Facebook Pixel
La vie

Le métier d'enseignant est difficile: "Les parents devraient éduquer davantage".

Un enseignant sur cinq se sent dépassé dans son quotidien scolaire. Un sur trois court le risque de souffrir de burnout. C'est ce que montre une étude de la Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse (FHNW). Anisa Egger, auteur d'un livre et enseignante, raconte ce qu'elle vit au quotidien à l'école.

Anisa Egger parle dans une interview de son expérience d'enseignante et souhaite plus de compréhension de la part des parents.

Les élèves difficiles ne sont pas les seuls à mettre les enseignants à l'épreuve: les parents exigeants le sont aussi. (Photo: william87/iStock, Thinkstock)

Dans votre livre "Die Lehrerin", vous décrivez les expériences que vous avez faites pendant 11 ans à l'école primaire. Vous racontez de belles expériences, mais aussi de nombreuses expériences négatives dans le métier d'enseignant. Les plus difficiles, vous les avez vécues avec des parents: Quelle a été la pire expérience ?

Anisa Egger : Les pires expériences que j'ai vécues ont été le premier et le dernier appel de parents. Lorsque j'ai reçu le premier appel d'un père, j'étais nouvelle dans le métier et je n'y étais pas préparée. Il s'agissait d'une seule faute dans une dictée, que j'avais soi-disant mal corrigée. La faute avait été soulignée par moi, mais la correction - qui était un devoir à la maison - avait été tuée. La conversation téléphonique n'a été qu'un monologue, le père a haussé le ton et a menacé d'aller voir la direction de l'école, ce qu'il a fait. Je n'ai jamais connu la manière dont certains parents communiquent. Le dernier appel d'une mère a été le plus dur en termes d'émotions, si bien que j'ai dû décrocher le combiné de l'oreille. Elle était furieuse parce que sa fille avait eu une mauvaise note au test. Cette femme a également haussé le ton et ne m'a pas laissé m'exprimer. Elle m'a insultée et a insulté le cours pendant 20 minutes. Ce qui était difficile, c'était aussi la quantité, l'accumulation de tous les événements.

Pourquoi ces appels étaient-ils si mauvais ?

D'une part, le conflit avec les parents n'a jamais été vraiment abordé pendant les études. D'autre part, je suis sensible, les choses me touchent de près. Le troisième point est l'évolution de l'éducation. On parle de pédagogie câline, car les parents éduquent de moins en moins. La plupart des parents ont un ou deux enfants à la maison et à l'école, j'ai 20 enfants. Les parents manquent souvent de cette perspective.

Les parents ont-ils des attentes trop élevées à l'égard des enseignants ?

Ils sont vraiment très élevés. Et ils ont augmenté, surtout ces dernières années. J'ai pu le constater à maintes reprises lorsque j'ai échangé avec d'autres enseignants. Les styles d'éducation, en particulier, ont nettement évolué. Aujourd'hui, l'enfant est souvent au centre des préoccupations des parents. Auparavant, les parents avaient plusieurs enfants, ils ne pouvaient donc pas se focaliser sur un seul d'entre eux. De plus, ils n'avaient pas les moyens financiers et il y avait moins de divorces. Ils attendent des enseignants qu'ils traitent leur enfant de manière optimale et qu'ils l'encouragent dans toutes les situations, de préférence dans chaque matière et à chaque niveau. Et là, il faut s'imaginer une classe de sixième avant la sélection en septième année: Il y a une telle hétérogénéité, où certains enfants ne remplissent même pas les exigences de base, d'autres sont très doués. Il est difficile de gérer cette hétérogénéité au quotidien.

Qu'auriez-vous souhaité que les mères et les pères des élèves fassent ?

Il y a différents aspects que j'aurais souhaité voir apparaître et que je souhaite voir apparaître aujourd'hui pour les enseignants qui sont encore en activité. "C'est le ton qui fait la musique" par exemple, la manière de communiquer. Lorsque les parents sont en colère, ils ne devraient pas laisser libre cours à leurs émotions. En outre, ils devraient tenir compte du fait qu'un enseignant a besoin de son espace de liberté le soir, comme phase de récupération et de régénération. Avant que les mères ou les pères ne décrochent leur téléphone ou n'écrivent un e-mail, ils devraient dormir une nuit. Un peu plus de compréhension pour les enseignants serait la bienvenue.

Les parents devraient-ils aussi éduquer davantage ?

Je souhaite qu'ils éduquent davantage et qu'ils assument leurs responsabilités. Il ne devrait pas y avoir d'extrêmes, c'est-à-dire que les parents ne devraient pas négliger ni surprotéger leurs enfants. Et ils devraient reprendre la prévention des dettes et de l'alcoolisme ou l'éducation sexuelle. Je tiens toutefois à souligner qu'il y a aussi de bons côtés à ce que les parents s'impliquent davantage. Autrefois, les enfants étaient battus ou les enseignants faisaient preuve de partialité.

Pourquoi avez-vous voulu devenir enseignante ?

J'ai dû faire un choix entre mes 14 et 15 ans. J'aimais les enfants, les langues, la musique et le sport - la polyvalence. De nombreux membres de ma famille étaient enseignants, ce qui m'a marqué. Le métier d'enseignant est un beau métier, varié, plein de responsabilités et tellement plein de sens.

Vous souvenez-vous du jour où vous avez réalisé pour la première fois que votre vision romantique du métier d'enseignant était en train de changer ?

Je crois que c'était lors du premier appel très émotionnel d'un père. J'ai eu du mal à gérer le ton et la menace de la direction de l'école. Je tremblais et j'ai raccroché. C'était une expérience très marquante. Et il y a eu une autre expérience lors de la première semaine d'école, lorsque j'ai été chargée de tricoter avec des élèves de troisième et de quatrième année. Les garçons avaient de si petits doigts et devaient manier l'aiguille et le fil. Bien sûr, cela leur posait de gros problèmes. D'un point de vue disciplinaire, ce n'était pas facile pour moi et je me suis alors demandé: est-ce que c'est mon métier ?

Vous dites qu'en tant qu'enseignant, il faut être "polyvalent". Qu'entendez-vous par là ?

Un enseignant fait toute la gamme. Au moins en tant qu'enseignante du premier cycle, j'ai dû enseigner les langues, les arts plastiques, le sport, la musique et les sciences. En outre, les enseignants doivent connaître le support PC, être extrêmement capables de travailler en équipe, de rédiger des évaluations et de planifier, de réaliser et d'évaluer divers projets. Ils possèdent des compétences telles que la gestion de projet ou les ressources humaines.

Dans quelles tâches les enseignants pourraient-ils être déchargés ?

Outre les parents, la direction de l'école est la personne la plus importante pour le bon fonctionnement de la vie scolaire. Elle doit pouvoir diriger et fixer des limites. Il doit y avoir une répartition claire des compétences: Quelles sont les tâches des parents et celles des enseignants? Cela doit être communiqué sans ambiguïté et toujours, par exemple dans une lettre aux parents. Peut-être faut-il aussi que la politique définisse à nouveau quelles sont les compétences des enseignants. Sur le plan politique, il faut des directives et des missions claires. Il est également important de ne pas toujours déléguer de nouvelles tâches de prévention à l'école, comme la prévention en matière d'informatique et de médias sociaux. Ces préoccupations sociopolitiques représentent une charge supplémentaire pour l'école. La procédure de passage en 7e année devrait également être simplifiée. Mais ce sont les parents qui apportent le plus grand soulagement - en assumant à nouveau davantage de tâches éducatives.

Comment pourrait-on améliorer l'image de l'enseignant dans la société actuelle ?

Avec justement cette répartition des compétences, avec une délimitation claire de ce qu'est la mission des enseignants. L'image pourrait également être améliorée par la tenue vestimentaire. Dès qu'un policier porte un uniforme ou qu'un médecin porte une blouse blanche, il inspire plus de respect. Mais je n'ai pas vraiment de réponse à cette question.

Comment les futurs enseignants pourraient-ils être mieux préparés à la profession ?

La bureaucratie dans les écoles et de toute façon en général devrait cesser. En revanche, la formation des futurs enseignants devrait être plus orientée vers la pratique. Le cœur du métier d'enseignant actuel doit être davantage intégré dans le cursus. Concrètement, cela signifie transmettre des compétences en communication et apprendre à aborder et à gérer les conflits avec les parties prenantes de l'école (collègues, directions d'école, parents, pédagogues scolaires). Une récente étude du Fonds national montre qu'un enseignant sur trois court le risque de souffrir d'épuisement professionnel. Il est donc important d'apprendre des tactiques de différenciation: comment gérer les responsabilités ou comment récupérer ?

Choisiriez-vous à nouveau cette profession ?

Je ne peux pas répondre à cette question par oui ou par non. J'ai vécu tant de belles choses. J'ai fait la connaissance de tant d'enfants et de collègues, dont certains sont encore des amis aujourd'hui. Pour moi, ces 11 années d'enseignement ont été une bonne école de vie.

Dans le livre Anisa Egger a travaillé pendant 11 ans comme enseignante à l'école primaire. Elle a rédigé et publié son expérience dans un journal. Le livre "Die Lehrerin" donne un aperçu authentique du quotidien scolaire d'une enseignante de la 3e à la 9e classe, avec un caractère subjectif. Il vise à encourager les enseignants existants et à briser le tabou de parler des difficultés, ainsi qu'à promouvoir la compréhension entre l'école et les parents. Le livre s'adresse également aux futurs enseignants, aux personnes intéressées et aux politiciens, qui ne pourraient sans doute pas avoir un aperçu plus honnête du quotidien du monde de l'éducation. Aujourd'hui, l'auteur a suivi des études supplémentaires en gestion d'entreprise et travaille dans la gestion de projets et de processus d'une institution éducative.

Livre "L'enseignante": www.adoniashop.ch

Plus d'informations sur l'étude du Fonds national de la Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse :