Facebook Pixel
La vie

Querelle d'argent dans le couple

Lorsqu'il y a une dispute dans une relation, il s'agit très souvent d'argent. Pourquoi en est-il ainsi? Que peut-on faire pour y remédier ?

Demander conseil lorsqu'on se dispute à propos de l'argent et des finances.

Souvent, les disputes ne portent pas sur le sujet réel, mais sur la répartition du pouvoir dans la relation. Photo: iStock, Thinkstock

L'éducation des enfants, la participation aux tâches ménagères, le sexe - ce ne sont que quelques-uns des points qui donnent lieu à des discussions désagréables dans les couples. Mais ce sont les finances qui sont en tête de liste des sujets qui fâchent. Si l'un trouve que l'autre dépense ou veut dépenser de l'argent pour la mauvaise chose, la dispute éclate. Concrètement, il veut une Porsche, elle un break familial pratique. Mais au fond, ce n'est pas du tout une question de marque de voiture, la cause de ces discussions désagréables est plus profonde.

Lorsque les partenaires de vie et les époux se disputent à propos de l'argent, il s'agit souvent de questions de pouvoir. L'argent est en effet synonyme d'estime de soi, de succès et de performance. Et traditionnellement, les hommes, en tant qu'unique soutien de famille, disposent de l'argent et donc du pouvoir. Depuis que de plus en plus de femmes gagnent leur propre argent, cette répartition des rôles a été ébranlée. Mais même si la femme n'a pas de revenu propre, elle a droit à une compensation adéquate pour son travail à la maison.

La raison en est très simple: l'argent est le reflet de l'estime que l'on porte à l'autre - celui qui ne reçoit rien ne vaut rien, pour ainsi dire. C'est pourquoi les thérapeutes de couple conseillent, même en cas de revenus faibles, de laisser à chaque partenaire une certaine somme d'argent à sa libre disposition.

Mais qu'il y ait beaucoup ou peu sur le compte: L'argent montre à quel point le couple est transparent dans d'autres domaines également. Si l'homme est le seul à pouvoir disposer de l'argent, il devrait également avoir son mot à dire dans d'autres domaines de la vie. La dépendance totale est toutefois humiliante et frustrante pour toute femme. Si elle ne parvient pas à obtenir un peu plus de marge de manœuvre - et pas seulement en matière d'argent -, elle devrait s'adresser à une personne neutre pour obtenir des conseils. Outre les problèmes d'argent, cela permet généralement d'aborder ce qui se cache réellement derrière. Et c'est un premier pas vers la résolution des conflits.

L'ostentatoire :

Pour lui, seul le meilleur est assez bon. Le prix est pour lui la mesure de toute chose. Tant qu'il peut se le permettre -- et qu'il ne se gâte pas seulement lui-même, mais aussi sa partenaire -- pas de problème. Mais si l'argent est la seule chose qui l'intéresse, elle ne tardera pas à en faire les frais.

Conseil: Faites-lui comprendre que l'amour est plus important que les produits de luxe.

L'avare :

Il retourne littéralement chaque pièce de cinq francs à deux reprises avant de la dépenser. Les achats spontanés lui font horreur, mais il peut se réjouir d'une bonne affaire. L'avare ne sera certainement jamais confronté à une montagne de dettes -- au contraire: il a déjà assuré ses vieux jours avant de fêter ses cinquante ans.

Conseil: Se faire plaisir de temps en temps -- c'est aussi ça la qualité de vie. Peut-être pourrez-vous le convaincre ?

Le profiteur :

Il aime dépenser de l'argent - tant que ce n'est pas le sien. Et il trouve toujours un moyen d'éviter de payer. Il est évident qu'il n'a aucun mal à se mettre sur le dos de sa partenaire, qu'elle gagne plus ou moins que lui.

Conseil: ne vous laissez pas abuser. Ce n'est pas un signe de mesquinerie ou de manque d'émancipation que d'insister pour que lui aussi prenne en charge une note de restaurant.

Le contrôleur :

Il collectionne les tickets de caisse comme d'autres les timbres-poste et calcule au centime près combien d'argent sa partenaire a dépensé. Et bien sûr, il sait aussi où l'on aurait pu faire quelques économies. Le budget du ménage est entièrement sous son contrôle, même un rouge à lèvres à moitié prix n'y échappe pas.

Conseil: Il est difficile de s'entendre avec le contrôleur, surtout si vous n'êtes pas vous-même très strict. Si rien d'autre ne peut vous aider, adressez-vous à une personne neutre, qui peut être un conseiller conjugal ou un conseiller matrimonial.

L'insouciant :

L'argent ne l'intéresse pas, s'il en a, il le dépense, s'il n'en a pas, il ne le dépense pas. La planification, la prévoyance ou l'épargne sont des mots étrangers pour lui. Il espère simplement que toutes les choses financières se règlent d'elles-mêmes. D'une part, cela présente l'avantage qu'il ne dicte pas sa conduite à sa partenaire. Mais d'un autre côté, il ne sait pas du tout gérer les éventuels problèmes d'argent.

Conseil: prenez en main la gestion de vos finances et occupez-vous de choses telles que l'épargne ou la prévoyance.

Vous trouverez des conseils ici :

  • Dans chaque canton ou district, il existe un service public de consultation conjugale où des personnes expérimentées et formées peuvent vous aider. Vous trouverez les adresses dans l'annuaire téléphonique ou auprès de l'administration communale.
  • Sur www.budgetberatung.com, on trouve toutes les adresses des centres régionaux de conseil en matière de budget en Suisse, ainsi que des directives et différentes fiches d'information.

Texte: Marianne Siegenthaler