Facebook Pixel
La vie

Comment la relation change à l'arrivée d'un enfant

Avec la naissance du premier enfant, la vie à deux est mise de côté. Le psychanalyste Peter Schneider réfléchit à la manière dont les couples peuvent s'approprier ensemble la vie avec des enfants et la trouver vraiment belle malgré la charge physique et psychique.

Les jeunes couples s'imaginent souvent une petite famille de manière très romantique. Ils sont rarement préparés à la charge sociale et physique, mais c'est peut-être une bonne chose?

Elever un enfant demande de l'énergie et est source de conflits, ce qui peut aussi pousser les couples à se séparer. Image: Unsplash


Entretien: Barbara Lukesch

L'interview suivante est un extrait exclusif du nouveau livre de Barbara Lukesch "Peter Schneider, comment rendre un mariage beau ?", chapitre "Le bonheur des parents".

Vous êtes père d'un fils de 28 ans. Laszlo vous a-t-il rendu heureux ?

Peter Schneider : Oui, dès le début.

C'est tout de même un peu étrange: une parfaite inconnue entre dans votre vie et vous rend heureux dès la première minute.

Mais c'est ce qui s'est passé. Je pourrais à nouveau pleurer en pensant à ce que j'ai ressenti lorsque j'ai vu Laszlo pour la première fois. Le plus touchant, c'était qu'il y avait maintenant un petit ver si mignon dont j'allais m'occuper.

Cette expérience n'est-elle pas un peu transfigurée dans vos souvenirs ?

Oui, bien sûr. Mais ce qui m'a vraiment fait plaisir, ce sont les trois premières semaines après la naissance, que ma femme a dû passer à l'hôpital en raison de son accouchement par césarienne. Laszlo était paisible et sage, tout le monde s'occupait de nous et je pouvais aller en visite quand je voulais. C'était une période vraiment heureuse.

Et ensuite ?

Puis nous sommes rentrés chez nous avec notre petit être et nous nous sommes sentis assez perdus. Les premiers temps, nous avions l'impression d'avoir reçu un poisson d'eau de mer incroyablement compliqué pour notre aquarium, mais malheureusement sans mode d'emploi. Laszlo criait beaucoup plus qu'au début, et cela devenait épuisant. Je ne parlerais pas de malheur, mais l'ivresse du bonheur du début s'est nettement atténuée.

Aurait-il été préférable que l'on vous prévienne, vous et votre femme, que la vie avec un bébé n'est pas toujours une partie de plaisir ?

Vous pensez à un avertissement standard comme sur les paquets de cigarettes: "Être parent peut être démoralisant"? Cela ne servirait à rien. Ou alors, cela ne ferait qu'inquiéter encore plus les personnes anxieuses, ce qui n'a pas de sens non plus. Je pense que tous les parents doivent passer par là et faire leurs propres expériences avec leur progéniture.

C'est comme dans un mariage. On n'y est pas non plus heureux en permanence.

Pourquoi les couples veulent-ils des enfants ?

Bonne question, si l'on considère qu'ils ne font pas que nous rendre heureux, loin de là. Au risque de me rendre impopulaire, j'affirme que de la même manière que nous n'avons pas besoin d'animaux domestiques, il n'est au fond pas nécessaire d'avoir un enfant. Pourtant, les gens font ce choix: les uns pour un poisson, les autres pour un chien, les autres pour des enfants, voire les deux. En fin de compte, il n'y a pas d'explication raisonnable à ce comportement. Apparemment, on a à ce moment-là un surplus d'amour que l'on aimerait transmettre, que ce soit à un petit poisson, à un chiot ou à un enfant.

Alors pourquoi l'idée répandue et presque obsessionnelle selon laquelle les enfants nous rendent heureux est-elle nécessaire ?

Je ne sais pas si l'on accepterait volontairement la corvée que les enfants imposent aussi à leurs parents si l'on n'avait pas l'idée qu'ils vont nous rendre heureux. Ils le font sans aucun doute, encore et encore, mais ils ne peuvent pas le faire dans la mesure où cette image idéale du bonheur familial nous le promet. Il est bon de rester réaliste et de savoir qu'en tant que parents, on s'énerve toujours à cause des enfants, on s'inquiète pour eux, on se dispute avec sa partenaire à cause d'eux, plus tard aussi avec eux (rires) - et qu'on les aime malgré tout, qu'on est fier d'eux, qu'on leur pardonne infiniment et qu'on se réjouit même de pouvoir un jour recommencer à zéro avec des petits-enfants.

Que peuvent nous apporter les enfants ?

Je pense qu'il faut abandonner l'idée que les enfants peuvent apporter tant de choses à leurs parents. Intellectuellement, par exemple? Eh bien, oui. Et la blague cent fois invoquée de la bouche des enfants n'était pas non plus pour moi une source de divertissement permanent. Les petits enfants sont tout simplement adorables. Il n'y a rien de plus beau qu'un nourrisson satisfait que l'on pose sur son épaule. Des respirations profondes, des petites jambes de bébé qui se contractent - c'est tellement mignon.

PETER SCHNEIDER

Logo de la vie de famille

Image: Claudia Herzog

Psychanalyste en exercice, privat-docent et professeur invité, Peter Schneider est également connu en Suisse comme un interlocuteur intéressant qui n'hésite pas à s'écarter du courant dominant, ainsi que comme satiriste (SRF, Sonntagszeitung) et chroniqueur (Tages-Anzeiger). Peter Schneider est marié depuis 30 ans, a un fils et vit à Zurich.

Les parents assistent peut-être à une telle scène toutes les quelques semaines. Cela ne peut pas être la base du bonheur parental.

C'est comme dans un mariage. On n'y est pas non plus heureux en permanence. Mais le simple fait que quelqu'un soit assis avec moi au petit-déjeuner et qu'il me parle sans cesse de la lecture du journal a parfois quelque chose d'enchanteur. Je me dis alors inévitablement que si j'étais seule et que je pouvais lire le journal sans être dérangée, je serais plus malheureuse. Il en va de même avec les enfants. Avec eux, il y a toujours des moments d'exubérance émotionnelle qui nous obligent à accepter certaines restrictions ou charges. C'est à ces situations que nous devons les plus belles anecdotes: lorsque la petite Marie met à nouveau près d'une heure à choisir entre ses chaussettes à rayures et ses chaussettes à fleurs. Sur le moment, c'est certes terriblement agaçant, mais quand on en parle plus tard, c'est devenu une histoire magique. Nous nous débrouillons donc avec les enfants et, quand tout va bien, nous sommes très heureux.

Le bonheur d'être parent a ceci de particulier qu'il est passager

Comment une relation de couple change-t-elle à l'arrivée d'un enfant ?

Je pense que le fait de fonder une famille crée une certaine stabilité, ce qui a aussi un rapport avec la contrainte: On ne peut plus réinventer sa vie tous les jours à l'avenir. Ce que, à vrai dire, on ne peut pas faire facilement, même à deux, ni même seul. Mais c'est bien sûr ainsi que les personnes ayant des enfants aiment s'imaginer les choses.

N'est-ce pas aussi une belle idée qu'un enfant lie ses parents dans une prise en charge commune ?

Avec le recul, je serais d'accord: Le fait d'avoir mis un enfant sur pied ensemble crée effectivement des liens. Mais notre quotidien concret était souvent dominé par des divergences et de violentes disputes. Notre fils nous a parfois plus éloignés qu'il ne nous a rapprochés. Ma femme voulait absolument se promener à trois le week-end. J'étais d'avis que si l'on s'infligeait une chose aussi terrible qu'une promenade dominicale, les deux parents ne devaient pas en souffrir. Avec le temps, on acquiert de l'expérience avec les enfants, cela devient moins spectaculaire, plus normal, et les conflits perdent de leur acuité.

Les enfants nous apprennent que la vie se déroule par phases.

Oui, ils nous montrent surtout que même les périodes difficiles passent. Peut-être pourrait-on même dire que la particularité du bonheur parental est la perspective qu'il passe. Cela peut paraître étrange, après tout, je ne dirais pas, en ce qui concerne un mariage, que le fait de savoir qu'il va passer me rend heureux. Mais en ce qui concerne les enfants, cette idée a quelque chose de réjouissant, car elle implique que l'enfant sera un jour indépendant et suivra son propre chemin.

Les enfants sont tout simplement incroyablement mignons, dit Peter Schneider. Et ils rendent heureux par moments.

"Les petits enfants sont tout simplement mignons", estime Peter Schneider. Image: Kelly Sikkema - Unsplash

Au-delà des cris, quel est le plus grand défi auquel un couple de nouveaux parents peut être confronté ?

Ouf ! Je pense que c'est l'effort physique et mental qui va de pair avec le fait de s'occuper d'un nourrisson 24 heures sur 24. Au début surtout, on se sent très occupé. Certaines personnes sont saisies d'une grande horreur lorsqu'elles réalisent tout à coup qu'on ne peut pas rendre un enfant. Cela reste, et longtemps. La situation devient relativement agréable lorsque l'on a passé les premiers mois et que l'on constate des progrès. Un enfant de six mois semble tout à fait raisonnable par rapport à un nouveau-né. Et lorsque les prochains défis apparaissent, par exemple les dangers liés au fait que les petits rampent ou marchent bientôt, on réagit généralement plus calmement qu'au début, où l'on avait l'impression que les choses n'avançaient pas du tout.

Je plaide pour que chaque enfant ait la possibilité d'être accueilli cinq jours par semaine dans une crèche.

Dans quelle mesure un couple doit-il, après la naissance de sa progéniture, veiller à continuer à se vivre comme un couple d'amoureux et pas seulement comme un couple de parents? Le spécialiste danois de la famille Jesper Juul a récemment écrit un livre intitulé "Rester amoureux - la famille a besoin de parents qui pensent davantage à eux". Le livre a eu du succès, ce qui montre que Juul s'attaque à un problème apparemment très répandu. Que vous inspire le titre de ce livre ?

C'est certainement un bel idéal qui est conçu, mais difficile à mettre en œuvre. Il semble en effet évident qu'un couple se concentre tout d'abord sur le tiers minuscule qui a besoin d'aide et ne met pas son amour conjugal en opposition avec le bébé qui rampe. La vie à deux est alors mise de côté, du moins temporairement. Bien sûr, cela fait du bien de pouvoir passer un week-end à deux et de laisser l'enfant chez les grands-parents. Mais je suis convaincue que l'on peut aussi se sentir amoureux à trois ou à quatre. Après tout, les enfants sont le produit de cet amour.

Comment réussir à bien fonctionner non seulement en tant que couple, mais aussi à trois, quatre ou même cinq? Quelle est l'importance des activités communes pour une famille ?

Je suis de mauvais conseil. Comme je l'ai dit, les promenades dominicales communes m'ont déjà déprimée. Je trouve plus pratique et agréable de pouvoir entretenir des contacts avec ses amis non seulement en tant que couple, mais aussi en tant que famille. Pour cela, les deux parents devraient avoir l'occasion de faire des activités sans enfants. Cela suppose bien sûr que l'on puisse compter sur l'autre et que l'on sache qu'après la sortie, on ne trouvera pas de catastrophe à la maison, mais que tout sera à peu près en ordre. J'aime aussi partir seule avec Laszlo. Qu'avons-nous fait au zoo et au jardin botanique ?

Parlons des vacances avec les enfants. Comment les organiser ?

Oh, mon Dieu ! Peut-être que le Club Med serait une bonne idée, car les enfants y sont occupés et divertis du matin au soir. Avec des enfants en bas âge, on peut très bien passer des vacances à la mer ou aller à la campagne en Italie, où tout le monde se réjouit des mignons petits garçons et petites filles qui rampent dans la ferme. Je peux aussi m'imaginer que les amateurs de randonnée ou les amoureux de la nature ont plus de facilité à organiser leurs vacances. Cela n'a jamais été notre truc. Ce dont je suis sûr, c'est qu'il ne faut pas partir trois semaines en octobre à la mer du Nord avec de jeunes enfants. Dans des endroits où il fait constamment froid, venteux et pluvieux, même en été, il faut faire preuve de beaucoup d'imagination pour survivre à cette période.

BARBARA LUKESCH

Barbara Lukesch

Image: Kathrin Schulthess

Barabara Lukesch est auteure de livres, journaliste indépendante et enseignante HES. Elle a publié entre autres les livres "Klaus Heer, was ist guter Sex? - Wenn Väter mitziehen" et "Wie geht Karriere? -Stratégies de femmes intelligentes". Barbara Lukesch est mariée depuis 28 ans, a un fils et vit à Zollikon (ZH) et Gais (AR).

Selon vous, quelles sont les conditions les plus importantes pour que les parents puissent bien vivre avec leurs enfants ?

Je plaide pour que chaque enfant ait la possibilité d'être accueilli cinq jours par semaine dans une crèche, et dans une bonne crèche. Les heures d'ouverture devraient être plus flexibles. De 7 heures à 18 heures 30, cela ne suffit plus aujourd'hui. Les personnes dont le travail commence à 5 heures ou se termine à 22 heures doivent également pouvoir laisser leur enfant. Pour certaines situations, il faudrait également proposer un accueil 24 heures sur 24. Pour cela, il faut développer l'accueil pendant les vacances scolaires. Bien sûr, il ne peut pas s'agir de faire garder ses enfants par des tiers sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, puis de les récupérer après le baccalauréat. Mais au vu de la complexité croissante de notre monde du travail, les syndicats, mais aussi les employeurs, devraient déjà faire preuve d'imagination pour répondre à ces besoins. J'aimerais que nous puissions organiser la garde des enfants en dehors de la famille de la manière la moins idéologique possible. Comme un service dont on a besoin. En dehors de cela, il est bien plus intéressant pour les enfants de passer leurs journées avec d'autres enfants et sous la surveillance de professionnels qui leur offrent quelque chose.

Tout le monde ne fait pas preuve d'autant de bonne volonté et d'ouverture à l'égard des crèches.

Il y a effectivement des enfants qui ne supportent pas très bien le quotidien d'une crèche, d'autres le supportent plus facilement. C'est comme pour la nourriture: Certains enfants mangent de tout, d'autres sont incroyablement délicats. Mais que doivent faire les parents? Ils veulent et doivent gagner de l'argent, et s'ils ne peuvent pas le faire via un bureau à domicile - ce qui n'est pas non plus facile avec des enfants - ou s'ils n'ont pas de grands-parents dans leur entourage proche, ils ne peuvent pas se passer d'une garde extérieure.

Mais ensuite, une nouvelle étude apparaîtra certainement, selon laquelle 45 pour cent de tous les enfants qui ont été accueillis très tôt et de manière intensive à la crèche devront plus tard traverser la vie avec des liens incertains. En tant que mère ou père, on prend peur sur le champ.

Oui, bien sûr. Mais il faut prendre cela avec un peu plus de légèreté: Si 45% de ces enfants ont effectivement un "attachement incertain", cela signifie ni plus ni moins qu'ils ont une forme d'attachement qui n'est pas tout à fait optimale. Mais cela ne signifie pas qu'ils sont confrontés à une catastrophe qui met leur vie en danger. Les parents ne doivent donc pas penser aux petits singes orphelins qui s'accrochent désespérément à leur poupée de fil de fer avant de périr misérablement. En outre, la recherche sur l'attachement montre également qu'il y a des enfants qui sont peut-être attachés de manière peu sûre à leur propre mère, mais qui sont en revanche attachés de manière stable et sûre à leur gardienne de crèche. Et de toute façon, certaines choses ne sont pas optimales dans notre société. Peut-être que la prise en charge précoce et globale par des tiers n'est pas optimale, mais il n'est pas non plus optimal que certaines personnes ne gagnent que 4000 francs. Ce qui serait super, c'est un revenu de base inconditionnel de 15 000 francs, le libre accès à d'excellentes crèches, l'utilisation gratuite des transports publics et bien plus encore.

Quelle importance accordez-vous à l'éducation des parents ?

L'éducation est nécessaire. Même si l'on répugne à dire à un adulte ce qui est bon et juste pour lui, il faut déjà montrer la voie à un enfant. Se replier sur la position selon laquelle il apprendra de ses erreurs est trop bon marché. L'éducation demande de l'énergie et recèle un potentiel de conflit qui peut diviser les parents. Il faut se garder d'insister sur la cohérence de l'éducation. Plus vous vous efforcez d'être cohérent, plus vous vous empêtrerez dans des pièges et finirez par faire un burn-out.

Logo de la vie de famille


Barbara Lukesch: "Peter Schneider, comment un mariage devient-il beau ?" Entretiens sur le partenariat et l'amour.

Éditions Wörterseh, 224 pages, 34,90 francs

Que se passe-t-il lorsqu'une journaliste interroge un psychanalyste sur la réussite d'un mariage? Dieu merci, il ne s'agit pas d'un énième guide expliquant que la relation de couple est un travail de toute une vie et l'exaltant avec des idéaux inatteignables, mais d'un plaidoyer en faveur d'un joyeux bricolage et d'une indulgence aimante. Une lecture amusante, libératrice et qui donne à réfléchir.

Offre pour les lecteurs : les lecteurs de "Familienleben" commandent le livre dans la boutique en ligne au prix avantageux de 29.90 francs, frais de port et d'emballage inclus. Vous pouvez également commander le livre par e-mail à leserangebot@woerterseh.ch ou par téléphone au 044 368 44 68. Veuillez indiquer le code du bon: FL2018PS