Facebook Pixel
La vie

La charge mentale: Même les héroïnes du quotidien sont parfois surchargées de travail

Faire la lessive, laver le sol, écrire la liste des courses? La planification du quotidien peut devenir une charge mentale. Cette charge mentale fait actuellement l'objet de discussions dans de nombreux pays. En effet, ce sont presque toujours les femmes qui sont concernées.

La charge mentale: De nombreuses femmes planifient l'ensemble de leur quotidien familial.

La plupart du temps, ce sont les femmes qui organisent le quotidien de la famille. Et cela implique beaucoup de travail de réflexion. Photo: Beornbjorn, iStock, Getty Images Plus

C'est samedi. Nous voulons faire une sortie en famille chez les grands-parents. Le départ est prévu à dix heures. Mais pour moi, le stress commence déjà à sept heures: Le chien doit sortir. Notre fils a besoin d'un petit déjeuner. Il manque encore le bouquet de fleurs pour belle-maman. L'idéal serait que je mette une machine à laver en marche pour pouvoir l'étendre plus tard. Et en fait, je veux encore me vernir les ongles. J'ai vraiment besoin de l'aide de mon mari en ce moment.

Quand l'aide n'est pas une aide

"Chérie, peux-tu emballer des jouets, du matériel de puériculture et des en-cas pour Ben? "Bien sûr", répond-il, avant de me mettre dans tous mes états: "Quels jouets dois-je emballer? Où sont les couches déjà? Et est-ce que tu as un sac dans lequel je peux tout emballer ?".

Si j'avais le temps de lui expliquer ces détails, je pourrais tout faire moi-même. Comme je le fais déjà lorsque j'écris des listes de courses, que j'organise les anniversaires des enfants, que je planifie les vacances, que je gère les rendez-vous familiaux, que je réfléchis à ce qu'il y aura à manger, que je note la date de vaccination du chien et que j'organise toutes les autres tâches, soi-disant petites mais nombreuses, de la vie quotidienne de la famille.

De nombreuses femmes sont dans le même cas que moi. Selon l'Office fédéral des statistiques, les femmes suisses ont consacré en moyenne 28,1 heures par semaine aux tâches ménagères et familiales en 2016, contre 17,9 heures pour les hommes. Et ce ne sont que des moyennes qui prennent en compte les hommes et les femmes de plus de 16 ans dans toutes les situations de vie possibles et imaginables.

Tout au long de leur vie, les femmes travaillent plus que les hommes dans le ménage. La différence est particulièrement marquée chez les couples dont le plus jeune enfant a moins de 6 ans. Dans ce cas, les femmes effectuent 57,8 heures de travail domestique et familial par semaine - contre 32,8 heures pour les hommes.

Invisible Work: quand tout devient trop lourd

Quelle impression cela donne-t-il? Comme si j'étais le PDG stressé d'une entreprise. Car à la fin de la journée, ce n'est pas le fait de sortir les poubelles ou de beurrer les tartines à l'école qui constitue la charge de travail, mais ce que l'on appelle la charge mentale ou le travail invisible: Le fait de penser et de planifier en permanence, c'est-à-dire l'organisation derrière le quotidien de la famille.

Depuis que la dessinatrice française Emma a publié sa bande dessinée féministe "Mental Load" en mai 2017, un débat sur le travail intellectuel permanent des femmes a vu le jour. Depuis longtemps, cette discussion dépasse largement le cercle des féministes et se déroule dans différents pays.

L'héroïne de la BD est comme moi: elle pense à la lessive, à la nourriture, aux rendez-vous médicaux et aux listes de courses. Son mari se considère comme un exécutant qui agit sur ordre.

Logo de la vie de famille

Il est possible que les filles d'aujourd'hui vivent à l'âge adulte avec une charge mentale similaire à celle de leurs mères. Photo: chameleonseye, iStock, Getty Images Plus

Mental Load = une affaire de femmes?

Mais pourquoi tout ce travail invisible me reste-t-il sur les bras en tant que femme? C'est quand même injuste. En tout cas, c'est ce que je ressens de temps en temps. Et ce, à chaque fois que la charge mentale est trop lourde pour moi. Comme maintenant. Moi aussi, j'ai envie d'un week-end - et de me vernir les ongles.

Selon Emma, le fait que les femmes - et non les hommes - pensent constamment à ce qu'il reste à faire dans le ménage est dû aux structures sociales dans lesquelles nous sommes tous nés. Depuis des générations, les filles reçoivent des poupées et des aspirateurs jouets, tandis que les garçons suscitent encore des commentaires moqueurs lorsqu'ils jouent avec un service à thé. Les enfants observent en outre que leur maman effectue la majeure partie des tâches ménagères, tandis que leur papa passe beaucoup de temps à travailler.

Et qu'est-ce que je fais quand la charge mentale devient trop importante pour moi? J'engueule mon mari. Heureusement, il réagit de la meilleure manière possible. A savoir avec des mots empathiques. "Chérie", dit-il, "je veux t'aider". Il veut que nous travaillions en équipe. Et pour cela, je dois simplement l'impliquer davantage.

La famille, c'est le travail d'équipe

Plus facile à dire qu'à faire, je pense. Mais comment faire s'il ne sait même pas où se trouvent les couches? Mais en fin de compte, mon cher et tendre a raison. La famille ne fonctionne qu'en équipe.

Il existe toutefois un problème dans le travail d'équipe au sein de la famille, dont nous, les femmes, ne sommes pas totalement innocentes. "Les femmes doivent aussi laisser les hommes faire", déclare Volker Baisch dans une interview accordée au journal "Die Zeit". Il est le fondateur de "Väter gGmbh" en Allemagne ainsi que l'initiateur de l'étude de tendance "Moderne Väter " de 2012. On y lit à propos de nous, les femmes: "Souvent, elles craignent encore de céder des responsabilités et font moins confiance à l'homme pour s'occuper des enfants".

Alors, on s'accroche à la charge mentale? Peut-être. Je pense vraiment que le mot magique est "déléguer". Mais ce n'est pas toujours facile dans l'agitation du quotidien. Le travail invisible est déjà une charge suffisante. Ce n'est qu'en apprenant à intégrer tous les membres de la famille de manière équitable et complète dans l'exécution et la responsabilité des tâches quotidiennes que l'on évite que la charge mentale ne devienne une surcharge.

La charge mentale des pères

Lisa Wade, professeure de sociologie à Los Angeles, pense elle aussi que nous, les femmes, devons absolument partager avec les hommes notre travail de réflexion autour des nombreux problèmes quotidiens - et a donc publié un essai à ce sujet. Mais à peine son texte était-il paru que Josh Levs, journaliste et auteur de livres, qui s'intéresse aux rôles des pères et à la conciliation de la vie familiale et professionnelle, a enchaîné avec un texte dans lequel il rompt une lance en faveur des pères.

L'"empreinte MenCare

Sur la plate-forme Männer.ch, l'association faîtière suisse des organisations masculines et paternelles, les hommes peuvent déterminer leur "MenCare Footprint". Après avoir répondu à 10 questions, ils voient s'il faudrait encore un peu plus d'engagement dans le ménage: www.maenner.ch

En effet, selon lui, ils sont également confrontés à une charge mentale. La différence: les pères se creusent la tête pour savoir s'ils peuvent vraiment bien s'occuper de leur famille, quels sont les problèmes au travail et s'ils peuvent répondre aux attentes au travail. C'est une charge mentale différente, mais certainement pas plus agréable.

Le monde est-il redevenu juste parce que non seulement les femmes, mais aussi les hommes, réfléchissent trop? Non, car il y a au moins des signes qui montrent que nous ne pouvons guère choisir quel Mental Load nous voulons avoir.

La dessinatrice de BD Emma l'a montré: notre société contraint déjà les filles à jouer le rôle de femmes qui pensent constamment aux tâches ménagères - et les garçons à jouer le rôle d'hommes qui passent trop de temps à penser au travail et à la recherche d'argent.

Rester en contact

Dans ce cas, la seule solution est de chercher régulièrement le dialogue avec son partenaire, de repenser et de renégocier de temps en temps la répartition des tâches.

Comment vous sentez-vous? Êtes-vous l'exception qui confirme la règle? Réussissez-vous peut-être mieux que moi à trouver un équilibre? Ou peut-être la charge de travail invisible est-elle trop lourde pour vous aussi? Alors parlez-nous en dans un commentaire.