.