Facebook Pixel
La vie

Déçu par son propre enfant: comment gérer ses émotions ?

C'est un grand tabou: être déçu par son propre enfant en tant que parent. Et pourtant, ce sentiment peut s'insinuer lorsque l'enfant ne répond pas aux attentes et aux souhaits. Souvent, les parents essaient alors de modifier le comportement de l'enfant, ce qui entraîne généralement une grande frustration des deux côtés. Le psychothérapeute René Hess explique comment les parents peuvent gérer les attentes et les déceptions.

En ce qui concerne les résultats scolaires, les parents sont souvent frustrés lorsque l'enfant ne répond pas à leurs attentes.

Être déçu par son propre enfant est un sentiment naturel et humain. Image: damircudic, E+

Il y avait tant de souhaits et d'attentes - mais l'enfant se développe ensuite de manière très différente. Lorsque les parents sont déçus par leur propre enfant, ils ressentent souvent de la colère ou de la tristesse. En revanche, il est hors de question d'admettre que vous avez été déçu par votre propre progéniture. Mais quelle est la bonne façon de gérer ce sentiment? René Hess, psychothérapeute à Berne, a quelques conseils à donner.

M. Hess, comment se fait-il que les parents soient déçus par leurs enfants ?

La déception est basée sur certaines attentes. Lorsque les parents sont déçus par leur enfant, ils déçoivent leurs attentes quant à la manière dont l'enfant devrait se comporter ou dont il ne devrait absolument pas se comporter. Les attentes sont donc des attentes cibles certaines.

Quelles sont les attentes à cet égard? Avez-vous un exemple ?

Par exemple, les parents peuvent attendre certains résultats scolaires. Ils veulent ensuite que l'enfant réussisse au lycée. Les parents ont parfois aussi certaines attentes professionnelles à l'égard de l'enfant - par exemple, qu'il suive leurs traces et reprenne l'entreprise parentale. Mais il y a aussi des attentes qui ont des dimensions plus petites. Par exemple, les parents peuvent s'attendre à ce que l'enfant parvienne à parler poliment aux adultes ou à ce qu'il mette de côté un jeu vidéo après un certain temps.

Comment les parents peuvent-ils gérer leurs sentiments ?

Si l'enfant se comporte différemment de ce que les parents veulent et attendent, ils essaient généralement d'abord de changer le comportement de l'enfant. Ils intensifient leurs efforts. Par exemple, si l'enfant ne répond pas aux attentes de l'école, ils s'entraînent de plus en plus avec lui, et plus tard, ils réservent également des cours particuliers. Cependant, faire toujours plus de la même chose n'est généralement pas utile, comme l'a déjà souligné le psychologue Paul Watzlawick dans son Guide du malheur. Elle comporte également le risque de mettre à rude épreuve la relation avec l'enfant, car celui-ci est soumis à une pression de plus en plus forte.

Comment les parents peuvent-ils gérer les attentes d'une manière significative ?

Les attentes ne sont pas des lois de la nature. Cela signifie que les parents peuvent, dans une certaine mesure, les mettre en évidence afin d'en prendre conscience. Cela leur donne l'occasion d'y réfléchir et de tirer des conclusions. Par exemple, ils peuvent conclure qu'il est utile de changer les attentes parce qu'ils se rendent compte qu'elles ne sont pas particulièrement utiles. Cependant, dire adieu à des idées bien ancrées peut être un processus douloureux et causer du chagrin avant d'être libérateur.

Un exemple: la mère ou le père fait plusieurs heures de devoirs avec l'enfant chaque jour afin que celui-ci réponde aux attentes de l'école. L'enfant y résiste. Bien que l'humeur change, au début, elle continue tous les jours. En disant adieu aux attentes de l'enfant, le parent peut décider de ne plus superviser les devoirs. Ou de demander à l'enfant de faire ses devoirs ailleurs. Ou d'envisager un changement d'école. Ce faisant, les parents ne se contentent pas d'abandonner des idées, mais gagnent aussi quelque chose. Parce que la relation avec l'enfant est clairement soulagée.

Qu'est-ce que les enfants attendent de leurs parents ?

Les enfants doivent pouvoir attendre de leurs parents qu'ils leur permettent de faire leurs propres expériences et de suivre leur propre chemin, en fonction de leur âge. Dans notre société, les enfants ont droit à un développement individuel. Mais bien sûr, les parents ont aussi une fonction. Il n'est pas facile de satisfaire le désir d'autonomie de l'enfant d'une part et de le protéger du danger d'autre part. Tous les parents ressentent cette tension.

Que peuvent faire les parents si l'enfant les ignore ?

En particulier pendant la puberté et l'adolescence, la relation entre les parents et l'enfant est parfois très tendue. Une rupture absolue du contact entraîne des blessures graves des deux côtés. Il est plus logique de réduire les contacts, mais de laisser la porte ouverte. Si l'enfant rompt le contact, les parents sont dans une mauvaise situation. Ils ont un profond désir d'avoir des contacts avec l'enfant, mais cela ne peut être forcé. Néanmoins, ils ont des possibilités d'action. Ils peuvent faire des invitations et des offres qui donnent à l'enfant la possibilité de les accepter volontairement.

La personne :

Le Dr René Hess, psychologue spécialisé en psychothérapie et psychothérapeute, dirige son propre cabinet de conseil, de thérapie et de supervision systémique à Berne. Il est également le directeur et le fondateur de l'Institut Systémique de Berne.