Facebook Pixel
La vie

"Kakebo" - la clé d'une gestion attentive de l'argent

Garder une vue d'ensemble de ses dépenses tout en se débarrassant de ses mauvaises habitudes? Le mot magique s'appelle "kakebo" et décrit la manière japonaise de gérer l'argent avec plus d'attention. Grâce à ce guide étape par étape, il est plus facile pour les jeunes d'atteindre leurs objectifs.

Un kakebo peut être mené de manière créative.
Un kakebo peut être mené de manière créative. © Getty Images, Irina_Geo

Consommer en connaissance de cause et économiser - avec Kakebo

Au Japon, le minimalisme est de bon ton. Cela concerne aussi les finances personnelles. La tenue d'un livre de comptes, un kakebo (prononcer "ka-kei-bo"), doit y aider. Cette technique vise en premier lieu à être plus attentif à la gestion de son argent et à éviter les dépenses inutiles. Dans le meilleur des cas, cela signifie à long terme que l'on peut économiser davantage. Le mot "kakebo" ne désigne pas seulement la technique elle-même, mais aussi le carnet de notes utilisé.

Le kakebo n'est pas nouveau: la méthode a été développée il y a plus de 100 ans déjà. Mais le concept n'est arrivé en Occident que depuis quelques années.

Comment fonctionne Kakebo

La méthode japonaise pour une gestion plus attentive de l'argent jouit d'une popularité croissante auprès des petits et des grands. Elle donne une vue d'ensemble du flux d'argent réel et permet à l'enfant d'exercer un contrôle total sur son argent. Voici comment procéder :

1 Préparer le matériel d'écriture Kakebo fonctionne sans électronique. Tout ce qu'il faut, c'est un carnet de notes avec du papier quadrillé (Kakebo) et un stylo. Pour les jeunes enfants, cela peut être plus: avec des crayons à paillettes, des autocollants et des couleurs, chaque agenda devient un accroche-regard. Une couverture colorée pour le kakebo met de bonne humeur et il est tout de suite plus facile de le remplir chaque jour.

2 Répartir les dépenses en catégories Selon la méthode Kakebo, les dépenses sont réparties en quatre catégories: Culture, Désir, Nécessité et Inattendu. Par "culture", on entend par exemple les excursions ou les sorties au cinéma. "Désir" désigne des dépenses plus ou moins importantes, comme celles liées aux hobbies ou aux achats en ligne. Sous "Nécessité", il faut classer les dépenses obligatoires, comme les frais de pension ou les factures de téléphone portable. Enfin, les "imprévus" correspondent à toutes les dépenses qui n'étaient pas prévues à l'origine.

3 Définir le montant des dépenses L'étape suivante consiste à inscrire toutes les recettes et dépenses dans le kakebo au début du mois. Les recettes comprennent l'argent de poche ou le salaire des jeunes, les cadeaux en argent et le paiement pour un travail de vacances ou d'argent de poche. Les dépenses comprennent les frais fixes récurrents, comme par exemple les frais d'abonnement pour le téléphone portable ou les transports publics.

4 Définir des objectifs De même, au début du mois, on note des objectifs à long et à court terme et on dresse une liste de résolutions, comme par exemple aller moins souvent au cinéma. Ensuite, on note combien les habitudes modifiées permettent d'économiser. Par exemple, manger quatre fois par semaine à la maison plutôt qu'à l'extérieur permet d'économiser 48 francs par semaine ou 184 francs par mois. L'argent économisé au début du mois peut ensuite être mis dans une tirelire ou viré sur un compte séparé.

5 Réfléchir régulièrement à ses finances Enfin, les dépenses sont inscrites quotidiennement sur le kakebo. A la fin du mois, on fait le bilan: c'est le moment d'examiner encore une fois ses propres résolutions. Les parents peuvent ici apporter un soutien précieux et déterminer avec les enfants où les dépenses peuvent encore être optimisées ou quels sont les modèles de comportement en matière de dépenses d'argent. Il s'agit maintenant de faire une pause et de se poser des questions importantes: Comment se sent-on à la fin de la période, lorsque l'objectif défini a été atteint ou manqué? Il s'agit donc d'identifier les points forts et de déterminer les points faibles afin de les améliorer le mois suivant.

Avec Kakebo, les enfants réfléchissent de manière ludique à leur rapport à l'argent

La manière japonaise de répartir et de planifier l'argent apprend aux enfants à planifier leurs propres dépenses de manière simple et autonome. Se fixer des objectifs et réfléchir régulièrement et consciemment à sa propre gestion de l'argent devient ainsi une habitude. Important: grâce à une approche créative, la motivation des enfants reste longtemps intacte. Les enfants encore en bas âge dépendent fortement du soutien de leurs parents à chaque étape de la gestion de leur argent de poche.

En grandissant, les jeunes peuvent toutefois élaborer beaucoup de choses par eux-mêmes. En ajoutant des catégories supplémentaires, Kakebo évolue avec les besoins des jeunes. Les discussions régulières sur l'argent et le budget au sein de la famille restent importantes. En particulier lors de grands changements, par exemple lorsqu'un enfant reçoit son premier salaire d'apprenti, les parents peuvent être d'un grand soutien grâce à leur propre expérience.

Vous trouverez en ligne plus d'inspiration et de modèles pour créer un kakebo.

Voici cinq raisons de créer un kakebo

1 Mettre de l'ordre Un kakebo est un moyen pratique d'organiser les dépenses de manière simple et systématique.

2 Garder le contrôle La saisie quotidienne des dépenses aide à contrôler les achats quotidiens et à les classer par nécessité.

3 Augmenter les économies Kakebo permet d'identifier les habitudes et les points faibles. Une gestion attentive permet de réduire les dépenses jusqu'à 30 %.

4 Apprendre la discipline Noter quotidiennement ses dépenses à la main renforce l'autodiscipline et permet de renoncer aux achats superflus.

5 Rester serein Contrôler ses dépenses renforce la confiance en soi et permet de lutter contre le stress.