Facebook Pixel
La vie

Enceinte sans l'avoir voulu: un conseil peut aider

Le résultat positif d'un test de grossesse n'est pas une source de joie pour toutes les femmes. Celles qui sont enceintes sans l'avoir voulu sont véritablement sous le choc. Un conseil individuel peut aider à répondre à la question de savoir ce qu'il faut faire.

Être enceinte sans l'avoir voulu est un grand choc pour une femme.

Être enceinte sans l'avoir voulu est généralement un grand choc pour la femme concernée. Photo: diego_cervo, iStock, Thinkstock

Unegrossesse non désirée est possible dans de nombreuses circonstances. Il peut s'agir d'une rupture de préservatif, d'un rapport non protégé ou d'un échec de la pilule contraceptive. Les personnes qui craignent de tomber enceintes involontairement ont la possibilité de recourir à une contraception d'urgence à l'aide de ce que l'on appelle la "pilule du lendemain".

Grossesse non désirée: la pilule du lendemain n'est pas un avortement

En Suisse, les deux préparations NorLevo et ellaOne sont disponibles sur le marché pour les femmes qui ont peur de tomber enceintes sans le vouloir. Ces deux préparations empêchent une grossesse en retardant la maturation de l'ovule ou en repoussant l'ovulation qui n'a pas encore eu lieu. C'est pourquoi la "pilule du lendemain" n'est pas une pilule abortive.

NorLevo peut être pris jusqu'à trois jours après le rapport sexuel. L'efficacité dans les premières 24 heures est de 95 pour cent. Plus la prise est tardive, plus l'efficacité de ce médicament est faible. Pour la préparation ellaOne, l'efficacité est de 98 pour cent en cas de prise dans les cinq jours suivant le rapport sexuel. Contrairement au NorLevo, l'efficacité ne diminue pas en cas de prise tardive.

Interruption de grossesse légale pendant douze semaines

Selon l'article 119 du code pénal, l'interruption de grossesse n'est pas punissable tant qu'elle a lieu dans les douze semaines suivant le début des dernières règles. La femme qui est involontairement enceinte doit faire part de son souhait par écrit. Si le médecin traitant décide que l'interruption de la grossesse est nécessaire pour écarter le risque d'une grave détresse psychologique ou de graves dommages physiques, l'intervention n'est pas punissable, même après ce délai.

Grâce à un grand nombre d'études, il est connu que la charge psychique est la plus élevée avant l'interruption de grossesse. De nombreux centres de conseil en planning familial sont à la disposition des femmes qui sont enceintes sans le vouloir pour les conseiller et les soutenir. Le centre d'information sur l'interruption de grossesse propose sur Internet un aperçu des différents centres.

Soulagement après une interruption de grossesse

Après une interruption de grossesse, la majorité des femmes qui sont tombées enceintes sans le vouloir sont avant tout soulagées. Cependant, même si les cas où les femmes souffrent de problèmes psychologiques importants sont plutôt rares, environ 14 à 30 % d'entre elles, selon les études, éprouvent des regrets, de la tristesse et des sentiments de culpabilité. La plupart du temps, ces sentiments ne sont que passagers, mais il ne faut pas les sous-estimer. Les associations à but non lucratif et les centres de conseil familial font un travail précieux en apportant un soutien émotionnel.

Abandonner l'enfant

"Enceinte, que faire ?", se demandent de nombreuses femmes. Elles peuvent aussi donner l'enfant à l'adoption. Confier un enfant à l'adoption après sa naissance est une décision très difficile à prendre, qui ne peut pas être prise sans discussions approfondies. Vous pouvez obtenir des renseignements et un soutien auprès du Bureau suisse pour l'adoption. La "fenêtre à bébé" est une offre d'aide pour les situations d'extrême urgence. Une mère qui est tombée enceinte sans le vouloir a la possibilité de déposer son enfant à travers la fenêtre dans un petit lit chauffant mis à disposition. Au bout de trois minutes, le personnel hospitalier est informé de l'arrivée d'un bébé par l'alarme de la fenêtre à bébé et peut recevoir l'enfant et s'en occuper. Après quelques jours à l'hôpital, l'enfant est confié à des parents d'accueil. Au plus tôt un an après l'abandon de l'enfant, celui-ci peut être adopté par une famille adoptive. Jusqu'à cette date, la mère a la possibilité de récupérer l'enfant. Avant et après l'abandon de l'enfant, les parents peuvent demander de l'aide et des conseils au numéro de téléphone gratuit 0800 811100.

Autres informations utiles