Facebook Pixel
La vie

Fantasmes sexuels: "Les différences de préférences sont le sel de la vie".

En matière de sexualité, il existe un éventail de techniques et de besoins différents. Friedemann Haag, thérapeute de couple et sexologue à Zoug, explique comment les couples peuvent gérer les différents fantasmes sexuels.

Des fantasmes sexuels différents peuvent dynamiser le couple

Les couples peuvent avoir des fantasmes sexuels différents. Photo: João Silas, Unsplash

Monsieur Haag, en matière de sexualité, il existe une large palette de préférences, de techniques et de besoins différents. Mais souvent, les couples ne savent même pas quels sont les fantasmes sexuels de leur partenaire.

Friedemann Haag: Lorsque deux personnes font l'amour pour la première fois, elles sont prudentes et ne veulent pas se tromper. Elles se montrent telles qu'elles pensent que l'autre veut les voir. Elles n'expriment pas de désirs ou de besoins sexuels particuliers - de peur de choquer l'autre. Le désir de nouer ou de maintenir une relation est d'abord au premier plan.

Mais les désirs particuliers en matière de sexualité ne peuvent pas être réprimés éternellement.

En fait, de nombreuses personnes gardent longtemps leurs fantasmes sexuels derrière elles. Elles restent dans le domaine familier du sexe, là où cela leur a plu d'emblée, à elles et à leur partenaire - pas seulement au niveau du contenu, mais aussi au niveau du temps, par exemple toujours le dimanche matin, quand les enfants dorment encore.

Cela semble prévisible et ennuyeux !

Oui ! Je transpose cela dans un autre domaine, celui de la nourriture. Deux personnes savent l'une de l'autre qu'elles aiment les spaghettis à la sauce tomate. Et c'est ainsi qu'elles mangent constamment des spaghettis à la sauce tomate, bien que l'une ait aussi envie d'un menu à cinq plats ou que l'autre ait envie de fast-food entre les deux.

Pourquoi les partenaires ne se parlent-ils pas ?

Exprimer ses propres désirs en matière de sexualité, qu'il s'agisse de sado-maso, de sexe anal ou oral, de cuir, de caoutchouc ou autre, exige de l'honnêteté et un grand courage. Il ne s'agit pas seulement de surmonter la honte, mais aussi d'affronter la peur de choquer son partenaire avec ses propres fantasmes sexuels. Le partenaire pourrait en outre se sentir agressé ou blessé s'il apprenait que la sexualité vécue ensemble jusqu'à présent n'est pas vécue comme épanouissante.

Les craintes de sortir du placard sont-elles justifiées ?

En sexothérapie, on demande parfois aux partenaires d'écrire leur programme sexuel idéal souhaité. Cette démarche est passionnante pour les deux partenaires. Chacun se demande: "Comment mon ami(e) va-t-il/elle prendre ce que j'ai écrit ?", "Est-ce que je vais aimer ce qu'il/elle souhaite ?" Dans la plupart des cas, les deux réagissent de manière beaucoup plus détendue et sereine que prévu. "C'est tout? Alors on fait comme ça !" ou "Je peux m'imaginer essayer ça un jour" est souvent la réponse, loin de tous les clichés. Faire son coming-out peut donc être très soulageant ! Et repousser les limites, c'est passionnant, ça excite et ça donne envie.

Les fantasmes sexuels différents ne sont donc pas une source de division, mais une chance ?

C'est sûr ! Les préférences différentes sont le sel de la vie sexuelle. Et en parler autour d'un café ou d'une promenade permet en outre d'approfondir la relation. Le couple peut conclure un accord ludique: Nous le faisons une fois à ta manière et la prochaine fois selon mon menu sexuel, où je peux décider. Dire ce que je veux vraiment est parfois plus difficile et demande du courage et de la clarté. Ou alors, le couple se met d'accord sur une variante ludique: une reine et son valet - et vice versa. Cela signifie que le roi peut souhaiter et dire ce qu'il veut pendant une heure et que l'autre partie joue au serviteur et se montre sous son meilleur jour. La prochaine fois, les rôles seront inversés.

Les besoins peuvent changer ...

Oui, par exemple après un accouchement. Les hommes souhaitent alors plus souvent avoir des relations sexuelles que les femmes, qui sont particulièrement sollicitées par le bébé. En outre, les partenaires trouvent rarement le cadre protégé dont la sexualité a besoin, car la porte doit rester ouverte pour pouvoir entendre le bébé. En principe, une seule chose peut aider: rester en contact et chercher des solutions.

Tous les souhaits ne sont pas acceptés ...

Si l'un des partenaires rêve de repousser les limites en matière de sexualité, mais que l'autre ne veut pas suivre le même chemin, il y a deux points de vue, dont chacun a sa légitimité. Dans ce cas, le partenaire dont le désir en matière de sexualité n'a pas été satisfait jusqu'à présent se demandera: puis-je vivre avec ce "non"? Ou est-ce que je perds quelque chose d'existentiel? Le couple doit essayer de résoudre le conflit. Parfois, le simple fait d'écouter son partenaire, sans dévaloriser ses désirs, est déjà efficace. Dans la sexualité éclairée d'aujourd'hui, le couple a la liberté de ne pas faire tout ce qu'on peut faire. Il y a souvent des compromis à faire. Le partenaire pourrait par exemple être présent, mais ne pas participer activement. Ou alors, il accepte que l'autre vive ses désirs seul, en fermant la chambre à coucher de temps en temps.

Friedemann Haag, thérapeute de couple et sexologue

A propos de la personne

En tant que thérapeute de couple et sexologue, Friedemann Haag accompagne depuis 30 ans déjà des couples et des personnes seules dans des situations difficiles. Ce qu'il aime particulièrement dans son métier, c'est l'éventail des thèmes abordés. "La volonté de demander de l'aide en cas de conflit augmente, surtout chez les jeunes", se réjouit Friedemann Haag. Le plus jeune couple qu'il a conseillé avait 17 et 19 ans, le couple le plus âgé qui le consulte actuellement a déjà 85 et 87 ans: www.paartherapie-zug.ch