Facebook Pixel
La vie

"Les délits sont rarement intentionnels"

"Toi, le maladroit !", "Avec ta silhouette, je ne te le conseille pas", "Tu ne savais pas compter droit, même enfant"... Une remarque stupide peut frapper au cœur. Le psychothérapeute zurichois Raimondo Lettieri explique pourquoi il ne faut pas se détourner en signe d'offense ou riposter après avoir été insulté.

Logo de la vie familiale

Plonger et lécher les plaies n'est une bonne réaction que pendant une courte période après un affront. Image: Kyle Sudu - unsplash

Les petites attentions peuvent déclencher des sentiments d'impuissance, de colère et de doute de soi. Les yeux qui roulent, les grognements agacés ou simplement l'absence de réaction nous blessent parfois profondément. M. Lettieri, pourquoi ?

Se sentir offensé ou blessé est tout d'abord une réaction émotionnelle tout à fait normale. Nous sommes des êtres communautaires profondément sociaux qui ont besoin de reconnaissance et d'appartenance pour se sentir valorisés et dignes. Pour être absolument inoffensifs et invulnérables, nous devrions être des égocentriques sans empathie.

Que se passe-t-il en nous lorsque nous nous sentons offensés ?

Lorsque nous nous sentons blessés ou gênés, c'est généralement par des personnes qui sont importantes pour nous ou dont nous dépendons. Parce que nous interprétons leur comportement comme une atteinte à notre dignité ou à notre estime de soi, nous ressentons de la honte, parfois de la culpabilité. Nous pensons avoir été rejetés au niveau de l'attachement, ce qui peut déclencher la peur. Souvent, nous ressentons même physiquement la violation supposée, par exemple comme un coup de poignard dans le cœur ou un coup de poing dans l'estomac. En réaction à la blessure subie, notre système d'urgence du tronc cérébral s'active en une fraction de seconde: Nous réagissons par la fuite, l'attaque ou le gel.

Pourquoi certains réagissent à peine et d'autres réagissent très violemment à une légèreté ?

Le fait qu'un certain comportement nous blesse ou non dépend de facteurs situationnels et biographiques. Une personne qui a été constamment offensée, dévalorisée et exposée dans son enfance peut être beaucoup plus vulnérable que les autres à l'âge adulte. Les gènes jouent également un rôle dans la vulnérabilité d'une personne en termes d'estime de soi. En outre, la forme de la journée détermine si nous avons la peau fine ou robuste. Une personne qui a déjà vécu un nombre particulièrement élevé de situations stressantes au cours d'une journée est plus vulnérable qu'une personne qui a eu une journée calme avec des expériences édifiantes.

Le psychothérapeute zurichois Raimondo Lettieri nous a parlé d'une manière saine de gérer les affronts.

La personne

Raimondo Lettieri est un psychologue FSP spécialisé dans la psychothérapie et la psychologie des enfants et des adolescents. Il travaille avec des individus, des couples et des familles depuis plus de 20 ans et possède son propre cabinet à Zurich.
raimondolettieri.ch

Il est donc possible qu'une remarque critique qui nous dérange à peine un jour puisse nous affecter sévèrement un autre jour ...

Oui, exactement ! Dans les années 1980, le professeur John Gottman, mathématicien et psychologue américain, a filmé des couples dans des chambres d'hôtes pour savoir quels couples restent heureux. Sur la base des résultats, il a défini la "constante de Gottman". Il indique que nous pouvons mettre de côté les comportements critiques en réponse à cinq échanges appréciatifs, tels qu'une louange, un regard sincère ou un toucher affectueux.

Quelle est la meilleure façon de réagir à un affront ?

Lorsque nous nous sentons blessés, nous réagissons généralement - comme nous l'avons déjà mentionné - par la fuite, le gel ou l'attaque. Cela se produit en grande partie involontairement et constitue une première réaction tout à fait normale. Ensuite, il est utile - comme pour une blessure physique - de connaître quelques outils de premiers secours. Acheter quelque chose de beau, manger quelque chose de particulièrement raffiné, faire de l'exercice et faire transpirer la tension du corps, pratiquer le yoga, peindre, jouer ou écouter de la musique - tout cela peut être des outils efficaces pour nous calmer. Les "remèdes intérieurs" tels que les exercices d'imagination, qui permettent de réguler les sentiments violents à l'aide d'images intérieures, sont également très utiles pour la plupart. Une fois que la douleur et la colère initiales se sont apaisées, nous pouvons nous demander si nous voulons traiter le grief. Nous pouvons généralement sentir si nous pouvons laisser "cinq à cinq" ou si le grief va s'éterniser. Il n'est pas sain de toujours tout avaler.

Que faut-il prendre en compte lors de l'adressage ?

A partir d'un grief, il est souvent évident de penser que notre interlocuteur a voulu nous faire du mal exprès. Et bien sûr, il y a des situations où c'est aussi le cas, par exemple dans les cas d'intimidation. Mais dans la plupart des situations quotidiennes, les infractions sont involontaires.
non intentionnel. Pour qu'une conversation soit fructueuse, il est donc très important que je fasse la distinction entre la motivation derrière la déclaration ou l'action et son effet sur moi. L'effet est blessant, mais la motivation peut être tout autre. Si vous imputez une intention offensante à l'autre personne, vous poussez la conversation dans une dynamique de blâme et de défense qui est généralement improductive ou qui s'intensifie.

Très peu de délits sont intentionnels.

Très peu de personnes qui nous blessent ont eu l'intention de le faire. Image: Kazu End - unsplash

Supposons que deux filles s'inquiètent pour leur mère de 80 ans parce qu'elle ne répond pas au téléphone depuis plusieurs heures. Lors de la réunion suivante des trois, la mère dit à la fille aînée: "Tu ne dois pas rendre ta sœur folle aussi avec ta panique constante". La fille aînée, qui est considérée comme anxieuse dans la famille, est blessée. Comment peut-elle maintenant engager la conversation ?

La sœur, une fois qu'elle s'est un peu calmée, pourrait dire: "Cette remarque, maman, m'a vraiment beaucoup offensée". Si elle ne laisse pas entendre maintenant que la mère l'a intentionnellement offensée, la conversation peut s'ouvrir. La mère répondra peut-être qu'elle est désolée d'avoir fait du mal à sa fille. Elle pourrait également expliquer ce qui l'a poussée à faire cette déclaration - par exemple, "Je ne peux pas continuer à vous informer lorsque je suis dans le jardin ou chez les voisins pendant une période plus longue". Il pourrait être clair qu'elle vit la prise en charge de ses filles comme une contrainte. La conversation s'oriente alors soudainement vers les besoins importants, les craintes et les limites. Quelle quantité de soins est bonne pour la mère? Quelles règles et quels outils peuvent être mis en place pour que la mère ne se sente pas surprotégée, mais que les filles ne s'inquiètent pas non plus? C'est une conversation qui pourrait profiter aux trois.

Conseilleriez-vous d'aborder les blessures dans un contexte professionnel également ?

En principe, il est important pour tout bon patron que ses employés bénéficient d'une atmosphère de travail positive. Donc, si vous ne risquez pas d'être licencié dans l'immédiat, vous pouvez certainement essayer de parler à votre patron. Quelle serait l'alternative? Faire le poing dans la poche et réprimer chroniquement la colère ne mènera finalement qu'à une résignation intérieure ou chez le médecin de famille. Cela n'est pas non plus utile pour l'entreprise. Lors d'un entretien d'évaluation, il y a, entre autres, la possibilité de donner au patron un feedback sur l'effet de ses déclarations et actions sur sa propre personne, sur ce qui est démotivant et ce qui est motivant. Cela augmente les chances que quelque chose puisse changer.

Derrière l'histoire

Cette interview a été réalisée à la suggestion de l'un de nos lecteurs. Elle voulait savoir comment traiter les offenses dans la famille. Vous avez également un sujet que vous aimeriez voir traité dans notre magazine? Envoyez ensuite votre suggestion à redaktion@familienleben.ch.