Facebook Pixel
La vie

Concilier travail et famille: conseils

Selon une nouvelle étude, une personne sur sept souffre de grandes difficultés à combiner vie professionnelle et vie familiale. Les conflits travail-famille se multiplient, nuisent à la santé de manière avérée, favorisent l'usure et réduisent le temps passé en famille. Le Conseil fédéral veut désormais se pencher sur l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Lorsque les parents sont cassés et épuisés, l'enfant en souffre.

Seuls des parents équilibrés peuvent se concentrer pleinement sur leur enfant. Photo: iStock, Thinkstock

L'équilibre entre vie professionnelle et vie familiale en Suisse est très mauvais. Très mal même. Les symptômes d'usure tels que le burnout et les maladies psychiques augmentent de manière vertigineuse.

Depuis des années, de nombreuses études se penchent sur la question de l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Mais ce n'est que récemment qu'une attention particulière a été accordée dans le monde germanophone au conflit qui couve entre la vie professionnelle et la vie familiale.

Bombe sociale à retardement

Une étude de l'Université de Zurich publiée récemment dans l'International Journal of Public Health le prouve: En moyenne, un actif suisse sur sept, homme ou femme, éprouve des difficultés considérables à mener une vie de famille en plus de sa vie professionnelle. Pour certains des groupes de population étudiés, c'est même déjà le cas d'une personne sur trois. Dans l'étude publiée en 2000 par l'Office fédéral de l'économie (SECO) sur les coûts du stress, ce sont 37% des personnes qui ont des difficultés à faire face à la fois aux exigences professionnelles et privées.

Particulièrement explosives: les conséquences sur la santé qui résultent du conflit travail-famille. Les personnes en mauvaise santé sont moins performantes et plus souvent absentes au travail que les personnes en bonne santé. Les quelque 1600 participants masculins et féminins de l'étude de l'université de Zurich mentionnée ci-dessus ont dû évaluer leur santé. Sans surprise, il existe un lien significatif entre le conflit travail-famille vécu et la santé. Les dépressions, le découragement, l'épuisement et les problèmes de sommeil augmentent jusqu'au burnout. Conclusion: les conflits travail-famille ne sont plus un problème privé, mais des bombes à retardement pour notre société.

Adieu le modèle du travailleur unique, adieu la fin de la journée de travail

Et pourtant, les choses bougent peu. Le changement de mentalité semble prendre plus de temps en Suisse qu'ailleurs. Certes, l'évolution de la conception des rôles ne date pas d'hier. Les taux de divorce sont élevés, les familles monoparentales et les familles recomposées augmentent, la forme traditionnelle de la famille diminue. La participation des femmes au marché du travail a augmenté de manière spectaculaire au cours des dernières années, pour atteindre aujourd'hui un taux global de 75%, ce qui n'est plus très loin derrière les 88% des hommes.

En 2000, le taux d'activité des mères d'enfants en âge préscolaire était déjà de 62%, celui des mères d'enfants en âge scolaire jusqu'à 14 ans de 76% et celui des mères d'enfants adolescents (15-20 ans) de 83%. C'est en fait un fait établi depuis longtemps: en Suisse, de plus en plus de mères et de pères doivent faire face à de plus en plus d'obligations.

  • Les heures supplémentaires. Ceux qui ne font pas d'heures supplémentaires ont beaucoup moins de difficultés à concilier travail et famille.
  • Travail le samedi, travail le week-end.
  • Carrière. La direction et les cadres ont plus de problèmes avec l'équilibre travail-famille. Cependant, ils ont plus d'autonomie au travail, ce qui peut à son tour favoriser l'équilibre.
  • Horaires de travail variables. Signifie souvent, en termes réels, plus d'heures supplémentaires pour l'employé et n'est souvent pas associé à plus d'autonomie.
  • Accessibilité permanente.
  • la mobilité.
  • les loisirs. Des études montrent qu'en cas d'heures supplémentaires et de travail de plus de 40 heures par semaine, ce sont d'abord les activités familiales qui sont massivement réduites. Ce n'est qu'en deuxième ligne que les parents renoncent à leurs habitudes de loisirs.
  • Le stress. Il est prouvé que les conflits entre famille et travail augmentent le stress et le burnout. Celui qui a perdu son propre équilibre ne parvient pas non plus à trouver un équilibre entre travail et famille. Les cas d'AI d'origine psychique augmentent massivement.
  • manque de vigilance. Les conflits travail-famille comportent des risques importants pour la santé et entraînent une augmentation du stress.

Parallèlement, le travail dit normal diminue. Tout juste cinq pour cent des Suisses ont encore des horaires de travail normaux - selon les études du professeur Friedhelm Nachreiner de la Gesellschaft für Arbeits-, Wirtschafts- und Organisationspsychologische Forschung GAWO.

La tendance est à l'abandon des structures de travail normales au profit d'horaires flexibles, du travail de nuit, en équipe et le week-end, du travail sur appel et, surtout, des heures supplémentaires. La semaine de 42,5 heures et le dimanche comme jour de repos, pourtant inscrits dans la loi sur le travail, perdent leur caractère obligatoire.

Problème: les travailleurs sont incités par la situation économique et par les employeurs à supporter toujours plus de pression économique et de risques d'entreprise. Il en résulte que les personnes actives développent un intérêt à se mettre en danger pour leur santé et que les limites de leur propre capacité de travail sont de plus en plus repoussées.

Cela a des conséquences. Lorsque les heures supplémentaires, les longues journées de travail, les horaires irréguliers et le travail le week-end deviennent de plus en plus la règle, cela entraîne une organisation de la famille et des loisirs de moins en moins planifiable, écrit le Dr Oliver Hämmig de l'Institut de médecine sociale et préventive de l'Université de Zurich dans le magazine io new management. Le conflit travail-famille est devenu un thème central de la vie suisse.

C'est pourquoi le Conseil fédéral a récemment inscrit cette problématique à l'agenda politique sous le mot-clé Work-Life-Balance. Le chef du secteur Conditions de travail à l'Office fédéral de l'économie SECO, Pascal Richoz, formule les défis comme suit: Les risques pour la santé des travailleurs doivent être appréhendés différemment et les lois actuellement en vigueur doivent être adaptées.

  • Fes vacances et les congés non payés.
  • semaine de travail raccourcie en cas de journées de travail plus longues.
  • Temps de travail annuel.
  • Des offres de garde d'enfants judicieuses .
  • Vivre en bonne santé. Donc bouger suffisamment, se nourrir avec modération, faire des pauses plus souvent.
  • Éviter les excitations. La plupart des corps ne supportent pas plus de sept agressions par semaine, mais aujourd'hui, la moyenne est de 50.
  • Prévoir des temps de récupération fixes. Respecter les cycles de récupération (pauses, sommeil, récupération le week-end, vacances).
  • Créer des rituels sains. Aussi et surtout ensemble avec la famille.

Mais à quel point nos modes de travail et de vie sont-ils réellement préjudiciables à la famille? Une étude de l'Union européenne de 2005 montre qu'un quart de la population souffre d'une maladie psychique - en Suisse également. Une étude de l'Institut allemand de la jeunesse de 2009 démontre un niveau inquiétant de stress chez les parents. De nombreux parents sont épuisés, ils se trouvent au bord du surmenage, résume le Dr Karin Jurczyk, chercheuse dans le domaine de la famille.

Une trop grande mobilité professionnelle rend la vie de famille difficile, il faut chercher péniblement des espaces de temps pour la famille, les parents épuisés n'ont pas l'énergie nécessaire pour s'investir vraiment l'un dans l'autre et dans leurs enfants. L'épuisement rend absent. Mais là où il n'y a plus de présence attentive, il n'y a plus d'éducation. L'encadrement des enfants en souffre. La société en ressent déjà les conséquences aujourd'hui. La politique familiale est appelée à élaborer des solutions comme jamais auparavant.

Connaissance des mécanismes

Lors de la conférence sur la promotion de la santé en juillet 2009, le Dr Oliver Hämmig de l'Institut de médecine sociale et préventive de l'Université de Zurich a présenté les résultats d'une analyse comparative de 67 études. Les conséquences des conflits travail-famille les plus souvent citées sont les suivantes: Burnout et stress au travail, suivis par la dépression et le stress familial, les troubles physiques et psychiques, les problèmes de dépendance. La satisfaction de vie diminue, tout comme la satisfaction du mariage ou du partenariat. La satisfaction au travail diminue et l'intention de démissionner augmente. Les études montrent en outre que les familles monoparentales et leurs enfants courent un risque beaucoup plus grand pour leur santé et que les mères célibataires sont davantage touchées par le burnout.

Les défis sont sur la table. L'équilibre entre vie professionnelle et vie familiale doit être inscrit à l'agenda législatif de l'État. Mais elle doit également figurer dans le cahier des charges des employeurs et des entreprises. Et troisièmement, elle doit figurer sur la table de la cuisine, c'est-à-dire dans l'agenda de chacun. Les conditions-cadres (travail, offres de garde d'enfants, facteurs socio-économiques), mais aussi les capacités personnelles et les stratégies de gestion sont déterminantes pour une gestion réussie des conflits travail-famille. En effet, tant que des modèles positifs liés à la famille ne sont pas vécus dans la vie professionnelle malgré les nouvelles possibilités, tant que l'on continue à s'exploiter et à s'user, les priorités ne sont pas optimisées et le conflit travail-famille conduit à une société de parents épuisés.

Texte: Kathrin Fischer

Vous pouvez trouver et évaluer les entreprises favorables à la famille ici : http://jobundfamilie.ch